fbpx

« VOUS AVEZ 3 JOURS POUR TOUT VENDRE » ANNONCE LA BANQUE D’ANGLETERRE AUX MARCHÉS MONDIAUX !

Le gouverneur de la Banque Centrale s’adresse aux marchés de façon inquiétante

Une journée intéressante a démarré avec:

  • L’élargissement du plan de sauvetage des fonds de pension de la BoE [Bank Centrale du Royaume-Uni],
  • La révision à la baisse des perspectives de croissance mondiale par le FMI,
  • Et l’intervention de Mme Mester de la Réserve Fédérale qui a réfuté les commentaires de Mme Brainard hier.

Tout se déroulait de manière « ordonnée » jusqu’à ce que le gouverneur de la BoE, Andrew Bailey, prenne la parole à Washington en fin de journée et se mette à jouer les « Leeroy Jenkins »

Après avoir réitéré son plan de sauvetage des fonds de pension, M. Bailey, de la BoE, s’est exprimé à Washington cet après-midi.

Il a d’abord averti que « la volatilité du marché est allée au-delà des tests de résistance des banques » (ce qui est effrayant), puis il a réaffirmé qu’il existe un « risque sérieux pour la stabilité du système financier britannique », en précisant que le programme d’achat est « temporaire ».

Mais le plat de résistance a consisté en un rappel au marché que la BoE sortira d’ici la fin de la semaine, ajoutant une simple menace

« Mon message aux fonds impliqués et à toutes les entreprises est qu’il vous reste trois jours maintenant », a déclaré M. Bailey lors d’un événement à Washington mardi.

« Vous devez faire le nécessaire. L’essence de la stabilité financière, c’est qu’elle (l’intervention) est temporaire. Elle n’est pas prolongée. »

Ou quoi Andy ?

Qu’est-ce que le gouverneur de la BoE attend des marchés mondiaux maintenant ?

Sachant qu’il s’agit d’un « risque sérieux pour la stabilité du système financier » et qu’il est plus stressant que les tests de résistance des banques, que feriez-vous de vos investissements ?

Notre tweet dit tout… Traduction approximative : « vous avez 3 jours pour tout vendre »…

Traduction:

– BAILEY DE LA BoE : LE MESSAGE AUX FONDS EST « IL VOUS RESTE TROIS JOURS ».
Son téléprompteur a été piraté ? C’est la chose la plus stupide que tu puisses dire.

Ce matin, la Banque d’Angleterre a mis les bouchées doubles lors de la soirée de renflouement des fonds de pension, en ajoutant la dette indexée sur l’inflation à ses achats pour stabiliser le marché après une hausse record des rendements lundi… mais personne n’est venu, car les Gilts [titres de créance négociables émis par le Royaume-Uni] et les Linkers [Obligations indexées à l’inflation] ont vu leurs rendements augmenter malgré les milliards d’achats promis

Le Financial Time répond à la question suivante : pourquoi les investisseurs britanniques ne vendent-ils pas plus d’obligations ?

Les traders affirment que la réticence de certains investisseurs à se débarrasser de plus grandes quantités de gilts est en partie une conséquence de l’approche de la BoE en matière d’achats.

La banque centrale n’a acheté des gilts qu’à un niveau proche de celui du marché et a rejeté les offres qu’elle jugeait trop chères.

Les investisseurs peuvent obtenir un prix légèrement meilleur en vendant leurs obligations à la banque centrale plutôt que sur le marché libre, mais la différence se mesure en petites fractions de point de pourcentage.

En contrepartie, ils doivent faire face à l’incertitude de savoir si la BoE acceptera effectivement leur offre de vente, ou si la banque conservera des gilts non désirés sur un marché où le prix peut avoir évolué contre eux entre-temps.

« Les clients n’aiment pas l’incertitude – ils disent « vous prenez le risque et vous pouvez nous le facturer », a déclaré un négociant de gilts dans une grande banque d’investissement.

L’approche de la BoE contraste avec ses programmes d’assouplissement quantitatif qui ont suivi la crise financière mondiale, le vote du Brexit et l’épidémie de Covid.

La banque centrale s’est alors lancée sur les marchés pour acheter une quantité prédéterminée d’obligations, quel qu’en soit le prix, avec l’intention expresse de faire baisser les rendements.

Cette fois-ci, la BoE a répété à plusieurs reprises qu’elle n’avait pas l’intention de chercher à faire baisser les rendements obligataires, un message que les investisseurs ont pris à cœur.

« Vous vendez l’obligation là où se trouve le marché – il n’y a pas de force d’achat venant de la BoE », a déclaré le trader.

Andrew Bailey
Gouverneur de la Banque d’Angleterre

« La manière dont la banque a structuré cette intervention est qu’elle ne peut acheter des actifs que si des personnes font des offres, mais personne ne fait d’offres », a déclaré Craig Inches, responsable des taux et des liquidités chez Royal London Asset Management.

Selon lui, les fonds de pension préféreraient vendre leurs actifs les plus risqués, notamment les obligations d’entreprise ou l’immobilier.

Ainsi, après les commentaires de Bailey en fin de journée, les ventes ont commencé…

Le Cable [ taux de change entre le $ américain et la £ ] a atteint son plus bas niveau depuis 10 jours et est repassé sous 1,10 (les obligations britanniques étaient évidemment fermées)…

Les marchés boursiers américains ont plongé vers leurs plus bas niveaux de la journée après les commentaires de Bailey.

Le Dow Jones a réussi à revenir dans le vert mais le Standard & Poor’s et le Nasdaq étaient en baisse (ce dernier étant le pire des majors de la journée)…

Le Nasdaq et le S&P sont en baisse pour la 5e journée consécutive, le Nasdaq étant à son plus bas niveau depuis juillet 2020.
Tous les secteurs ont été touchés par les commentaires de Bailey, les technologies étant les moins performantes, tandis que les produits de base et l’immobilier sont en tête…

Les rendements du Trésor américain ont baissé sur la journée (et ont été mitigés par rapport à la clôture de vendredi, la courbe étant plus raide, la partie courte ayant surperformé), inversant les hausses d’hier (sur la base des contrats à terme) peu après la fermeture des bourses Européennes aujourd’hui.

Les rendements ont grimpé en flèche après les commentaires de Bailey.

De façon notable, les rendements à 10 ans ont une fois de plus parfaitement stagné à 4,00%

Loretta J. Mester de la Fed, a fait des commentaires bellicistes et a averti :

« À ce stade, les risques les plus importants proviennent d’un resserrement trop faible et de la persistance d’une inflation très élevée qui s’installe et s’ancre dans l’économie. »

Le dollar américain a subi une forte baisse aujourd’hui après 4 jours consécutifs de hausse avant que les commentaires de Bailey ne fassent exploser le billet vert…

Le franc suisse a rebondi après avoir touché la parité avec le dollar une fois de plus aujourd’hui…

Le Bitcoin a dégringolé après les commentaires de Bailey, repassant sous la barre des 19 000 dollars…

Les prix du pétrole ont prolongé leur baisse après les commentaires de Bailey…

L’or a fortement baissé également, après avoir tenté une hausse vers 1700 $ sur la journée….

Enfin, nous notons que l’ARKK de Cathie Wood est sur le point de franchir les seuils atteints lors du verrouillage du COVID tandis que son analogie avec l’explosion et l’effondrement des DotCom se termine…

« Cela devait arriver parce que ça a toujours été comme ça avant« , a tweeté lundi Michael Burry de « Big Short », ajoutant « Comment quelqu’un de plus de 40 ans ne l’a pas vu venir est une énigme. La réponse est la cupidité. »

Le tsunami financier est en cours. Il est encore temps de vous protéger avec nos solutions, réservez un appel :

Source: Zero Hedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *