fbpx

DÉBUT DU RATIONNEMENT DU CARBURANT EN FRANCE !

Les grèves dans les raffineries s’aggravent après le rappel des travailleurs essentiels par le gouvernement

La France a déclaré mardi qu’elle allait « réquisitionner » (c’est-à-dire forcer) les travailleurs indispensables au dépôt pétrolier français d’Exxon et a menacé de faire de même pour les raffineries françaises de Total si les négociations ne progressaient pas.

Mais les travailleurs de la raffinerie Total de Donges ont décidé mardi de faire grève à partir de mercredi, a déclaré le syndicat français militant CGT, selon Reuters.

Comme l’indique OilPrice, le Premier ministre français, Elisabeth Borne, a déclaré mardi que le gouvernement allait lancer le processus de rappel du personnel d’ExxonMobil dans ses dépôts pétroliers dans le pays, après que les négociations entre la compagnie pétrolière et deux syndicats, la CGT et FO, sont au point mort.

Le syndicat CFDT a toutefois réussi lundi à trouver un accord avec Exxon.

« Aujourd’hui, certains syndicats, malgré l’accord, veulent poursuivre la grève et les blocages, nous ne pouvons pas l’accepter », a déclaré Mme Borne devant la chambre basse, selon Reuters, ajoutant qu’elle souhaitait que « cette situation change rapidement », précisant que le gouvernement était prêt à prendre de nouvelles mesures si nécessaire.

« J’ai donc demandé aux préfets, comme le permet la loi, de réquisitionner le personnel nécessaire au fonctionnement des dépôts de l’entreprise », a-t-elle dit, en référence à Esso France.

« Les ordres sont prêts », a déclaré une source au ministère de l’Énergie, ajoutant que les réquisitions n’auraient lieu que si la situation dans les dépôts ne s’améliore pas.

Ces commentaires font suite aux propos tenus le week-end dernier par Agnès Pannier-Runacher, ministre de l’Énergie du pays, selon lesquels le gouvernement « fait tout son possible pour que la situation revienne à la normale le plus rapidement possible. »

Entre-temps, le syndicat CGT a qualifié les plans de « violents » et a suspendu toutes les négociations en cours avec le gouvernement et les employeurs au niveau national et dans tous les secteurs d’activité – et a annoncé des grèves supplémentaires à la raffinerie Total de Donges.

Les syndicats CGT et FO ont déclaré des grèves il y a plusieurs semaines dans les raffineries Total de Gonfreville (246 900 bpj) et de Feyzin (109 300 bpj), ainsi que dans l’usine pétrochimique de Carling. Le syndicat FO ajoute maintenant à la liste la raffinerie d’ExxonMobil à Donges, d’une capacité de 219 000 bpj. Le syndicat FO avait des travailleurs en grève à la raffinerie Exxon de Fos-Sur-Mer (235 000 bpj), ainsi qu’à sa raffinerie de Port-Jérôme (270 000 bpj), mais FO a annulé son action de grève lundi, selon l’Argus.

Cette nouvelle action de grève intervient au moment où la France s’apprête à ordonner le retour au travail de certains travailleurs essentiels.

Voici un aperçu des derniers rebondissements de la plus grave grève énergétique française depuis des années :

  • La raffinerie de Gonfreville de TotalEnergies, d’une capacité de 240 000 barils par jour (bpj), est hors service, tandis que les livraisons de produits raffinés sont bloquées à la raffinerie de Feyzin, d’une capacité de 119 000 bpj, qui est fermée pour une maintenance non planifiée mais dispose de carburant en stock, ainsi qu’aux dépôts de carburant de Cote d’Opal et de La Mede.
  • Deux raffineries d’Exxon Mobil sont également hors service depuis fin septembre.
  • La France augmente ses importations pour couvrir le déficit de production. Selon Pamela Munger, analyste principale du marché chez Vortexa, les importations de diesel au cours des dix premiers jours d’octobre ont augmenté de 37 % par rapport à l’ensemble du mois d’octobre de l’année dernière.
  • Esso France a déclaré avoir conclu un accord salarial avec les syndicats lundi. Malgré cela, le déblocage des stocks prendra du temps, a déclaré le ministre des Transports, Clément Beaune.
  • Esso France a déclaré que les travailleurs syndiqués CFE-CGC et CFDT, qui représentent une majorité sur ses sites, avaient accepté une augmentation de salaire de 6,5 % en 2023 et une prime de 3 000 euros (2 916 dollars). Ces termes signifient une augmentation salariale globale de 10,7 % plus 4 000 euros de primes du 1er janvier 2022 au 31 décembre 2023, a ajouté l’entreprise.
  • L’accord est l’un des plus généreux offerts aux travailleurs en Europe, si l’on se réfère aux récents accords salariaux, et peut inquiéter les entreprises et les décideurs politiques car il crée un précédent.
  • La CGT a déclaré qu’elle n’avait pas signé l’accord et que ses travailleurs restaient en grève. Elle réclame une augmentation de 10 %.

Les grèves ont exacerbé le mécontentement des syndicats à l’égard de Macron, qui a reporté cet automne une décision finale sur ses projets contestés de réforme des retraites, par crainte de la frustration suscitée par la crise du coût de la vie.

Pendant ce temps, les grèves et les opérations de maintenance non planifiées dans les raffineries gérées par les majors pétrolières TotalEnergies et Exxon Mobil ont mis hors service plus de 60 % de la capacité de raffinage de la France et bloqué la distribution des dépôts de carburant.

Mardi, 31 % des stations-service du pays étaient aux prises avec des problèmes d’approvisionnement. En conséquence, même si la France a juré qu’il n’y aurait pas de rationnement il y a encore quelques jours…

TRADUCTION :

« La France est confrontée à des grèves de raffineurs, mais ne prévoit pas de rationnement de l’essence »

… mardi, le rationnement du gaz a commencé dans certaines régions, notamment dans les départements des Alpes-Maritime, du Var et du Vaucluse, dans le sud.

TotalEnergies a déclaré mercredi qu’elle proposerait d’entamer des négociations avec les syndicats qui ne participent pas aux grèves, ajoutant que le syndicat CGT était « le bienvenu » s’il mettait fin au débrayage – une condition que le syndicat avait fermement rejetée comme un « chantage » plus tôt cette semaine.

En revanche, des négociations salariales officielles sont en cours depuis plusieurs semaines chez Esso France, où la direction a conclu un accord avec une majorité de syndicats lundi – mais pas avec la CGT.

Les arrêts des raffineries en France sont parmi les plus longs depuis que la crise du coût de la vie s’est intensifiée cette année.

Ils ont provoqué des files d’attente interminables dans les stations-service françaises et fait grimper les marges de raffinage du diesel à des niveaux record en Europe et aux États-Unis.

En conséquence, des images comme celles qui suivent sont devenues de plus en plus fréquentes :

TRADUCTION :

« Vous voulez ressentir une petite panique dans votre estomac ?
Regardez cette vidéo de France où le rationnement du carburant est en cours et où le chaos s’installe.
J’ai l’impression que ça va devenir bizarre. »

Inutile de vous battre pour un plein quand on est prêt à ce genre de scénario. Il vous suffit de cliquer ici :

Source : Zero Hedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *