Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

CHIFFRES 2023 DE L’ONU : PLUS DE 186 000 MIGRANTS ONT TENTÉ DE TRAVERSER LA MÉDITERRANÉE CETTE ANNÉE

De janvier à août 2023, plus de 2 500 personnes sont mortes ou ont disparu en tentant de traverser la Méditerranée pour se rendre en Europe.

Une arrivée massive de migrants sur le sol européen

« De janvier à août de cette année, plus de 2 500 personnes sont mortes ou portées disparues en tentant de traverser la Méditerranée pour rejoindre l’Europe », a déclaré dernièrement, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Ruven Menikdiwela, Directeur du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), a également déclaré au Conseil de sécurité des Nations Unies que 186 000 personnes ont traversé la Méditerranée depuis le début de l’année

Chavirement mortel d’un bateau de migrants en Méditerranée en 2016, via BBC

Tunisie et Libye ont été les principaux points de départ pour ceux qui cherchaient à faire le voyage. Plus de 102 000 personnes au départ de la Tunisie ont tenté de traverser la mer vers l’Europe en 2023, soit une augmentation de 260 % par rapport à l’année dernière.

Au moins 45 000 personnes ont tenté la dangereuse traversée depuis la Libye. Sur les 186 000 personnes qui ont traversé la Méditerranée, plus de 80% ont débarqué en Italie. Le reste a atterri en Grèce, Espagne, Chypre et Malte. 

Menikdiwela a déclaré lors d’une réunion du conseil convoquée par la Russie sur la migration vers l’Europe que les taux élevés de départ de Tunisie :

« Résultent de la perception de l’insécurité parmi les communautés de réfugiés, à la suite d’incidents d’attaques à motivation raciale et de discours de haine, ainsi que des expulsions collectives de Libye et d’Algérie. »

Au début de l’année, le Président de la Tunisie Kais Saied a lié les personnes originaires d’Afrique Subsaharienne dans le pays à la criminalité, dans des commentaires qui ont été largement dénoncés comme étant racistes. 

Le Président de la Tunisie a déclaré :

« Il y a un plan criminel depuis le début du siècle pour changer la structure démographique de la Tunisie et il y a des parties qui ont reçu de grandes sommes d’argent après 2011 pour l’installation d’immigrants illégaux d’Afrique sub-saharienne. »

En Libye, où près de 50 000 réfugiés et demandeurs d’asile sont enregistrés auprès du HCR, M. Menikdiwela a déclaré :

« Les conditions de vie de milliers de réfugiés et de migrants dans les centres de détention officiels et non officiels restent très préoccupantes. »

En début de semaine, Human Rights Watch – (HRW) a qualifié la décision de l’Union européenne de débloquer 135 millions de dollars d’aide au contrôle des migrants pour la Tunisie de :

« Terrible pour les droits de l’homme. »

La semaine dernière, la Commission européenne a annoncé ce versement, qui fait suite à un accord controversé qu’elle a signé avec ce pays d’Afrique du Nord en juillet.

Traduction :
Deux autres « débarquements fantômes » ont été enregistrés en Espagne.
Le terme « débarquement fantôme » désigne l’arrivée d’un bateau de migrants qui n’est pas intercepté par les garde-côtes, ce qui signifie que les migrants sont nouvellement enregistrés lorsqu’ils entrent dans le pays. Les frontières maritimes de l’Europe ne sont pas défendues.

HRW a déclaré que la décision de l’UE a été prise :

« Malgré l’absence de garanties spécifiques en matière de droits de l’homme pour les migrants et les demandeurs d’asile. »

De plus, l’accord risquait de rendre l’UE :

« Complice des abus commis par les autorités tunisiennes. »

Corruption et abus de la situation migratoire

L’aide financière est destinée à soutenir l’économie tunisienne en crise et à aider le pays à empêcher les réfugiés de se diriger vers l’Europe.

Plus de 10 000 réfugiés sont arrivés sur l’île italienne de Lampedusa ces dernières semaines.

Giorgia Meloni a fait pression sur l’UE pour qu’elle respecte l’accord négocié par la Présidente de la Commission Européenne, Ursula Von Der Leyen, en juillet dernier.

Middle East Eye a rapporté au début du mois que les Africains Sub-Sahariens en Tunisie sont de plus en plus souvent privés de nourriture et d’eau d’urgence, dans le cadre de la dernière mesure prise par le gouvernement pour réprimer l’immigration à la demande de Saied.

Le sort des migrants, principalement originaires de pays subsahariens, démontre le « pire » de l’histoire moderne de la Tunisie, a déclaré à MEE Nicholas Noe, chercheur invité à Refugees International.

En juillet,  HRW a rapporté que la police, l’armée, la garde nationale et les garde-côtes tunisiens ont été impliqués dans de graves violations à l’encontre des Africains noirs.

Violence sur les hommes, usage excessif de la force, cas de torture, arrestations et détentions arbitraires, expulsions collectives, actions dangereuses en mer, expulsions forcées et vols d’argent et de biens sont autant d’exemples d’abus documentés par HRW.

Quittez le système et la dictacture numérique, avec la Lettre Confidentielle :

Source : ZeroHedge

Facebook
Twitter
Telegram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *