fbpx

TWITTER CENSURE LE CHIRURGIEN EN CHEF DE FLORIDE, QUI MET EN GARDE CONTRE LE VACCIN COVID !

Le chirurgien général de Floride recommande de ne pas administrer le vaccin COVID-19 à ARNm aux hommes jeunes

Le Dr Joseph A. Ladapo, chirurgien général de Floride, a donné, le 7 octobre, de nouvelles directives sur les vaccins à ARN messager (ARNm), recommandant spécifiquement de NE PAS administrer les vaccins à ARNm COVID-19 aux hommes âgés de 18 à 39 ans.

Le Dr Joseph A. Ladapo, chirurgien général de Floride

L’ARN messager est la technologie utilisée par les vaccins COVID-19 de Pfizer et Moderna, les vaccins les plus administrés aux États-Unis et dans un certain nombre d’autres pays.

Les nouvelles directives font suite à une analyse du département de la santé de Floride visant à évaluer la sécurité des vaccins, a indiqué le département dans un bulletin.

L’analyse menée à l’échelle de l’État sur les résidents de Floride vaccinés âgés de 18 ans ou plus (pdf) a révélé une augmentation de 84 % de l’incidence des décès d’origine cardiaque chez les hommes âgés de 18 à 39 ans, dans les 28 jours suivant la vaccination par l’ARNm.

« Les vaccins sans ARNm n’ont pas présenté ces risques accrus », a noté le département de la santé de Floride.

Compte tenu du niveau élevé d’immunité mondiale contre le COVID-19, le bénéfice de la vaccination avec les vaccins à ARNm « est probablement contrebalancé par ce risque anormalement élevé de décès d’origine cardiaque chez les hommes de ce groupe d’âge », a déclaré le département.

« En conséquence, le State Surgeon General [Ndlr: Chirurgien Général de l’État ] recommande de ne pas vacciner les hommes âgés de 18 à 39 ans avec les vaccins à ARNm COVID-19. »

« Ceux qui ont des conditions cardiaques préexistantes, telles que la myocardite et la péricardite, doivent être particulièrement prudents lorsqu’ils prennent cette décision. »

« Une attention moindre a été accordée à la sécurité et les préoccupations de nombreuses personnes ont été écartées – ce sont des résultats importants qui devraient être communiqués aux Floridiens », a déclaré Ladapo, en référence à l’analyse.

Dans une nouvelle directive (pdf), le département de la santé de Floride a déclaré qu’il « continue de s’en tenir » à sa directive sur les vaccins pédiatriques COVID-19 publiée en mars.

Cette directive (pdf) recommande de ne pas vacciner contre le COVID-19 les enfants et les adolescents en bonne santé âgés de 5 à 17 ans.

Elle recommande maintenant aussi de ne pas vacciner les nourrissons et les enfants de moins de 5 ans avec le COVID-19.

Analyse à l’échelle de l’État

L’analyse du département de la santé de Floride qui a servi de base à la dernière recommandation de Ladapo avait cherché à « évaluer les risques de mortalité toutes causes confondues et de mortalité d’origine cardiaque après la vaccination par le COVID-19 ».

Les résidents de Floride âgés de 18 ans ou plus qui sont décédés dans les 25 semaines suivant l’administration du vaccin COVID-19, depuis le début du déploiement de la vaccination dans l’État – le 15 décembre 2020 – ont été inclus. La date de fin de l’étude était le 1er juin 2022.

Les personnes étaient exclues de l’étude si elles avaient une infection documentée par le COVID-19, si elles étaient décédées des suites du COVID-19, si elles avaient reçu un rappel du vaccin COVID-19 ou si elles avaient reçu leur dernier vaccin COVID-19 après le 8 décembre 2021. Ce dernier critère a été mis en place pour s’assurer que chaque personne soit suivie après 25 semaines.

L’étude a révélé que la vaccination COVID-19 « n’était pas associée à un risque élevé de mortalité toutes causes confondues », mais « était associée à un risque modestement accru de mortalité d’origine cardiaque 28 jours après la vaccination. »

« Les résultats de l’analyse stratifiée pour la mortalité liée au cœur après la vaccination suggèrent que la vaccination par ARNm pourrait être à l’origine de l’augmentation du risque chez les hommes, en particulier chez les hommes âgés de 18 à 39 ans », selon l’analyse.

Elle a également noté que le risque de décès, toutes causes confondues, et de décès d’origine cardiaque était « sensiblement plus élevé 28 jours après l’infection par COVID-19 ».

L’analyse a été réalisée sous forme de cas auto-contrôlée (SCCS), ce qui est un modèle d’étude à l’origine développé pour évaluer la sécurité des vaccins, a déclaré le ministère. La méthode SCCS utilise les individus comme se contrôlant eux-mêmes, de sorte que les comparaisons sont faites au sein des individus.

En autorisant les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna COVID-19 à être utilisés en urgence en 2020, la Food and Drug Administration américaine a autorisé pour la première fois des vaccins utilisant la technologie ARNm.

Selon la FDA, le vaccin à ARNm contient un petit morceau d’ARNm du virus qui ordonne aux cellules de l’organisme de fabriquer la protéine de pointe distinguant le virus.

Lorsqu’une personne reçoit le vaccin, son corps produit des copies de la protéine spike qui « ne provoque pas de maladie, mais stimule le système immunitaire pour qu’il apprenne à réagir de manière défensive, produisant une réponse immunitaire » contre le virus, selon l’agence.

Les jeunes hommes plus touchés

Les vaccins COVID-19 à base d’ARNm de Pfizer-BioNTech et de Moderna ont tous deux été associés à des inflammations cardiaques, notamment des myocardites et des péricardites, selon des données provenant du monde entier.

Les populations plus jeunes, en particulier les jeunes hommes, ont été observées comme présentant ces conditions à des taux beaucoup plus élevés que prévu, selon les données des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Un petit nombre de décès dus à une inflammation cardiaque après l’administration du vaccin COVID-19 a également été signalé.

Les schémas primaires des vaccins, qui consistent en deux doses administrées à plusieurs semaines d’intervalle, n’ont pas suffi à protéger contre l’infection et ont montré une efficacité décroissante dans la protection contre l’hospitalisation dans le cadre de variantes nouvellement apparues. Cela a incité les gouvernements de nombreux pays à recommander des rappels et des rappels ultérieurs tout au long de la pandémie de COVID-19.

Suite au tollé provoqué par la censure, Twitter rétablit la publication du Médecin chef de Floride

Après les nombreuses réactions sur le site concernant cette censure, Twitter a rapidement rétabli le message en question.

Vers midi, dimanche, sur la côte est, le tweet apparaissait à nouveau sur le fil de nouvelles du chirurgien général de Floride, le Dr Joseph Ladapo.

Plus tôt dans la journée, nous avons signalé que Twitter avait censuré le tweet du Dr Joseph Ladapo, chirurgien général de Floride, concernant une nouvelle étude sur le vaccin Covid dont « le public doit être informé ».

Il a déclaré : « cette analyse a montré un risque accru de décès d’origine cardiaque chez les hommes de 18 à 39 ans. La Floride ne gardera pas le silence concernant la vérité ».

TRADUCTION:

« Aujourd’hui, nous avons réalisé une analyse des vaccins Covid 19 à Arnm au sujet de laquelle le public doit être informé. Cette analyse a montré un risque accru de décès d’origine cardiaque chez les hommes de 18 à 39 ans. Le gouvernement de Floride ne gardera pas le silence sur la vérité. »

À peine 24h après le tweet, ce dernier a été supprimé et remplacé par un message de Twitter qui dit : « Ce tweet a violé les règles de Twitter ».

Un nouveau lien a également été fourni, se lisant comme suit: « En savoir plus. »

Il n’y a pas eu d’explication sur la raison pour laquelle le tweet a été supprimé, bien que le nouveau lien indique que le contenu « peut contenir des informations contestées ou trompeuses. »

Sur Twitter, les gens étaient furieux de la censure exercée sur un représentant du gouvernement par les grandes entreprises technologiques.

TRADUCTION:

« Twitter vient de censurer un tweet du chirurgien général de Floride qui recommande de ne pas administrer le vaccin COVID-19 aux hommes âgés de 18 à 39 ans. Twitter dit qu’il a violé les règles de la plateforme. »

« Ou a-t-il été censuré pour avoir mis en danger les profits de Big Pharma ? Big pharma est un gros annonceur sur Twitter ? @elonmusk »

TRADUCTION:

« Pour devenir chirurgien général, une personne doit d’abord devenir médecin agréé. Devenir médecin agréé est un long processus qui commence par un diplôme de premier cycle de quatre ans. Les personnes doivent ensuite terminer trois années d’études en médecine, suivies d’un internat. »

« Considéreriez-vous le Dr Joseph Ladapo, Chirurgien Général de Floride, comme plus instruit et plus digne de confiance qu’un télé-travailleur, peut-être titulaire d’un diplôme universitaire, mais qui ne fait que publier des messages sur les médias sociaux pour gagner sa vie ? »

Pour résister au coup d’état mondial en cours, sélectionnez un rendez-vous, l’appel est gratuit !

Source: Zero Hedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *