fbpx

LE LITHIUM, NICKEL ET COBALT VONT-ILS FAIRE DE L’OMBRE AU MINAGE DE L’OR ?

L’or a pendant longtemps été le métal le plus demandé sur le marché.

Cependant, cette tendance est en train de changer puisque des métaux tels que le lithium, le nickel et le cobalt suscitent de plus en plus d’intérêt. Ils servent notamment à la fabrication des composants nécessaires à la confection d’automobiles et d’appareils électroniques.

L’utilisation intensive de ces métaux laisse penser qu’ils pourraient éclipser le minage de l’or. Qu’en est-il en réalité ?

Pour connaître l’évolution du marché mondial des métaux précieux et investir intelligemment, consultez notre revue mensuelle Or & Argent de novembre 2022 :

Je partage maintenant !

2 thoughts on “LE LITHIUM, NICKEL ET COBALT VONT-ILS FAIRE DE L’OMBRE AU MINAGE DE L’OR ?

  • 25 novembre 2022 à 12h36
    Permalink

    Le grand mensonge vert : comment les experts et les idéologues vous manipulent
    https://youtu.be/91MhZq7cZd0

    Pas besoin de rappeler que le mouvement terroriste EELV « religion du réchauffisme » est parti d’Allemagne après avoir débuté aux USA avec Al Gore .
    Le même Al Gore qui s’est fait collecteur de taxe carbone, et dont l’entreprise de racket absorbait plus de 70% des taxes carbone collectées en frais de fonctionnement.
    (hé oui c’est cher, mais les gauchiasses adorent les châteaux comme la CGT … )

    Pour qui a des yeux et des oreilles le vent du réchauffisme est en train de tourner .
    Joe Biden invalidait récemment le réchauffisme au Co2 anthropique, les discours mainstream (hors dictature France) sont beaucoup plus prudents, les documentaires sur cette arnaque n’en finissent plus de sortir etc…

    AVIS PERSO
    C’est là qu’il faut avoir un peu d’instinct sur les investissements, ce qui semble une évidence facile ne l’est pas tant que ça 😉

    Répondre
  • 24 novembre 2022 à 17h51
    Permalink

    Avis très mitigé sur ces questions, de la part d’un non-investisseur mais qui a le nez dans ces problématiques tous les jours, plus de 12H/jour (avec pas mal de temps libre mais une veille constante)

    Comme me disait un type qui m’aura formé « Balances tout, ne sois jamais ton propre kapo, il y a déjà bien assez de kapos et de complices comme-ça. Ne réfléchis comme personne des clones on en a déjà des tonnes ! »

    Ces marchés qui sont de façon prévisible de bons investissements à la hausse seront ultra-tempérés par la pénurie de diesel.
    Pénurie de diesel très durable, les prix vont augmenter donc les coûts de production du nickel et du cobalt également.
    Ce n’est pas demain la veille que les camions de génie civil (et miniers) pourront fonctionner avec les produits dérivés du gaz de schiste.

    Seconde pondération du marché de ces métaux : Le transport !
    Là aussi pour transporter le nickel et le cobalt il faut de gros minéraliers qui fonctionnent au diesel …

    La transition énergétique en projet n’est pas vraiment inéluctable, ni même ne bonne passe.
    Les pénuries d’électricité sont déjà là, elles sont prévues pour durer (au moins en europe) à moins d’un énorme miracle, pas de bol toute la transition repose sur l’électricité .
    Donc pas d’électricité en masse, ni transition, ni besoin immédiat des métaux nécessaires à la transition.

    Donc puisque les consommateurs de la transition débilitique sont Occidentaux, et qu’ils n’ont pas l’électricité pour assurer leur transition, il y a assez peu de chance pour qu’ils soient de gros clients des produits liés à la transition énergétique.

    Pire encore, les cartes sont rebattues à l’international, la locomotive du réchauffisme (Occident) n’est plus la locomotive, le dieu dollar se meurt, et ses idéologues deviendront aphones en même temps.
    Il ne me semble pas que la Chine, l’Inde, et le reste du monde soient disposés à s’atreindre à une transition énergétique.
    Donc la demande de ces métaux repose quasi intégralement sur l’europe.
    Et même sans transition énergétique, pas trop besoin de métaux pour des smartphones qu’on n’achétera si souvent plus faute d’électricité ET de pognon…

    Données de réflexion :
    « D’ici quelques mois, presque toutes les régions de la planète seront confrontées à un danger de pénurie de diesel, tout comme les crises d’approvisionnement sur presque tous les marchés mondiaux ont aggravé l’inflation et nui à la croissance », a averti Bloomberg.

    L’impact économique de la flambée des prix du diesel et des pénuries dans le monde pourrait avoir des effets dévastateurs, tels qu’un accélérateur de l’inflation qui pèserait sur les ménages et les entreprises.
    Mark Finley, chercheur en énergie au Baker Institute of Public Policy de l’Université Rice, a expliqué à Bloomberg que les prix élevés du diesel pourraient coûter 100 milliards de dollars à l’économie américaine

    Selon l’Energy Information Administration, les États-Unis n’ont plus que 25 jours d’approvisionnement en diesel, le plus bas depuis 2008
    Les marchés du nord-est des États-Unis sont les plus tendus aux États-Unis, où les raffineries de pétrole ont été fermées au cours des dernières années.

    Outre les États-Unis, l’Europe du Nord-Ouest est confrontée à un faible approvisionnement en diesel. Les stocks en Europe devraient plonger davantage après l’entrée en vigueur des sanctions russes sur le brut et les produits bruts dans les mois à venir.
    « C’est certainement la plus grande crise du diesel que j’ai jamais vue », a déclaré à Bloomberg Dario Scaffardi, ancien directeur général du raffineur de pétrole italien Saras SpA, qui a passé quatre décennies dans l’industrie.

    La cause de la pénurie mondiale de diesel est très claire :

    C’est en partie une fonction de la pandémie, après que les confinements ont détruit la demande et forcé les raffineurs à fermer certaines de leurs usines les moins rentables. Mais la transition imminente vers l’abandon des combustibles fossiles a également nui aux investissements dans le secteur. Depuis 2020, la capacité de raffinage américaine a diminué de plus de 1 million de barils par jour. Pendant ce temps, en Europe, les perturbations du transport maritime et les grèves des travailleurs ont également grignoté la production des raffineries. -Bloomberg

    « Si la Russie n’est plus un fournisseur, cela met une grande, grande brèche dans le système, ce qui va être vraiment difficile à réparer », a déclaré Scaffardi, l’ancien PDG de Saras.

    La crise du diesel a été « dommageable pour l’économie mondiale », a déclaré Amrita Sen, responsable de la recherche chez Energy Aspects Ltd. Elle a déclaré que la seule façon de « résoudre l’étanchéité du diesel nécessite en fin de compte une nouvelle capacité de raffinage ».

    Et la mauvaise nouvelle est que lePDG de Chevron, Mike Wirth, a déclaré à Bloomberg TVl’été dernier qu’aucune nouvelle raffinerie ne serait jamais construite aux États-Unis.

    Conclusion :
    1 Personnellement je n’irai pas m’emballer de trop à investir dans les matières premières même si j’en avais les moyens sans me casser un ongle.
    2 Sans diésel ou avec un diésel rare, pas de coûts de production corrects, pas de transport à prix correct.

    3 Sans électricité chez les « transitionneurs » pas de transition immédiate possible donc pas de demande forte sur ces matières premières.

    3 Quand bien même les « transitionneurs » auraient de l’électricité, ils ne vont pas acheter massivement les technologies de transition (Chinoises) avec des grains de sable, et chacun sait que l’Occident est ruiné et que les cartes du Dieu dollar sont en train de s’effondrer….

    L’équation est insoluble, et pour acheter la paix sociale en plein effondrement et pénuries alimentaires, je vois mal les corrompus s’amuser à acheter des technologies de « transitionneurs de Co2 » pendant que leur population ne réussit pas à se nourrir .(ils y laisseraient la life)

    Et pour prendre un biais de confirmation à mon propos :
    Prévoyant, Macron a investi dans 90 blindés Centaures à 200.000€,.
    Il n’a pas investi 18 millions d’euros dans l’électricité nucléaire, ni investi 90 millions d’euro dans du Diesel ou autre-chose de plus conforme au scénario qu’on nous dit …

    Dernier biais de confirmation :
    Le marché du logement (essentiel) est en train de s’effondrer aux USA, donc la farce de la transition attendra il me semble…
    « les ventes de maisons en attente affichent une baisse record alors que les annulations de transactions et les baisses de prix atteignent un niveau record »
    En deux ans, la confiance des acheteurs est passé à MOINS 60%, et dans le même temps celle des vendeurs est descendue de 85% à 33%.
    Pas besoin de foire un cours sur ce que signifie une dégringolade de l’immobilier, les vieux disent « quand l’immobilier và, tout và » …

    Ceci dit je peux me tromper, je pense avoir donné quelques arguments peut-être discutables mais pas absolument débiles …
    (je n’ai pas parlé du gaz qui aggrave les soucis cités ci-dessus, tant pour l’électricité que pour la production)

    Conspirationnisme acté depuis 25 ans dans les rapports de l’ONU :
    Quand on pense que des gens sont payés pour penser et anticiper si mal, c’est effrayant n’est-ce pas ^^
    A moins que le changement de paradigme et la fin du dollar soient planifiés depuis longtemps, c’est peut-être la femme de Soros (Tamiko Bolton) et de Zuckerberg (Priscilla Chan) qui me font dire ça en partie.

    Qui connait l’ONU comme sa poche, l’ONU suffit à être convaincu de la planification « appauvrir les pauvres et classes moyennes des pays riches pour augmenter le niveau de vie des riches des pays pauvres »

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *