CE QUE CACHE LA POLITIQUE POLITICIENNE

Politique politicienne- Mensonde d'état

La politique désigne ce qui est relatif à l’exercice du pouvoir dans une société organisée.

Cependant, en parallèle des techniques qui permettent cet exercice, il existe des manœuvres cachées dont le but principal n’est pas de servir les intérêts de la société, mais ceux d’une personne ou d’un groupe de personnes.

Il s’agit de la politique politicienne.

Mais que cache cette formule ? Nous allons le détailler dans cet article.

Mieux connaître les trois pouvoirs qui régissent le fonctionnement de l’État

Afin de comprendre ce que sous-tend le terme « politique politicienne », il est important de déterminer quels sont les différents pouvoirs qui régissent le fonctionnement de l’État.

Le pouvoir législatif

Assemblée Nationale.

La société est gouvernée par des lois. Ce sont ces lois qui régissent la vie en société et ces lois sont édictées par le pouvoir législatif. Ce pouvoir met en place des normes abstraites et impersonnelles qui permettent notamment les interactions entre personnes morales et personnes physiques.
Le pouvoir législatif est généralement représenté par les élus du peuple.

Les lois sont donc votées au nom du peuple par ses représentants. L’objectif de ce mode de représentation est de permettre le vote de lois dans l’intérêt du peuple, afin de mettre en place des normes par l’intermédiaire de ses représentants.

Ses représentants sont, entre autres, les députés qui siègent à l’Assemblée Nationale…

Le pouvoir judiciaire

Les lois votées par le pouvoir législatif doivent être appliquées.
Que serait la société si chaque individu pouvait être sélectif dans l’application des lois ? Ces lois s’imposent donc à tous et leur non-respect peut aboutir à des sanctions.

C’est dans ce cadre qu’intervient le pouvoir judiciaire, chargé de punir les personnes qui ne respectent pas la loi.
Le pouvoir judiciaire est également chargé d’interpréter les lois. Il se matérialise par les tribunaux et les cours.

Les juges y appliquent donc la loi, en se basant sur des normes juridiques afin de sanctionner les manquements aux normes législatives.

Ces sanctions peuvent aller du paiement des amendes à de l’emprisonnement en passant par le paiement des dommages et intérêts. De nombreuses sanctions sont prévues par la loi.
Toutes les dispositions sont prises pour que les citoyens soient traités de façon égale devant les juridictions.

Le pouvoir exécutif

C’est le pouvoir chargé de la mise en application des lois et de la conduite de la politique nationale. Il fournit les moyens nécessaires pour l’application des différentes lois et annonces politiques.

Le principe de la séparation des pouvoirs

On ne peut pas parler des pouvoirs qui régissent le fonctionnement de l’état sans parler de la séparation des pouvoirs.

En effet, il s’agit d’un principe phare qui permet à chaque pouvoir de jouer convenablement son rôle sans interférence avec les autres pouvoirs. Ainsi, le pouvoir exécutif fonctionne différemment des autres pouvoirs.

La loi ne permet pas au chef de l’État de faire voter des lois. Mais le chef d’État peut soumettre un projet de loi aux parlementaires qui le feront voter en assemblée plénière.

Aussi, le chef de l’État n’a théoriquement aucun pouvoir vis-à-vis du pouvoir judiciaire.

Il ne peut pas faire condamner une personne selon son bon vouloir ! Plusieurs garde-fous sont prévus à cet effet, sans quoi le pouvoir exécutif serait tout puissant.

Néanmoins, il existe certaines manœuvres permettant de défier les règles destinées à maintenir l’équilibre. L’une d’elles s’appelle la « politique politicienne ».

La politique politicienne : que faut-il savoir ?

La politique politicienne est l’ensemble des manœuvres utilisées par le politique pour faire passer ses intérêts, ceux de son parti ou d’un groupe d’individus, avant ceux du peuple.

Ces techniques permettent au politique d’avoir à lui seul le monopole des différents pouvoirs destinés à assurer le fonctionnement de l’instrument étatique.
La politique politicienne rompt avec le principe de séparation des pouvoirs.

E. Macron et Alexis Kohler, Secrétaire général de l’Elysée, mis en examen le 23 septembre 2022 pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence ».

La politique politicienne et la confiscation du pouvoir législatif

À travers la description du pouvoir législatif, vous avez certainement compris l’importance de la mise en place d’une politique politicienne.

Avec la politique politicienne, le politique met tout en œuvre pour conserver les instruments du pouvoir à son seul profit.

Ainsi, des lois sont taillées sur mesure pour favoriser un seul groupe politique ou pour servir des intérêts personnels. Afin d’asseoir ce monopole, les élections sont dans certains cas truquées.

Ainsi, les députés qui sont envoyés à l’assemblée ne sont pas réellement des élus du peuple mais plutôt ceux désignés pour servir au mieux les intérêts de leur groupe politique.

Une des conséquences observables est le détournement de mandat.

Normalement, il est nécessaire de modifier la constitution pour permettre au président de prolonger son mandat, alors dans certains cas, des lois sont votées pour que le pouvoir passe de père en fils ou demeure au sein d’une même famille.
Ainsi, le pouvoir reste concentré au sein d’un groupe restreint.

Le pouvoir législatif est également instrumentalisé pour créer des lois exclusivement destinées à nuire aux opposants politiques.

La politique politicienne et la confiscation du pouvoir judiciaire

La politique politicienne désigne ici toutes les manœuvres qui sont mises en œuvre pour fragiliser le pouvoir judiciaire et en conserver le contrôle.

Dans ce cas, il représente une arme redoutable dont se sert l’exécutif contre ses différents opposants. La justice perd donc toute son impartialité et son indépendance.

E.Dupont-Moretti- Garde des sceaux, Ministre de la Justice en poste, actuellement mis en examen pour prise illégale d’intérêts.

Lorsque le pouvoir exécutif se mêle au pouvoir judiciaire, c’est généralement pour faire converger les décisions en faveur de certains dirigeants politiques.

Cette pratique engendre souvent des prisonniers politiques. Certains politiciens qui redoutent les effets de la justice se constituent « exilés politiques » dans des pays étrangers.

Pour manipuler le système judiciaire, le politique procède de différentes manières.

  • Dans certains cas, ce sont des menaces et des intimidations qui sont faites à l’endroit des acteurs du secteur de la justice.
  • La corruption, à travers des promotions sociales ou la promesse d’accéder à des postes intéressants.
  • La nomination de personnes partageant la même idéologie ou la même ligne politique à un poste stratégique (juge par exemple).
Julian Assange, lanceur d’alerte persécuté par les pouvoirs oligarchiques internationaux.

Que faut-il retenir ?

La politique politicienne représente donc les techniques qui faussent le jeu démocratique. Elle empêche le peuple de faire entendre sa voix. Grâce à ces techniques, une seule personne ou un seul groupe politique peut conserver plus longuement le pouvoir.

La politique politicienne assure à un groupuscule la jouissance des deniers publics, collectés via nos impôts et de nombreuses taxes.

Ces manœuvres faussent le jeu démocratique et constituent un véritable frein au processus de développement d’un pays.

Suite à la ré-élection d’Emmanuel Macron et dans un contexte de destruction méthodique de notre pays, visionnez l’interview de Bernard Monnot afin de bien comprendre les enjeux politico-économiques actuels et à venir !

Facebook
Twitter
Telegram

0 réponse

  1. Au péril de blesser les romantiques :
    Tout cela n’est que la publicité Mac Donald, l’emballage, dans la réalité historique à l’inverse des mythes historiques, cela n’a jamais existé.
    Ceux qui maitrisent l’histoire de 1700 à 2022 savent de quoi il en a toujours retourné, dès le premier jour du coup d’état étranger et des obédiences de 1789.
    (A étudier les Jacobins (club des), les Girondins, les Montagnards.)

    Le mot république (et par ricochet « séparation des pouvoirs ») est aussi creux que l’est la théorie du genre, ce mot adulé telle une religion ne garantit absolument rien.
    Quelle république ?
    Union des Républiques Socialistes Soviétiques, République Populaire de Chine, ou République démocratique allemande ?

    La politique politi-chienne remonte à loin, très loin, bien plus loin que le minable Macron.
    Dès 1960 c’était amorcé, dès 1971 c’était plié, et toujours en première ligne les spéculatifs par qui la raie-publique doit passer …

    Déjà là il y a matière à mourir de rire si ces zombies n’étaient pas aussi tarés :
    wikipedia.org/wiki/République_démocratique_allemande#/media/Fichier:Flag_of_the_German_Democratic_Republic.svg

    Comme disait le socialiste François Hollande qui, à raison à la lumière de 230 ans d’histoire, disait « En république il faut en passer par la Franc maçonnerie » .
    A elle seule cette phrase invalide intégralement le romantisme lié au mot « république », par le peuple pour le peuple.
    J’arrête là, ce serait long de rééduquer en un seul commentaire.

    Pour les hermétistes une remarque ;
    Le lion (or angleterre) et l’aigle (mercure allemagne) donc la matière et son solvant sont les deux forces rivales de la France qui ont représenté 40% des forces de la révolution étrangère en France, et nous ne sommes toujours pas sortis de cette folie. En témoignent l’à plat ventrisme de nos présidents envers les deux pays.
    (jusqu’à construire un tunnel à nos frais pour le seul intérêt du lion, ou détruire notre approvisionnement énergétique pour le seul intérêt de l’aigle) etc …
    Ils ont tellement de choses à apprendre après avoir passé des années à désapprendre et à être dressés à penser de travers sans aucun esprit critique . esprit critique que ces zombies ont abandonné de part leur serment)

    La raie-publique est totalement liée à la SDN puis à l’ONU, il suffit d’étudier l’ONU et ses textes, projets et projections, pour avoir une idée claire du mouvement sectaire d’ensemble qu’on veut à tout prix nous imposer de force…. foutage de gueule absolu, nous l’imposer de force au nom de « la liberté de conscience, d’opinion, et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » .

    Soyez réalistes demandez l’impossible : Je verrai bien l’ONU être détruite du sol au plafond en même temps que les sectes qui la portent.
    Ce qui est en haut comme ce qui est en bas : « elle explose en hypernova, et son cœur engendre un trou noir »
    Même les étoiles meurent 😉

  2. Politique politi-chienne ou pas =

    -40 ans de construction européenne intégralement menée dans le dos des cous-citoyens européens .

    -Eurodictature qui efface les formes d’état nationaux (république et démocratie), dirige par décrets de komissaires européens non élus répondant aux intérêts de cabinets de lobbying et d’état concurrents étrangers.

    -Thierry Breton, Franco-Sénégalais, Commissaire européen au Marché intérieur, disant ouvertement son mépris de la démocratie et des peuples européens en déclarant « que cela plaise ou non l’eurodictature a besoin d’importer 50 millions d’Africains »
    Ce qui est hilarant dans un pays touché par plus de 5 millions de chômeurs factuels, et qui de plus est en pleine crise énergétique délibérément organisée .
    (Tout comme Pap N’Diaye Thierry Breton est issu de la très germanique école Alsacienne, et a enseigné à Harvard USA que de coïncidences avec sa double nationalité Franco-Sénégalaise n’est-ce pas…)

    -On peut toujours parler de séparation des pouvoirs, de théories de la république (qui n’ont jamais été vraies même avant l’eurodictature), mais tant que nous serons dans l’eurodictature, soumis à de multiples couches de droit supranationaux (ONU, Eurodictature, USA), nous resterons ce que nous sommes depuis 1789 : des citoyens esclaves indésirables dans leurs propres pays.

    Houlà, j’imagine déjà les cris « il exagère en parlant de citoyens esclaves depuis 1789 »
    Henri Guillemin (de gauche) comme tous ceux ayant sérieusement étudié la question à la lumière de l’histoire vraie en est venu à ces conclusions.

    Jamais la monarchie fut-elle la plus absolue qui soit n’a levé plus de 15% d’impôts, la raie-publique en est au taux de 68% d’impôts.
    Même une maison que vous achetez à crédit, avec taxes, impôts TVA sur tout ce que vous y investissez ne vous appartient pas puisque la raie-publique prétend faire payer à vos enfants 20% de sa valeur pour pouvoir en hériter … en hériter et continuer à payer des impôts dessus.

    Jamais la monarchie n’a exigé d’exterminer et uniformiser les régionalismes, absolument jamais.

    Alors oui, on nous racontera des fables délirantes d’un soi-disant droit de cuissage seignorial sous la monarchie, droit qui n’a jamais existé que dans les fantasmes de Goebbels de certaines sectes, mais qui est largement dépassé par :
    « Les enfants n’appartiennent pas aux parents » (cf « ils appartiennent à l’état » de la socialiste Laurence Rossignol)
    Le transgenrisme et la sexualité appris à vos enfants dès la maternelle
    L’inquisition faite à vos opinions et pensées personnelles comme aucune monarchie n’a jamais pratiqué (la preuve sinon la secte délirante des spéculatifs de 1717 aurait été exterminée par la monarchie dite absolue, ce qui n’a pas été le cas)
    etc…

    Enfin, jamais la monarchie Française y compris la plus absolue qui soit, n’a jamais haï son peuple au po_int de dire vouloir le remplacer et décider avec qui il devait se reproduire ( « métissage o-bli-ga-toi-re » de Sarkozy-Mallah de Nagy-Bocsa )

    La monarchie absolue n’a été absolue que dans les fantasmes socialistes Goebbelsien de certaines sectes mais à bien y regarder la raie-publique a été absolutiste dès le premier jour, cela au point d’exterminer plus de civils Français que toutes les guerres d’empire + la première et seconde guerre mondiale réunies.
    Ce sont les faits !

    Seule la raie-publique est capable de faire un procès permanent à ses esclaves, « pas assez ceci », « trop cela », « qui n’existent pas » tout en étant trop ou pas assez ceci-cela …
    Cela ne date pas du seul socialiste Macron, ces agressions ont été une constante sous la Veme raie-publique, tout passionné d’histoire pourra vous citer des centaines d’exemples .

    Les deux exemples de nos pourris sous la Veme ont toujours été l’Allemagne et l’Angleterre, c’est très bizarre vu notre histoire avec ces deux pays et vu qu’ils sont réellement l’opoposé de ce qu’est foncièrement la France et de ce que sont les Français.
    C’est tout aussi incongru et suspect que si tous les présidents US avaient eu pour passion de citer en exemple à suivre le Cuba de Castro ou la Chine de Mao …

    La raie-publique est en guerre contre les Français depuis longtemps déjà, quand on déclenche une guerre il ne suffit pas de dire « pouce je ne joue plus » quand on perd, espérons que nos corrompus en sont conscients et ne viendront pas chialer comme les pathétiques larves qu’ils sont !

  3. Scandale France : d’après Mediapart, la ministre des Sports touchait plus de 35 000 euros net par mois en 2021
    Triste fin d’année pour Emmanuel Macron. En effet, en pleine crise politique où l’Exécutif est visé par une enquête du Parquet National Financier (PNF) sur les liens troubles qui existent entre le cabinet de conseil américain McKinsey et la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, c’est une proche du président de la République qui est citée dans une affaire de gros sous.

    L’affaire en question a été révélée ce 06 décembre par le site d’investigation Mediapart qui nous apprend qu’Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports, « percevait plus de 35 000 euros nets par mois du temps où elle était directrice générale de la FFT (Fédération Française de Tennis) ».

    Preuve à l’appui, le média d’investigation fait des révélations de taille sur une affaire qui, étrangement, n’a pas trop intéressé les médias. Ainsi, dans un tableau (inséré dans l’article lu par Lecourrier-du-soir.com), on peut y voir les rémunérations qu’Amélie Oudéa-Castéra a perçues d’abord chez Carrefour, puis à la FFT.

    « Dans ce tableau, on découvre ainsi qu’Amélie Oudéa-Castéra a perçu 356 440 euros net de mars 2021 à décembre 2021, soit une rémunération mensuelle nette de 35 644 euros, comme directrice générale de la FFT. Et pour les 140 premiers jours de l’année 2022, jusqu’au 20 mai, date de son entrée au gouvernement, elle a perçu 165 737 euros net, ce qui correspond également à une rémunération mensuelle moyenne nette proche de 35 600 euros », rapporte la source.

    Et Mediapart d’ajouter : « or, cette rémunération, comme on s’en doute, est beaucoup plus proche des pratiques des groupes du CAC 40, que de celles des fédérations sportives. On en a d’ailleurs la confirmation dans le cursus même d’Amélie Oudéa-Castéra puisque si elle a perçu à la FFT une rémunération annuelle de près de 430 000 euros net, du temps où elle officiait à Carrefour en qualité de directrice du e-commerce (commerce en ligne) et de la transformation digitale, une année, en 2019, elle a gagné moins, soit 306 759 euros, et une autre année, en 2020, elle a gagné un peu plus, soit 590 947 euros. Il faut donc dire les choses telles qu’elles sont : la FFT lui a accordé une rémunération quasi en ligne avec celle qu’elle percevait chez Carrefour ».

    D’après Mediapart, sur les 19 millionnaires qui composent le gouvernement d’Emmanuel Macron, la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, arrive en deuxième position avec un patrimoine estimé à 6,4 millions d’euros. Franck Riester, ministre chargé des relations avec le Parlement , occupe la première place avec un patrimoine estimée à 10,6 millions d’euros.

    CLOU DU SPECTACLE :
    Amélie Oudéa-Castéra, née Amélie Castéra le 9 avril 1978 dans le 14e arrondissement de Paris, est une haute fonctionnaire française, magistrate à la Cour des comptes !!!

    Elle est la nièce des journalistes politiques Alain et Patrice Duhamel

    Après des études au lycée Victor-Duruy puis au lycée Jean-de-la-Fontaine, elle poursuit des études supérieures à Paris. Elle obtient une maîtrise en droit à l’université Panthéon-Sorbonne ; elle est diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris qu’elle intègre en 1996
    (décidément, tout ce qui sort de la Sobonne et/ou de Sciences-po … ceux qui ont fait science-po le savent parfaitement, je ne détaillerai pas içi les saloperies qu’on y dit les deux premières années n’est-ce pas ^^)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *