fbpx

AU G20, AVERTISSEMENTS RÉCIPROQUES ENTRE BIDEN ET XI JING PING: LA LIGNE ROUGE À NE PAS FRANCHIR EST CELLE DE TAÏWAN !

Les thèmes de l’échange prévus par les deux parties avant la rencontre

La réunion du G20 à Bali, dont les enjeux sont considérables, entre le président Biden et le dirigeant chinois Xi, s’est achevée après trois heures lundi 14/11, après avoir débuté à 5 h 41 (heure locale).

Les titres ci-dessous donnent un aperçu des sujets de discorde et de discussion [prévus avant la rencontre] via Newsquawk :

  • Le président américain Biden déclare que les États-Unis et la Chine peuvent gérer leurs différences et empêcher la concurrence de se transformer en conflit.
    Il s’attend à ce que les États-Unis et la Chine jouent un rôle dans la lutte contre le changement climatique et les pénuries alimentaires.
  • Le président chinois Xi a déclaré qu’il était resté en contact avec le président américain Biden par vidéo, mais que cela ne remplaçait pas les rencontres en personne.
    Les deux nations doivent tracer leur voie, trouver la bonne direction pour leurs relations et les élever.
    Il est prêt à avoir un échange de vues franc et approfondi sur les relations entre les États-Unis et la Chine.
  • Selon Reuters, la Maison Blanche a déclaré que la poursuite de l’engagement après la rencontre Biden-Xi pourrait inclure des réunions en face à face.
  • Selon Reuters citant le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, M. Sullivan, le président américain Biden indiquera clairement lors de sa rencontre avec le président chinois Xi que les États-Unis ne cherchent pas la compétition ou le conflit, et la rencontre pourrait durer « quelques heures ».
  • Avant la rencontre, le président américain Biden a souligné que la liberté de navigation et de survol devait être respectée en mer de Chine orientale et en mer de Chine méridionale, via Reuters.
  • Le président américain Biden abordera la question de la Corée du Nord avec le président chinois Xi lors du sommet du G20, selon la Maison Blanche. M. Biden dira à M. Xi que si la Corée du Nord continue, la présence militaire américaine dans la région sera renforcée.
    Blackrock (BLK) a mis en veilleuse son ETF sur les obligations chinoises en raison des tensions croissantes entre les États-Unis et la Chine et d’un renversement de l’écart de rendement entre la Chine et les États-Unis, selon le FT.
  • Selon des responsables du Trésor américain cités par Reuters, Mme Yellen la secrétaire américaine au Trésor, demandera des éclaircissements sur les projets de la Chine visant à assouplir les restrictions COVID, ainsi que sur les problèmes du marché immobilier chinois, lors d’une réunion avec le gouverneur de la Bank of China.
  • Mme Yellen, a déclaré que les États-Unis discuteraient probablement des contrôles des exportations avec les responsables chinois, selon Bloomberg.
  • La Maison Blanche a confirmé que M. Biden et M. Xi ont convenu que le secrétaire d’État Blinken se rendrait ultérieurement en Chine dans le prolongement des discussions du sommet du G20 de lundi.
Anthony Blinken, secrétaire d’état Américain.

Les préliminaires diplomatiques

Deux responsables ministériels étaient assis aux côtés de M. Biden – le secrétaire d’État Antony Blinken et la secrétaire au Trésor Janet Yellen, le premier ayant précédemment qualifié la Chine de « défi à long terme le plus sérieux pour l’ordre international ».
Le conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, était également présent à la table.

Dans son discours d’ouverture de la réunion, le président Xi Jinping avait déclaré :

« Actuellement, les relations entre la Chine et les États-Unis sont dans une situation telle que nous nous en préoccupons tous beaucoup, car ce n’est pas l’intérêt fondamental de nos deux pays et de nos deux peuples, et ce n’est pas ce que la communauté internationale attend (de) nous. »

« La direction à prendre à partir de là, est une question qui n’est pas seulement dans nos esprits, mais aussi dans les esprits de tous les pays », a souligné le dirigeant chinois.

La Maison Blanche a indiqué qu’il n’est pas prévu de faire des concessions fondamentales à Xi, et qu’aucune percée majeure n’est attendue, alors que la guerre en Ukraine éclipse le sommet du Groupe des 20.

Voici comment la réunion a commencé lorsque les deux dirigeants sont entrés dans la pièce :

« Content de vous voir », a dit M. Biden à M. Xi avant qu’ils ne rejoignent les officiels Américains et Chinois. Les deux parties se sont assises à de longues tables de conférence avec un étalage de fleurs entre elles.

« À mon avis, nous partageons la responsabilité, de montrer que la Chine et les États-Unis peuvent gérer leurs différences, empêcher la compétition de faire émerger un conflit et trouver des moyens de mieux travailler ensemble », a déclaré M. Biden pour lancer les discussions.

Quant à Xi, il a convenu de la « nécessité de trouver la bonne direction » et d’« élever les relations ».

Parmi les principales questions de politique étrangère abordées, citons l’Ukraine, Taïwan et la Corée du Nord.

Tous les regards se sont tournés vers la résistance continue de la Chine à la pression occidentale sur l’Ukraine, étant donné que Pékin n’a jamais condamné une seule fois l’invasion, tout en appelant à des négociations et à éviter l’escalade.

Traduction:
Écoutez ce que Biden et Xi se sont dit lors de leur première rencontre en tant que chefs d’État.

Économiquement, les États-Unis continueront « d’opposer une concurrence vigoureuse » à la Chine

Sur le commerce et l’économie, CNN a rapporté :

« S’adressant aux journalistes à Bali, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a déclaré que la réunion avait pour but de stabiliser les relations et a exprimé l’espoir qu’elle jetterait les bases d’un engagement économique bilatéral. »

Janet Yellen, secrétaire d’état au Trésor.

Immédiatement après la réunion, le ministère chinois des affaires étrangères a décrit cette longue rencontre comme comprenant un « échange de vues franc et approfondi ».

Le compte-rendu de la Maison Blanche, publié une heure après la fin de la réunion, indique que M. Biden a souligné la volonté de « concurrencer vigoureusement la RPC, notamment en investissant dans des sources de force au niveau national et en alignant les efforts sur ceux des alliés et des partenaires dans le monde entier ».

Mais il a réaffirmé que cette « compétition ne devait pas dégénérer en conflit et a souligné que les États-Unis et la Chine devaient gérer la concurrence de manière responsable et maintenir des lignes de communication ouvertes ».

Et plus encore, selon la Maison Blanche :

Le président Biden a souligné que les États-Unis et la Chine doivent travailler ensemble pour relever les défis transnationaux – tels que le changement climatique, la stabilité macroéconomique mondiale, y compris l’allègement de la dette, la sécurité sanitaire et la sécurité alimentaire mondiale – car c’est ce qu’attend la communauté internationale.

Les deux dirigeants ont convenu d’habiliter les hauts fonctionnaires clés à maintenir la communication et à approfondir les efforts constructifs sur ces questions et d’autres.

Ils ont salué les efforts en cours pour traiter de questions spécifiques dans les relations bilatérales entre les États-Unis et la Chine, et ont encouragé la poursuite des progrès dans ces mécanismes existants, notamment par le biais de groupes de travail conjoints. Ils ont également noté l’importance des liens entre les peuples des États-Unis et de la RPC.

Les « droits de l’homme » et Taïwan

Concernant le bilan de la Chine en matière de droits de l’homme et la question de Taïwan, le président Biden a déclaré ce qui suit :

Le président Biden a fait part de ses préoccupations concernant les pratiques de la RPC au Xinjiang, au Tibet et à Hong Kong, ainsi que les droits de l’homme de manière plus générale.

En ce qui concerne Taïwan, il a expliqué en détail que leur politique d’une seule Chine n’a pas changé, que les États-Unis s’opposent à toute modification unilatérale du statu quo par l’une ou l’autre des parties, et que le monde a intérêt à ce que la paix et la stabilité soient maintenues dans le détroit de Taïwan.

Président Biden, Kamala Harris Vice Présidente, Nancy Pelosi, Présidente de la Chambre des représentants

Il a soulevé les objections des États-Unis aux actions coercitives et de plus en plus agressives de la RPC à l’égard de Taïwan, qui sapent la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan et dans la région au sens large, et mettent en péril la prospérité mondiale.

Le président Biden a également fait part de ses préoccupations constantes concernant les pratiques économiques non marchandes de la Chine, qui nuisent aux travailleurs et aux familles américains, ainsi qu’aux travailleurs et aux familles du monde entier.

Le sujet brûlant de l’Ukraine et la « ligne rouge » de Xi Jingping :Taïwan

Le président Biden a évoqué la guerre brutale menée par la Russie contre l’Ukraine et les menaces irresponsables d’utilisation du nucléaire proférées par la Russie.

Le président Biden et le président Xi ont réitéré leur accord sur le fait qu’une guerre nucléaire ne devrait jamais être menée et ne peut jamais être gagnée et ont souligné leur opposition à l’utilisation ou à la menace d’utilisation d’armes nucléaires en Ukraine.

Le président Biden a également fait part de ses préoccupations concernant le comportement provocateur de la Chine, a noté que tous les membres de la communauté internationale ont intérêt à encourager la RPDC à agir de manière responsable et a souligné l’engagement inébranlable des États-Unis à défendre leurs alliés de la région Indo-Pacifique.

Ainsi, les deux parties ont réitéré leur accord sur le fait que la crise ukrainienne ne devrait jamais atteindre le point de dérive vers la rhétorique nucléaire ou la guerre.

Du côté chinois, la première déclaration à l’issue de la réunion, publiée par Xinhua, indique que « la Chine et les États-Unis devraient prendre l’histoire comme un miroir et la laisser guider l’avenir ».

Traduction:
Xi dit à Biden que la Chine et les États-Unis doivent prendre l’histoire comme un miroir – médias d’Etat

Le compte-rendu américain

Lors de la partie questions-réponses de la conférence de presse qui a suivi la rencontre avec Xi, le président Biden n’a répondu qu’à quelques questions, au cours desquelles il a souligné que lui et le président chinois se comprenaient bien.

« Il n’y a pas besoin d’une nouvelle guerre froide… Nous avons été francs et clairs l’un envers l’autre sur toute la ligne ».

Biden en séance de questions-réponses après la rencontre (activez les sous-titres en français)

Abordant le principal point de tension géopolitique entre les superpuissances rivales dotées de l’arme nucléaire, M. Biden a déclaré qu’il ne pensait pas que la Chine envahirait Taïwan :

« Je ne pense pas qu’il y ait une tentative imminente de la Chine d’envahir Taïwan. Nous voulons que les problèmes entre les deux rives du détroit soient résolus », a-t-il déclaré.

Il a qualifié la réunion de « directe et franche » – tout en affirmant que sur Taïwan et « chaque question qui a été soulevée », ils maintiendront des lignes de communication ouvertes.

Il a confirmé que le secrétaire d’État Blinken se rendra ultérieurement en Chine dans le prolongement des discussions du sommet du G20 de lundi.

Traduction:
Le président Biden a déclaré que le président chinois Xi Jinping « a été ce qu’il a toujours été – direct et sans détour ». « Nous avons été très francs l’un envers l’autre sur les points de désaccord ou sur ceux où nous étions incertains de la position de l’autre. »

Le compte-rendu Chinois

Quant au compte rendu officiel de la Chine, il a lui aussi souligné que les « différences » entre les deux pays ne devaient pas devenir un obstacle à la coopération sur des fronts essentiels.

« Il est dans notre intérêt mutuel et fondamental de prévenir les conflits et les confrontations et de parvenir à une coexistence pacifique. Les deux économies sont profondément intégrées, et toutes deux sont confrontées à de nouvelles tâches en matière de développement », a déclaré M. Xi.
Il a ajouté que le monde était suffisamment grand pour que les deux pays puissent se développer et prospérer.

Quant à la question de Taïwan, M. Xi a souligné qu’il s’agissait « du fondement politique des relations sino-américaines et de la première ligne rouge à ne pas franchir dans les relations sino-américaines ».

En outre, le communiqué du ministère chinois des Affaires étrangères indique que « leurs équipes financières poursuivront le dialogue et la coordination sur les politiques macroéconomiques, les liens économiques et le commerce. Elles ont convenu de faire bon usage du groupe de travail conjoint Chine-États-Unis pour promouvoir la résolution de plus de problèmes. Les deux parties ont convenu que les échanges culturels sont très importants et encouragent l’élargissement des échanges de personnel dans tous les domaines ».

Bloomberg a noté que les actions chinoises cotées aux États-Unis ont prolongé leurs gains dans les échanges de prémarchés à la fin de la réunion de trois heures et demie.

Découvrez le Plan Anti Reset, la solution pour se préparer aux politiques de plus en plus autoritaires de nos gouvernements !

Source: Zero Hedge

Je partage maintenant !

One thought on “AU G20, AVERTISSEMENTS RÉCIPROQUES ENTRE BIDEN ET XI JING PING: LA LIGNE ROUGE À NE PAS FRANCHIR EST CELLE DE TAÏWAN !

  • 24 novembre 2022 à 18h23
    Permalink

    Fichre, la transition énergétique et les CBDC ne sont pas arrivés .
    Le diesel (donc l’extraction) la pénurie électrique, la ruine, donc la baisse de la demande à moins qu’on paye en sable, les supraconducteurs, et maintenant des engueulades territoriales…

    Tous ces sketchs d’avortons provocateurs dits avec plein d’assurance par nos « et litres » en carton, ne font que très mal dissimuler une fébrilité, voir une panique.
    (pour acheter 90 centaures fat pas être bien à l’aise)

    Au poker on repère facilement autant les gens qui la surjouent « provoc et plein d’assurance » que ceux qui se la jouent « martyrs ».

    Nos siphonnés d’élites Européennes ont décidé de se la jouer « provoc pleins d’assurance » mais avec des jambes en mousse + une volée de canards qui les suivent partout, tout le temps.

    Y’a pas qu’elqu’un qui aurait du Pop Corn et qui pourrait me servir un « jus de fraise avec une demi orange et un quart de betterave rouge crue centrifugés parsemé de feuilles de menthe fraiche émincée ? »
    C’est l’idéal pour regarder un spectacle pour lequel on ne veut perdre aucune miette.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *