fbpx

POUTINE PULVÉRISE LE NARRATIF OCCIDENTAL À VALDAI !

Le Président Russe fait une mise au point radicale au Club de Discussion de Valdai

« La Russie ne défie pas l’élite occidentale. Nous n’essayons pas de devenir l’hégémon », a déclaré le président russe Vladimir Poutine au début d’un important discours prononcé devant le Club de Discussion Valdai, dans la banlieue de Moscou, jeudi 27 Octobre 2022 .

Chaque année, le discours de Valdai est un discours important, suivi de près par les responsables et les médias occidentaux.

Cette année, il a été présenté sous le titre accrocheur de « Un monde post-hégémonique : Justice et sécurité pour tous ». Et bien sûr, la réunion de Valdai de cette année a pour toile de fond la plus grande guerre que l’Europe ait connue à sa porte orientale depuis la Seconde Guerre mondiale.

M. Poutine a déclaré dans son discours que la Russie veut simplement « défendre son droit à l’existence » et « ne se laissera pas détruire et rayer de la carte géopolitique ».

Vladimir Poutine- Discours de Valdai- 27/10/22

Ceci alors que la rhétorique nucléaire et les menaces de défense des lignes rouges entre Moscou et l’Occident ont atteint des sommets jamais vus depuis la guerre froide.

Il a répété le refrain familier d’une crise qui se déroule parce que les alliés occidentaux utilisent l’Ukraine pour leur « sale jeu » dans une volonté ultime de domination du monde.

« Le pouvoir sur le monde est ce que l’Occident a mis en jeu dans le jeu qu’il joue. Ce jeu est certainement dangereux, sanglant et je le qualifierais de sale », a-t-il déclaré selon une traduction des médias d’État.

Unité Euro-Atlantique

« Mais dans le monde moderne, rester à l’écart n’est guère une option. Celui qui sème le vent récoltera la tempête, comme le dit le proverbe », a-t-il ajouté.
Reprenant un de ses thèmes bien connus, juxtaposant l’effondrement de l’ordre unipolaire et la multipolarité, il a déclaré que « les nouveaux centres de pouvoir du monde multipolaire et l’Occident devront commencer à parler d’égal à égal de notre avenir commun ».

« [Ce jeu] nie la souveraineté des nations et des peuples, leur identité et leur caractère unique, et n’a aucune considération pour les autres pays », a ajouté M. Poutine.

Commentant un segment du discours, le New York Times a déclaré que le discours de Valdai cherchait à séduire les conservateurs en Europe et aux États-Unis :

M. Poutine a insisté sur le fait que la Russie ne se considère pas fondamentalement comme un « ennemi de l’Occident ».

Il a plutôt déclaré – comme il l’avait déjà fait auparavant – qu’il combattait les « élites occidentales », qui tentaient d’imposer leurs valeurs « plutôt étranges » à tous les autres.

Le wokisme comme valeur de l’élite occidentale

« Il y a au moins deux Occidents », a déclaré M. Poutine dans son discours lors de la session plénière d’une conférence annuelle de politique étrangère à Moscou.

  • Le premier, a-t-il dit, est l’Occident des « valeurs traditionnelles, principalement chrétiennes », dont la Russie est proche.
  • Mais M. Poutine a souligné par contraste qu’« il existe un autre Occident – agressif, cosmopolite, néocolonial, agissant comme l’arme de l’élite néolibérale. »

Les responsables ukrainiens ont suivi le discours de près et l’ont commenté :

Traduction:
« La confiance en son infaillibilité est un état très dangereux, à deux doigts de détruire ceux qu’ils n’aiment pas » – Poutine sait de quoi il parle à Valdai.

Et plus précisément sur le conflit ukrainien, le dirigeant russe a accusé les actions de l’Occident :

« Ils essaient toujours de provoquer une escalade… Ils alimentent la guerre en Ukraine, organisent des provocations autour de Taïwan, déstabilisent les marchés alimentaires et énergétiques mondiaux. »

Et plus encore via la traduction des médias d’État :

Poutine a averti que la confiance de l’Occident dans son « infaillibilité » est une condition « très dangereuse », avec seulement « un pas » entre cette confiance en soi et l’idée qu’ « ils peuvent simplement détruire ceux qu’ils n’aiment pas, ou comme ils disent, les « annuler » ».

Soulignant que la Russie n’est pas un « ennemi » naturel de l’Occident, Poutine a exhorté les élites politiques occidentales à cesser de voir « la main du Kremlin » derrière tous leurs problèmes internes.

En ce qui concerne la multipolarité, le message de Poutine à l’Europe est essentiellement « à prendre ou à laisser »...

Traduction:
Poutine recommence. Nouveau discours de Munich III à la conférence de Valdai.
Il pose les bases d’un nouvel ordre mondial multipolaire. Le message à l’Europe est « à prendre ou à laisser ».

Poutine réfute catégoriquement les accusations concernant sa volonté d’utiliser l’arme nucléaire

Les responsables occidentaux surveillent également de près les propos de Poutine concernant la doctrine et l’utilisation du nucléaire.

À Valdai, Poutine a souligné qu’il ne voyait « aucune raison politique ou militaire » de mener une attaque nucléaire en Ukraine.
Il a également souligné que la doctrine nucléaire de Moscou est de nature défensive.
« La Russie n’a jamais parlé d’utilisation du nucléaire, elle a seulement répondu », a-t-il déclaré.

Il a poursuivi en prévenant que la Russie ne « supportera jamais ce que l’Occident lui dit de faire » – et que si la Russie ne doit pas être considérée comme un défi direct à l’Occident, elle se réserve le droit de se développer.

Une fois ce thème établi, M. Poutine a affirmé que Washington a discrédité la finance internationale « en utilisant le dollar comme une arme » – il a donc postulé qu’à l’avenir, les mouvements continus vers « les règlements en monnaies nationales domineront ».

Lors de son discours annuel de près de quatre heures au Club de discussion de Valdai (Valdai Discussion Club, qui comprenait une longue partie de questions-réponses), Poutine est apparu « détendu », a observé Reuters, alors qu’il était parfois interrogé par les journalistes et les panélistes sur la perspective d’une guerre nucléaire.

Il est important de noter qu’il a rejeté frontalement les allégations de l’Occident selon lesquelles il aurait fait allusion à des plans de déploiement d’armes nucléaires en Ukraine, décrivant une frappe nucléaire dans le contexte de l' »opération spéciale » comme étant finalement inutile.

« Nous n’en voyons pas la nécessité », a déclaré Poutine. « Cela n’a aucun intérêt, ni politique, ni militaire ». Il a souligné que « cela n’a aucun sens pour nous de le faire.

Il a poursuivi en soulignant que la Russie n’avait « jamais rien dit de manière proactive sur l’utilisation éventuelle d’armes nucléaires par la Russie. »

Dans le même temps, il s’en est pris à Washington, qui est « le seul pays au monde à avoir utilisé des armes nucléaires contre un État non nucléaire », en référence à la Seconde Guerre mondiale et aux bombes sur Hiroshima et Nagasaki.

Il a spécifiquement évoqué des déclarations antérieures de Liz Truss et à ses vagues références à sa déclaration selon laquelle il est prêt à défendre la Russie « par tous les moyens disponibles » comme ayant été intentionnellement mal interprétées et déformées :

M. Poutine a déclaré qu’un avertissement antérieur indiquant qu’il était prêt à utiliser « tous les moyens disponibles pour protéger la Russie » ne constituait pas un coup de sabre nucléaire, mais simplement une réponse aux déclarations occidentales sur l’utilisation éventuelle d’armes nucléaires.

Liz Truss

Il a notamment mentionné la déclaration de Liz Truss, en août, selon laquelle elle serait prête à utiliser des armes nucléaires si elle devenait Premier ministre britannique, une remarque qui, selon lui, inquiète le Kremlin.

« Qu’étions-nous censés penser ? » a déclaré Poutine. « Nous avons vu cela comme une position coordonnée, une tentative de chantage à notre égard ».

Au même moment, le Pentagone menace d’utiliser l’arme nucléaire

Littéralement au moment où Poutine parlait, le Pentagone a décidé que c’était le bon moment pour dévoiler un étonnant revirement de stratégie nucléaire, en déclarant qu’il n’exclurait plus l’utilisation d’armes nucléaires contre une menace non nucléaire.

Comme nous l’avons détaillé précédemment, le ministère de la Défense a déclaré dans le document très attendu, publié jeudi que « dans les années 2030, les États-Unis seront, pour la première fois de leur histoire, confrontés à deux grandes puissances nucléaires en tant que concurrents stratégiques et adversaires potentiels ».

En réponse, les États-Unis « maintiendront une barre très haute pour l’emploi du nucléaire », sans exclure l’utilisation de ces armes en représailles à une menace stratégique non nucléaire contre le territoire national, les forces américaines à l’étranger ou les alliés.

Dans ce document, qui a été rédigé bien avant l’invasion, le Pentagone affirme que la Russie continue de « brandir ses armes nucléaires à l’appui de sa politique de sécurité révisionniste », alors que son arsenal moderne devrait encore s’accroître.

Bien entendu, Poutine accuse aujourd’hui Washington et ses alliés d’être la véritable menace nucléaire dans le monde. Le briefing du ministère de la Défense n’a certainement pas nui à sa cause, du moins du point de vue de Moscou et de ses alliés.

Pour survivre à l’effondrement en cours, voyez notre Plan Anti Reset !

Source: Zero Hedge

Je partage maintenant !

2 thoughts on “POUTINE PULVÉRISE LE NARRATIF OCCIDENTAL À VALDAI !

  • 5 novembre 2022 à 15h02
    Permalink

    Ce que je note, c’est que Poutine prend grand soin d’intelligemment distinguer le peuple-otage-esclave Occidental de ses dirigeants despotes (et népotes) corrompus jusqu’à la moelle qui travaillent pour des intérêts opposés à ceux de leurs peuples.

    Lorsque Poutine parle de l’axe nazi Occidental on ne peut pas lui donner tord :
    -Le premier président de la commission européenne était un pur ex-nazi (dans le même temps tout ce que l’europe comptait de kapos socialiste passaient leur temps à chasser des socialistes nazis à droite)

    -La Fabian Society de Londres et la famille royale Anglaise, étaient impliqués jusqu’au cou dans le nazisme.

    -Les USA ont financé les socialistes nazis au point de faire en cinq ans de l’Allemagne nazie ruinée la première puissance industrielle d’europe.
    Les mêmes USA ont également largement financé le nazisme (voir Anthony C Sutton « Wall Street et la montée du nazisme »)
    Les mêmes USA ont exonéré de jugement et récupéré « leur investissement nazi » qu’étaient les deux milles scientifiques de l’opération Paperclip.

    Mouais, on notera que quand une célèbre famille Française juive, mariée à une fille de nazi, chassaient le nazi partout dans le monde, accusait tous les hommes de droite d’être des socialistes nazis (sic), celle-ci a bien pris soin de ne jamais égratigner les vrais nazis qu’était Walter Hallstein, la Fabian Society, la famille Royale d’Angleterre, et le complexe industriel et financier Américain.

    Cela en dit énormément sur la nature de ces personnes que je qualifie personnellement « d’ignobles et abjectes personnes faisant leur fond de commerce politique sur le dos des victimes de la shoah ».
    Qui plus est en accusant la France de tous les malheurs du monde comme-si le socialiste Hitler était un élu Français.
    Le tout en éludant le fait factuel que la France est :
    -le pays d’Europe refuge de tous les juifs en exil,
    -le pays ayant sauvé le plus de juifs européens durant le conflit
    -tout en étant le pays occupé ayant le moins laissé déporter de juifs.
    La gratitude et la reconnaissance sont des choses qui sont totalement étrangères à cette famille d’activistes politiques à la solde d’intérêts étrangers à la cause qu’ils affichaient.
    Après 70 ans d’ingrâtitude, d’insultes et de haine gratuite anti-Française de leur part, il faut bien que quelqu’un le leur dise : « ça suffit ! »

    Hé oui Poutine est au courant de tous ces détails, ses services ne sont pas des manchots.
    Ceci explique ses propos qualifiant certains de nazis, propos certes choquants, mais tout à fait exacts.
    ( à commencer par « L’open society » de Georges Soros-Shwartz, un collaborateur et adorateur nazi publiquement revendiqué…
    Soros que la famille K a toujours pris grand soin d’épargner dans sa chasse aux nazis …)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *