fbpx

DU JAMAIS VU ! XI JINPING EXCLUT SON PRÉDECESSEUR DU CONGRÈS !

Les images d’une expulsion sans ménagements

L’ancien dirigeant du Parti Communiste Chinois (PCC) a été délogé de son siège aux côtés du secrétaire général Xi Jinping lors de la session finale du 20e Congrès National, samedi 22 Octobre.

Comme le rapporte le Wall Street Journal, à mi-chemin de la session de clôture, par ailleurs soigneusement chorégraphiée, Hu Jintao, 79 ans, le prédécesseur immédiat de Xi Jinping, a été aidé à quitter sa chaise à côté de M. Xi et conduit de manière inexplicable hors de la salle.

Hu Jintao, ancien président du PCC

Les images tournées par les médias étrangers dans la salle, qui n’ont pas été incluses dans la diffusion officielle de la télévision centrale chinoise, montrent que M. Hu semble réticent ou incapable de se lever lorsqu’un assistant tente de le soulever de sa chaise.

Dans l’agitation, M. Xi s’est penché vers M. Hu et a semblé lui parler.

M. Hu a été poussé hors de l’estrade centrale, jetant un bref coup d’œil à M. Xi et tapotant l’épaule du Premier ministre sortant Li Keqiang avant de partir.

La raison du départ de M. Hu et l’endroit où il est allé n’ont pas été précisés.

L’incident n’a pas été mentionné dans la couverture de l’événement par les médias d’État chinois.

Samedi soir, cependant, la section des commentaires de presque tous les messages Weibo [réseau social chinois] contenant le nom de M. Hu n’était plus visible, selon un examen de Reuters.

Sur Twitter, l’agence de presse gouvernementale Xinhua a suggéré que le problème de M. Hu était lié à sa santé. En anglais, indiquant que le rapport était destiné à un public international, l’agence a déclaré que:

 M. Hu « ne se sentait pas bien pendant la session » et qu’il était parti se reposer dans une pièce à côté du lieu de la réunion. « Maintenant, il va beaucoup mieux », indique le compte.

Traduction:
Le journaliste Liu Jiawen de Xinhuanet a appris que Hu Jintao a insisté pour assister à la session de clôture du 20e Congrès national du Parti, malgré le fait qu’il ait récemment eu besoin de temps pour récupérer .

Reuters ajoute également que Hu avait également semblé légèrement instable dimanche dernier lorsqu’on l’avait aidé à monter sur la même scène pour la cérémonie d’ouverture du congrès.

Comme l’ont fait remarquer certains observateurs de la Chine, si Hu était vraiment « purgé » comme certains le supposent, « je doute fort que CCTV le montre comme ça dans le reportage ».

Traduction:
Dans ce reportage vidéo, qu’ils ont eu tout le temps d’organiser après la cérémonie, les plans des dirigeants commencent par Xi, puis Hu, puis le reste des membres actuels et retraités du comité permanent.

Pourtant… est-ce que cela ressemble au visage d’un homme qui « veut » partir pour des raisons de santé ?

Une démonstration de la politique anti-occidentale du Président Xi Jinping

Entre-temps, Xi a préparé le terrain afin de prolonger son règne pour une seconde décennie, et samedi, le Parti communiste a annoncé de nouveaux noms pour certains postes de haut niveau, alors que certains de ses rivaux se dirigent vers la retraite.

Michael J. Abramowitz, président de Freedom House, a averti que la situation des droits de l’homme en Chine allait se détériorer dans une déclaration publiée le 12 octobre :

« Cinq années supplémentaires sous la direction de Xi sont une mauvaise nouvelle pour la cause de la démocratie et de la liberté, et une pire nouvelle encore pour le peuple chinois », a déclaré M. Abramowitz.

« Si le passé est un prologue, un troisième mandat pour Xi se traduira par davantage de violations des droits de l’homme en Chine et une suppression plus agressive de la liberté d’expression dans le monde, alors même que ses politiques intérieures et étrangères se retournent contre lui et que l’indignation du public s’intensifie. »

Pour rappel, Hu prône le maintien de bonnes relations avec les États-Unis, et était également un opposant à une solution militaire à la question de Taïwan.

Comme le suggère SouthFront, l’escorte de l’ancien président du PCC hors de la salle est une démonstration claire de la politique étrangère anti-occidentale renouvelée de Pékin, qui, apparemment, est prête à toutes les mesures, pour défendre sa souveraineté et le rôle de superpuissance dans le monde moderne.

Bien sûr, la question reste posée : l’État profond a-t-il intérêt à faire croire qu’il y a des dissensions politiques au sommet de la Chine ?

N’oubliez pas qu’une Chine instable est une Chine « dangereuse », qui nécessitera des budgets beaucoup plus importants de la part des départements d’État et de la défense pour lutter contre la guerre, sans parler de la généreuse source de revenus que représentent les Lockheed et les Raytheon du monde entier pour les années à venir.

Avant l’État français ne vienne vous chercher « à la chinoise », préparez-vous !

Source: Zero Hedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *