fbpx

ETHEREUM : ARME FATALE MONDIALE LA PLUS PROBABLE POUR LES CBDC !

En dehors de la Chine, toutes les autres nations majeures sont à la traîne !

Imaginez, si vous le voulez bien, une inflation persistante à deux chiffres, une flambée des coûts de l’énergie, des pénuries provoquant des pannes d’électricité dans toute l’Europe, des rendements obligataires qui s’envolent de manière incontrôlée, des chaînes d’approvisionnement qui s’arrêtent tandis que des crises de la dette souveraine éclatent dans le monde entier…

… Suite du scénario :

Puis, un vendredi après la fermeture des marchés, à l’approche d’un long week-end, une émission d’urgence est diffusée au cours de laquelle le président, le président de la Réserve fédérale et le président de la Chambre des représentants apparaissent à la télévision nationale pour annoncer que, conformément à la disposition relative aux renflouements légaux de la loi Dodd-Frank de 2010, un jour férié bancaire aura lieu la semaine suivante.

Pendant ce congé, certaines dettes bancaires seraient converties en FedCoin (FED), un jeton ERC-20 sur la blockchain Ethereum, à raison de 10 FED pour 1 dollar.

Chaque déposant aurait un NFT émis à son numéro de sécurité sociale – et qui lui donnerait accès à son FedCoin via le protocole Sign-On-With-Ethereum. Les déposants devront « miser » leur Ethereum pour accéder à tous les avantages de FedCoin, mais tout comportement social sous-optimal (comme le fait d’être en retard dans ses vaccinations ou de faire fonctionner son climatiseur à une température trop basse) pourrait entraîner un « slashing », c’est-à-dire la « combustion » d’une partie de leurs actifs mis en jeu.

Des annonces similaires sont faites ailleurs : au Canada, la Première ministre Freeland et son ministre des Finances Steven Guilbeault annoncent la création de LOONCoin, en invoquant le Règlement de 2018 sur la conversion de la recapitalisation des banques (renflouement), tandis qu’en Australie, ils se réfèrent au projet de loi de 2017 modifiant la législation sur le secteur financier (pouvoirs de résolution des crises et autres mesures).

Au sein du G20, chaque dirigeant considère que son initiative nationale fait partie de la grande restructuration…

Central Bank Digital Currency-La monnaie numérique des banques centrales.

Nous sommes entrés dans la phase finale de la dernière étape du mondialisme et les choses vont vite. Des décennies de pillage de plus en plus centralisé et basé sur des billets de banque arrivent maintenant à leur terme et le système s’effiloche rapidement :

  • Les coûts de l’énergie montent en flèche grâce à des pénuries inspirées par l’ESG.
  • Les taux d’inflation dépassant la stagflation des années 70 frappent tous les pays et dans certaines régions (Turquie, Argentine, Sri Lanka, Liban), ils frôlent l’hyperinflation.
  • Les marchés obligataires mondiaux pourraient s’effondrer à tout moment, car les banques centrales piégées tentent d’éviter une récession mondiale.
  • Les tensions géopolitiques (même entre alliés de l’OTAN) rappellent étrangement les mois qui ont précédé 1914, lorsque le monde s’est engagé dans la première guerre mondiale à l’échelle industrielle.
  • Les élites politiques et culturelles du monde entier n’ont jamais été aussi déséquilibrées et détachées de la réalité.

De nombreux commentateurs envisagent un scénario monétaire final dans lequel la Fed et les autres banques centrales perdraient réellement le contrôle du marché obligataire, la dette mondiale de 150 à 300 000 milliards (selon ce que vous incluez) imploserait et le système financier lui-même s’effondrerait, ce qui n’a cessé d’être reporté depuis l’explosion du dotCom…..

Le taux de base de la Fed, la dette en rapport au PIB, et la masse monétaire.

Deux décennies de coups de pied au cul : Le taux de base de la Fed, la dette / PIB, et la masse monétaire M2 lors des quatre dernières crises financières…

La mini-parabole présentée dans les premiers paragraphes décrit la situation que beaucoup d’entre nous, qui sont sceptiques à l’égard du système actuel, anticipent : il y aura une évolution inévitable vers les monnaies numériques des banques centrales (CBDC).

Cette évolution sera considérée comme un moyen de prolonger la durée de vie du système financier fondé sur la monnaie fiduciaire de quelques décennies cruciales, tout en présentant un mécanisme irrésistible permettant d’affirmer un contrôle social à la chinoise d’une manière dont les anciens autoritaires ne pouvaient que rêver.

De nombreux livres blancs gouvernementaux ont été publiés (que nous couvrons avec diligence dans The Crypto Capitalist Letter), qui décrivent uniformément les aspirations des CBDC, à savoir :

  • Des dates d’expiration pour le « cash ».
  • Des taux d’intérêt négatifs sur l’épargne.
  • Programmabilité sur où, quand, qui et pourquoi l’argent est dépensé.
  • Déclaration, suivi et taxation au niveau des transactions
  • Quotas, limites et restrictions
  • Possibilité d’ajouter ou de retirer des fonds à distance par les autorités centrales.

Il n’y a qu’un seul problème…

Aucune nation ou banque centrale, en dehors de la Chine, n’est sur le point de déployer une monnaie numérique nationale de banque centrale capable de faire ces choses.

Pendant un certain temps, il semblait que le Diem de Facebook pourrait être au moins un FedCoin temporaire, jusqu’à ce que Facebook abandonne le projet (ils ont depuis vendu la propriété intellectuelle à Silvergate Bank).

Mais en termes pratiques, personne n’est prêt. Les pays qui ont déployé une CBDC nationale ont fait un flop (par exemple, le Nigéria, le Venezuela), et même le Yuan numérique de la Chine a fait ses débuts pendant les Jeux olympiques avec des critiques mitigées.

Il serait impossible de mettre au point une CBDC nationale en secret et de l’imposer à une population de façon inattendue. Tout ce qui sera adapté pour servir de rails à des CBDC interconnectées à l’échelle mondiale laissera des empreintes, de grandes empreintes.

Les personnes qui s’intéressent de près au bitcoin, aux crypto-monnaies, aux actifs numériques et à la blockchain en entendront parler et les verront arriver de très loin, et rien de ce qui est connu pour être en cours de développement (comme le projet Jasper du Canada) n’est prêt (ou au point mort).

Cependant, le système financier est en train de s’effondrer si rapidement qu’il n’y a probablement pas le temps de développer des CBDC nationales à partir de zéro, du moins pas pour une économie avancée du G-20.

La solution pourrait être de coopter une crypto-monnaie existante qui est déjà déployée, qui a déjà une part de marché et une marque, et qui signale plus ou moins sa réceptivité à la notion.

L’Ethereum : La crypto-monnaie préférée des banques centrales (et du WEF)

L’avènement du bitcoin a été un coup de semonce pour toutes les banques centrales et la monnaie fiduciaire. Nous voyons, par exemple, une réaction presque viscérale à la menace posée dans divers documents de la Banque du Canada (obtenus par une demande de la LAI) :

Extrait du diaporama de la BoC intitulé  » Central Bank Money : La prochaine génération, maintenir la confiance à l’ère numérique’, 19 sept. 2018

Traduction: (2). La menace des crypto-monnaies.

  • « Les crypto-monnaies de la génération actuelle (par exemple, le bitcoin) ne sont pas de la monnaie au sens traditionnel du terme. »
  • « Mais… Cet espace évolue rapidement (par exemple, les algorithmes d’approvisionnement). »
  • « L’incitation à produire une monnaie internationale omniprésente est énorme. »
  • « Le remplacement des monnaies souveraines par une crypto-monnaie pourrait nuire aux fonctions des PM et de la LOLR. »
  • « Il pourrait également y avoir d’importants problèmes de sécurité financière liés à l’insuffisance des contrôles des risques. »

Au niveau supra-national et des ONG, tout le monde, de la Banque mondiale au FMI en passant par le Forum économique mondial, est quelque peu hostile au Bitcoin.

Les articles du WEF sur le bitcoin se terminent généralement par les  « problèmes » qui lui sont associés et les alternatives, allant jusqu’à déclarer en 2017 que d’ici 2020  « le bitcoin consommerait plus d’énergie que le monde entier. »

Il est donc intéressant de remarquer une crypto-monnaie à laquelle ces organismes internationaux et ces banques centrales ne sont pas ouvertement hostiles, et qui a toujours été Ethereum.

L’axe principal du développement de la CBDC du Canada a été (jusqu’à présent) le « Projet Jasper », un partenariat entre la Banque du Canada, Paiements Canada, R3 et les grandes banques.

Projet Jasper

Extrait de « Distributed Ledger Technology, A Central Banker’s Perspective », 2017.

Traduction:

  • Phase 1- Ethereum- Section « Settlement Finality » : Finalité Probable.
  • Phase 1- Ethereum- Section « Operational Risk 2 Scalability » : Limité à environ 12 transactions par seconde.

Notez que la phase 1 a été construite sur Ethereum. La phase 2 devait être construite sur Corda « un système leader de Ledger Distribué pour les industries réglementées. »

Plaidoyer pour le déploiement de l’Ethereum

Jusqu’à présent, la Norvège et Israël ont commencé à développer leur CBDC en utilisant Ethereum.

En 2021, un responsable bancaire chinois a plaidé en faveur du déploiement d’une CBDC sur Ethereum, et lors de la réunion du WEF en 2020, Joseph Lubin, l’un des cofondateurs d’Ethereum et PDG de Consensys, a présenté un livre blanc plaidant pour qu’Ethereum devienne le rail des CBDC.

« Le Forum économique mondial, qui se réunit à Davos pour la 50e fois, a pour toile de fond un changement radical dans les mécanismes de la monnaie.

Nous présentons ci-dessous un aperçu de la CBDC et un exemple concret de la façon dont une CBDC pourrait être mise en œuvre sur la blockchain Ethereum. Nous croyons qu’Ethereum est le réseau blockchain le mieux adapté pour le type de plateformes de règlement interopérables, à l’échelle mondiale et sécurisées au maximum que les CBDC requièrent. Mais nous sommes bien conscients qu’il existe de nombreuses autres possibilités. »

Pour être clair, je ne suis pas de ceux qui pensent que le WEF est une sorte de cabale toute puissante qui contrôle tout, car la réalité est que le monde est intrinsèquement incontrôlable au niveau macro (nous vivons dans un monde hors de contrôle, et pour beaucoup, la perspective de cela est plus terrifiante que la dystopie).

Mais ce qui se passe à Davos ne reste pas à Davos. L’agenda du WEF exerce véritablement une influence démesurée (du moins pour l’instant) et donne le ton de ce qui est à la mode chez les technocrates, les autoritaires et les divers malthusiens qui imprègnent les cercles d’élite.

Ethereum (ou peut-être « CBDETH ») est bien adapté au cas d’utilisation des CBDC mondiales : différents jetons ERC-20 peuvent être émis pour des usages multiples : monnaies stables, UBI, coupons alimentaires, quotas de carbone, crédit social – tous soutenus par Ethereum sur la couche de base.

Une monnaie qui a fait ses preuves en matière de changement de politique monétaire à la volée et qui n’a pas peur de se sortir d’un mauvais pas.

Pour la poussée vers les Digital-IDs, les NFTs de type ERC-721 sont bien adaptés. Votre Bored Ape n’indique pas seulement à quel point vous êtes cool, il peut signaler si vos boosters COVID sont à jour, au vu et au su de tous, sur la blockchain.

À première vue, cela va à l’encontre de ce que je dis dans The Crypto Capitalist depuis plus d’un an. Ma théorie était qu’à l’avenir, la façon dont vous pourriez faire la différence entre un actif numérique décentralisé au porteur et une CBDC serait de savoir s’il serait possible d’auto-déposer vos clés privées ou non.

Je me suis peut-être trompé à ce sujet, puisque tout le monde peut détenir son propre portefeuille pour Ethereum.

Cependant, nous devrions nous attendre à ce que les plébéiens soient incités à conserver leurs clés privées auprès des partenaires bancaires du système CBDETH (« de manière sûre et efficace »).

Il pourrait même y avoir des incitations à le faire, comme des allocations supplémentaires de viande, ou la permission de prendre un vol supplémentaire chaque année.

L’écosystème Ethereum montre déjà qu’il est prêt à se conformer aux diktats de l’État central : il se conforme à l’OFAC en donnant un coup de poignard à la censure des transactions au niveau du protocole, plutôt que d’en discuter trop longuement.

Le passage prochain au PoS est carrément inspiré de l’ESG (ce n’est pas l’endroit pour débattre de la politique énergétique du PoW, si ce n’est pour dire que l’alarmisme qui l’entoure est basé sur l’ignorance pure et simple et la FUD ; mais je recommande au minimum les ouvrages d’Alex Gladstein « Le coût caché du Petrodollar » et de Nic Carter « Le dernier mot sur la consommation d’énergie du bitcoin »).

Après la fusion (alias le grand bond en avant d’Ethereum), si nous pouvons envisager un scénario dans lequel la plupart des ETH sont enfermés dans des validateurs gérés de manière centralisée, et qu’une grande partie du système a déjà adopté une censure des transactions au niveau du protocole, ce serait parfait.

En apparence, il pourrait être présenté comme une monnaie numérique décentralisée et inclusive, alors qu’en réalité, il serait hautement concentré et censuré au niveau des transactions.

De la même manière que le WEF se vante d’avoir « pénétré les cabinets » de nombreux gouvernements mondiaux, le diagramme de Venn du WEF et les échelons supérieurs de la Fondation Ethereum se croisent déjà à quelques endroits. En plus du discours du cofondateur d’Ethereum, Joseph Lubin, mentionné ci-dessus, le directeur exécutif de la Fondation Ethereum est « un contributeur à l’ordre du jour » du WEF.

L’Enterprise Ethereum Alliance, quant à elle, est composée de personnalités de la haute technologie, de Wall Street et de grandes entreprises, dont JP Morgan, Microsoft, Accenture, Bank of New York Mellon, Ernst & Young et même Fedex Corporate Services Inc.

Contraste entre Ethereum et Bitcoin

Avec l’EIP 1559, Ethereum a ostensiblement adopté une politique monétaire « ultra-sonore » dans laquelle l’offre d’ETH atteindrait en fait un plateau, puis commencerait à décliner à mesure que davantage d’ETH seraient « brûlés » que frappés.

Cependant, même cette mise à jour, combinée avec le passage imminent de Proof-of-Work à PoS montre : Les développeurs du noyau d’Ethereum n’ont aucun problème à restructurer radicalement ses fondamentaux au gré des vents et des caprices des circonstances.

De son ICO initiale aux initiés, en passant par le lancement avec une offre illimitée, jusqu’à son renflouement après le piratage de sa DAO, Ethereum a une approche « tout ce qu’il faut » qui est à l’opposé d’un actif dur immuable avec une offre finie comme le Bitcoin.

Si des circonstances surviennent où une offre monétaire infiniment extensible est souhaitée ou requise, ils peuvent simplement changer le système à nouveau, encore et encore…

Comparez avec le Bitcoin, qui est vraiment décentralisé, avec un plafond dur immuable qui ne peut pas être changé. S’il y a des factions dissidentes, comme pendant les guerres de la taille des blocs, par exemple, le problème est réglé par un hard fork où les utilisateurs choisissent la voie à suivre et où les forces du marché règlent le reste.

À ce propos, il existe même déjà une version Proof-of-Stake du bitcoin.

Donc, si nous accordons vraiment de l’importance à la démocratie plutôt qu’à la coercition, et si la Proof-of-Stake est manifestement meilleure que la Proof-of-Work du cœur de Bitcoin, alors nous devrions voir « Bitcoin-2 » flipper Bitcoin en temps voulu.

« De même, et c’est mon principal problème avec la Fusion, la manière la plus démocratique de l’entreprendre serait de procéder à un hard fork choisi par les utilisateurs, laissant les deux chaînes et options disponibles par la suite ».

Bien sûr, personne ne s’attend sérieusement à ce que le « Bitcoin-2 » fasse cela. Mais nous pouvons nous attendre à ce que le Bitcoin soit le seul actif numérique immuable dans l’ère à venir des monnaies numériques des banques centrales.

Conclusion

Dans The Crypto Capitalist Manifesto, je me suis appuyé sur mes travaux précédents concernant la Grande Bifurcation et j’ai théorisé une société à deux vitesses à venir.

  • Je postulais que l’UBI serait inévitable et que les rails seraient une CBDC doublée d’un système de crédit social à la chinoise. Tout ce qui s’est passé depuis lors a renforcé cette conviction.
  • Ce que je n’avais peut-être pas prévu, c’est que les rails des CBDC pourraient très bien être Ethereum, ou une version cooptée de celui-ci. Beacon Chain (la chaîne post-fusion) pourrait être cette version.

Il est trop tôt pour dire comment se sentir à ce sujet. J’ai toujours eu un faible pour Ethereum, et j’ai admiré ce qu’ils ont fait en matière de dénomination décentralisée avec ENS. Mon entreprise principale a été impliquée dans cet effort pendant un certain temps. Je suppose que le voir se positionner pour l’acceptation du grand public / des entreprises / des gouvernements est quelque peu désorientant.

C’est peut-être une bonne chose que la dernière itération de l’ère fiat de l’argent sponsorisé par l’État doive, par nécessité, être construite sur quelque chose qui échappe à leur contrôle absolu… un autre marqueur de la révolution décentralisée.

Cependant, là où le Bitcoin a atteint une vitesse de fuite et a brisé la barrière du « ici pour rester » par pure belligérance de blaireau, Ethereum semble y arriver en « jouant le jeu ».

Cela ne veut pas dire non plus qu’avec nos casquettes d’investisseurs, il n’y aura pas d’énormes gains à réaliser au sein de l’écosystème Ethereum, même s’il en va ainsi.

Si Ethereum devient le rail des CBDC mondiales (CBDETH), posséder les composants de l’infrastructure (oracles, validateurs, échanges, dapps, plateformes de nommage) serait analogue à posséder une petite tranche de la Réserve fédérale ou du système mondial de paiement ACH.

Mais j’ai cessé de considérer l’Ethereum comme immuable depuis un certain temps, et certainement pas comme un actif numérique dur, comme je le fais pour le Bitcoin.

Mark E. Jeftovic est le PDG d’easyDNS, cofondateur de Bombthrower Media, auteur et investisseur. Inscrivez-vous à la liste de diffusion de The Bombthrower pour recevoir des mises à jour directement dans votre boîte de réception et obtenez un exemplaire gratuit de The Crypto Capitalist Manifesto pendant que vous y êtes.

Besoin d’information complémentaires. Pensez à vous organiser avec nos stratégies, réservez un appel :

Source: ZeroHedge

Je partage maintenant !

One thought on “ETHEREUM : ARME FATALE MONDIALE LA PLUS PROBABLE POUR LES CBDC !

  • 27 octobre 2022 à 13h55
    Permalink

    Je ne sais pas pourquoi mes contacts à fond dans la cryptomonnaie entrent en transe hystérique quand j’ose leur dire que « jamais les gouvernements, pire encore la FED, n’aurait laissé les cryptomonnaies si elles étaient issues d’un MR tout le monde et s’il n’y avait pass un plan » ….
    ….et je ne comprend pas pourquoi ils sont encore plus hystérique quand je leur dis « les utilisateurs des cryptos ont servi de béta-testeurs gratuits pour les monnaies numériques de banque centrale, planifiées depuis 1997 par le gouvernement mondial ONU »

    Pourtant, la question « si-bête » (sic) est vite répondue quand on regarde le marché des cryptos depuis sa création et qu’on se demande « qui bono ».

    Il faut admettre un certain courant religieux lié aux cryptomonnaies et à certains mineurs …
    Dire certaines vérités c’est blasphémer selon-eux, ce qui est la signature des mouvements religieux dogmatiques. ^^

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *