fbpx

LES RÉGIONS UKRAINIENNES ANNEXÉES SONT SOUS PROTECTION NUCLÉAIRE !

L’annexion des territoires apporte une protection équivalente à celle de la Russie, donc nucléaire

Le Kremlin a poursuivi ses sévères avertissements qui visent l’OTAN et les soutiens occidentaux de l’Ukraine, affirmant mercredi 19 octobre que les quatre territoires récemment annexés à l’est sont sous la protection nucléaire de la Russie.

« Tous ces territoires sont une partie inséparable de la Russie, et par conséquent, ils sont tous sous [notre] protection« , a déclaré le porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov, aux journalistes, en réponse à la question d’un journaliste qui voulait savoir si ces nouvelles régions absorbées par la fédération russe étaient sous son parapluie nucléaire. « Leur sécurité est garantie précisément au même niveau que le reste du pays« .

Comme le rapporte CNBC, « la déclaration du Kremlin est intervenue à un moment de tension aiguë, l’OTAN et la Russie devant organiser prochainement des exercices militaires pour tester l’état de préparation de leurs forces nucléaires.« 

Certains responsables et experts américains, ainsi que des groupes de réflexion liés à l’OTAN, ont continué à exhorter l’alliance occidentale à ne pas céder au « chantage nucléaire » de Poutine – arguant que les forces ukrainiennes devraient continuer à recevoir tout ce qui est nécessaire pour éviter l’invasion russe.

Kherson serait désormais dans la ligne de mire de la contre-offensive ukrainienne, comme indiqué ci-dessous.

TRADUCTION :

« Pour certains des plus ardents défenseurs de l’Ukraine, le simple fait de parler de diplomatie équivaut à un apaisement. Leur argument est que la seule façon acceptable et réaliste de mettre fin à la guerre est de vaincre Poutine. Ce n’est… pas d’une grande aide. »

Le président russe Vladimir Poutine a autorisé la loi martiale pour les quatre territoires récemment annexés de Donetsk, Kherson, Luhansk et Zaporizhzhia. Cette décision confère en fait des pouvoirs d’urgence et extraordinaires aux chefs de ces régions, l’Associated Press notant que des « pouvoirs d’urgence supplémentaires » ont également été accordés aux « chefs de toutes les régions de Russie« , sans que l’on sache exactement ce que cela signifie.

Cette annonce intervient au lendemain de la déclaration de l’armée russe selon laquelle elle se prépare à évacuer les civils de Kherson, qui a été la première ville ukrainienne à tomber sous les coups de l’invasion en février.

« L’ensemble de l’administration est déjà en mouvement aujourd’hui« , a confirmé mardi le chef de la région, Vladimir Saldo, installé à Moscou.

Cet ordre d’évacuation est largement considéré comme un aveu que la contre-offensive ukrainienne menaçant Kherson occupée prend rapidement de l’ampleur, et que les Russes pourraient donc préparer un bombardement massif de type « terre brûlée » en réponse.

Les rapports estiment que les lignes de front russes ont été repoussées de 20 à 30 kilomètres rien que ces dernières semaines, et les commandants russes craignent d’être repoussés contre le fleuve Dniepr qui divise l’Ukraine en deux.

Le gouvernement ukrainien a rejeté la déclaration de loi martiale comme une « pseudo-légalisation du pillage des biens des Ukrainiens » et a depuis longtemps exhorté ses citoyens à ne pas se conformer aux directives de l’administration russe occupée.

Les médias d’État russes ont expliqué, à propos de la nouvelle ordonnance de M. Poutine, que les quatre territoires « avaient déjà la loi martiale en place lorsqu’ils sont devenus des parties de la Russie », en se fondant sur les déclarations faites par le président mercredi. « Ainsi, la décision fournit la base juridique pour qu’elle reste en place sous la souveraineté de la Russie, a-t-il déclaré lors d’une réunion du Conseil de sécurité nationale. »

D’autres sources étatiques détaillent : « Le document signé par Poutine introduit la loi martiale à partir de jeudi minuit. Il ordonne également aux différentes parties du gouvernement russe de soumettre des plans d’action correspondants dans les trois jours. »

Les pouvoirs supplémentaires accordés aux administrations régionales en Russie semblent être une réponse au fait que les régions frontalières, en particulier Belgorod et Kursk ces derniers jours, ont subi des tirs de missiles et d’artillerie transfrontaliers accrus de la part de l’Ukraine. RT note en outre le décret juridique de Poutine :

Il s’agit de la République de Crimée, de la ville de Sébastopol, ainsi que des régions de Krasnodar, Belgorod, Briansk, Voronej, Koursk et Rostov. Il s’agit d’un régime spécial qui donne aux fonctionnaires des pouvoirs supplémentaires pour assurer la sécurité et une réaction rapide à toute urgence.

Tout cela constitue une nouvelle étape itérative vers une déclaration de guerre totale de Moscou contre l’Ukraine, après la « mobilisation partielle » du mois dernier et l’appel de centaines de milliers de réservistes.

Un correspondant de guerre international basé à Moscou prédit qu’une opération militaire « spéciale » est sur le point de se produire pour « sauver la face après les récentes défaites » dans l’est et le sud :

« [La loi martiale] signifiera davantage de restrictions sur la circulation des personnes. Cela signifie que l’armée et les administrations locales auront le droit de faire ce qu’elles veulent – en termes de [décision] sur la façon dont les gens se déplacent ou d’empêcher les rassemblements.

« Les rassemblements et activités des partis politiques seront interdits, et il sera demandé aux usines civiles ou semi-civiles de réorienter leurs chaînes de production pour aider les militaires. »

Dans les zones « annexées », M. Vall a déclaré qu’il est probable qu’il y ait une « mobilisation totale au lieu d’une mobilisation partielle, comme cela a eu lieu dans la Fédération de Russie.« 

Il a ajouté : « Les Russes [s’attendaient] à ce que quelque chose de spécial soit fait pour sauver la face après les récentes défaites sur le front.« 

Les responsables ukrainiens ont quant à eux accusé Moscou d’attiser l' »hystérie » en procédant à l’évacuation massive des quelque 60 000 habitants qui se trouvent encore à Kherson.

Les centrales électriques de toute l’Ukraine ont continué à faire l’objet d’attaques, la dernière en date étant celle de la région de Vinnytsya, mercredi. En début de semaine, le président Zelensky a déclaré qu’un tiers des centrales électriques du pays avaient été attaquées…

TRADUCTION :

« Une vidéo montre l’attaque d’hier contre une centrale électrique à #Kyiv. Le deuxième missile a été abattu ou s’est autodétruit.« 

CNN a cité une notification d’urgence massive par SMS que les habitants ont reçu : « Chers résidents« , commençait le message. « Évacuez immédiatement. Il y aura des bombardements des zones résidentielles par les forces armées de l’Ukraine. Il y aura des bus à partir de 7 heures, de Rechport [port fluvial] à la rive gauche.« 

Le combat majeur qui s’annonce pour Kherson marque le premier cas d’invasion où ce sont les forces ukrainiennes qui assiègent une grande ville et où les forces russes doivent la défendre, ce qui laisse entrevoir la possibilité que des civils pro-russes soient pris dans des feux croisés et subissent un bombardement ukrainien majeur de leur propre (ancienne) ville.

Mardi, le nouveau commandant des forces russes en Ukraine, le général Sergueï Sourovikine, a parlé pour la première fois à la presse de l' »opération spéciale » en Ukraine, admettant que la situation à Kherson est devenue « très difficile » et que des décisions difficiles devront être prises.

« L’armée russe assurera avant tout l’évacuation en toute sécurité de la population » de Kherson, a déclaré Surovikin à Rossiya 24. « L’ennemi n’abandonne pas ses tentatives d’attaquer les positions des troupes russes« .

Pour mieux comprendre le conflit Russo-Ukrainien et les stratégies mises en place, visionnez notre entretien avec Lucien Cerise :

Source : Zerohedge

Je partage maintenant !

2 thoughts on “LES RÉGIONS UKRAINIENNES ANNEXÉES SONT SOUS PROTECTION NUCLÉAIRE !

  • 30 octobre 2022 à 17h50
    Permalink

    Non pas « régions annexées » mais région volontairement et démocratiquement rattachées à la Russie, nuance !

    Pour rappel, il est normal que ces civils dont 18.000 se sont fait massacrer par les socialistes nazis ukrainiens entre 2014 et 2021, n’aient pas envie de rester les cibles des socialistes nazis ukrainiens et le nazi Zelenski-Soros.
    C’est donc normal et BIEN que la Russie les protège face à ces despotes de socia-lopettes (despote de gauche = pléonasme) .

    Poutine fait cela dans un CONTEXTE de BOMBE SALE UKRAINIENNE et ça c’est important que de rappeler le contexte .

    Répondre
    • 31 octobre 2022 à 15h45
      Permalink

      Yaakov Kedmi, ancien diplomate israélien : « Zelensky est une honte pour le peuple juif. »

      Et il a raison, de plus Zelinski est socialiste comme le socialiste Hitler, qui plus est Zelinski utilise et couvre des bataillons ouvertement Nazis.

      Pourquoi il n’y a jamais eu de socialistes au pouvoir en Israël d’après vous ? C’est parce qu’ils savent parfaitement !

      C’est là où ça laisse songeur quant à l’infâmie de certains comme Tristan Mendes France :
      1- Directement relié au parti socialiste par le sénateur socialiste Michel Dreyfus-Schmidt pour qui il travaillait comme assistant parlementaire

      2 -« Il pousse alors le sénateur socialiste Michel Dreyfus-Schmidt — pour qui il travaille comme assistant parlementaire — à interpeller le ministre de l’Intérieur, Jean-Pierre Chevènement, pour expulser le mouvement catholique traditionaliste de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X de l’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris »
      Ce qui donne une bonne idée du despotisme Bolchevique du satrape, là bizarrement il n’évoque pas le multiculturalisme et tolérance religieuse…

      3- Toujours plus abjecte kapo socialiste (pléonasme) qui se produit sur Twitter par un même de sa confection le représentant en déporté derrière des barreaux avec Elon Musk en avant-plan … … avouant par là-même que la liberté d’expression est vécue comme une menace par le socialiste Tristan Mendes France héritier politique des nazis allemands et soutien des nazis ukrainiens .

      4- Ses prétextes de traumatisme personnel et intergénérationnel de la shoah ne tiennent pas, c’est juste de la comédie feinte pour justifier son despotisme puisque ce « traumatisme » feint ne l’aura pas empêché d’être socialiste, donc héritier politique du nazisme, du fascime et du stalinisme. CQFD

      5- Gonflé d’égo et d’un toupet infini propre aux tarés : « En 2019, il lance le projet Stop hate money dont l’objectif est de « responsabiliser les acteurs et les intermédiaires financiers qui facilitent (parfois sans le savoir) la propagation des discours de haine en ligne » »
      Alors que si quelqu’un en France tient ouvertement des discours de haine contre ceux qui ne pensent pas comme-lui, c’est bel et bien Tristan Mendes France…

      6- Pour être juste, tous les propos énoncés ci-dessus fonctionnent également pour les Cohn Bendit, les Fabius, Moscovici etc… (on ne va pas faire la liste complète des tarés qui nous prennent ouvertement pour des imbéciles depuis de trop longues décennies )

      Quelle différence colossale avec Monsieur Edwin Black
      ( né le 27 février 1950 à Chicago, est un écrivain et journaliste américain, connu notamment pour ses livres The Transfer Agreement et IBM et l’Holocauste )
      Un personnage attaché à la vérité et à la justice qui aura payé familialement le prix fort pour son honnêteté, banni, renié, conspué, répudié .
      Les livres qu’il a écrit disent tout de l’intégrité du personnage.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *