COVID EN CHINE: DÉCÈS D’EXPERTS, DE CÉLÈBRITÉS ET DE FONCTIONNAIRES PAR DIZAINES !

Covid-Deces-Chine

Quatres personnalités Chinoises décédées du Covid en trois jours

La Chine, et sa capitale en particulier, a été durement touchée par la récente vague de COVID-19 qui balaie le pays.

Après le décès de dizaines de professeurs et d’enseignants de grandes universités chinoises au cours des 30 derniers jours, quatre autres personnalités chinoises de premier plan seraient décédées entre le 17 et le 20 Décembre.

Elles étaient âgés de 39 à 89 ans.

Corbillards attendant d’entrer dans un crématorium à Pékin, en Chine, au milieu d’une vague massive d’infections au COVID-19, le 22 décembre 2022. (STF/AFP via Getty Images)

Selon le portail d’information The Paper, basé à Shanghai, Wu Guanying, professeur à l’université de Tsinghua, Chen Jingliang, ancien secrétaire du Parti communiste chinois (PCC) au China Film Art Research Center, Fang Xuehui, ancien membre du comité de rédaction de l’agence de presse Xinhua, et Chu Lanlan, célèbre artiste de l’Opéra de Pékin, sont tous décédés au cours de ces trois jours.

Le journal a écrit qu’ils sont morts de maladie après que les traitements médicaux n’ont pas réussi à les aider. Le rapport ne précise pas quelle maladie a causé leur mort.

Biographies de ces quatre érudits et célébrités

Le professeur Wu Guanying, décédé le 20 décembre à l’âge de 67 ans, était professeur au département de l’art et du design de l’information de l’Académie des arts et du design de l’Université Tsinghua.

Il était surtout connu comme l’un des concepteurs des mascottes des Jeux olympiques d’été de 2008 à Pékin. Il a également participé à la conception de nombreuses séries de timbres et de pièces d’or et d’argent des 12 animaux du zodiaque chinois, et a été le concepteur de la série de timbres de vœux du Nouvel An.

Wu Guanying, le célèbre illustrateur chinois et concepteur principal de la mascotte des Jeux olympiques de Pékin 2008, est décédé dans la capitale au milieu de rumeurs selon lesquelles le Covid-19 pourrait avoir causé sa mort. 
Il avait 67 ans.

Chen Jingliang, né en avril 1946, a rejoint le PCC en 1979, selon The Paper.
Il a commencé comme traducteur à la China Film Group Corporation en 1970 et a été l’ancien secrétaire du PCC du China Film Art Research Center de 1994 à 2006, date à laquelle Chen a pris sa retraite.
Il était membre du Comité de censure cinématographique de Chine, qui est supervisé par l’Administration nationale de la radio et de la télévision de Chine. Chen est décédé le 19 décembre à l’âge de 76 ans.

Chen Jingliang.

Fang Xuehui est né en décembre 1933 en Indonésie.
Il a travaillé pour le bureau régional de Jakarta de l’agence de presse Xinhua, le porte-parole du PCC, dans les années 1950 et s’est installé en Chine en 1966.
Il était rédacteur au Cankaoxiaoxi (« Nouvelles de référence »), publié par l’agence de presse Xinhua, qui traduit et republie les articles des agences de presse étrangères. Ce journal était autrefois réservé aux cadres du PCC et à leurs familles.

Chu Lanlan est née en 1983 et est décédée le 18 décembre à l’âge de 39 ans.
Elle travaillait avec la troupe militaire des arts du spectacle du PCC pour créer des pièces de chant et de danse de l’Opéra de Pékin.
Elle a participé à plusieurs spectacles organisés par la télévision centrale du PCC et la télévision de Pékin.

Chu Lanlan, décédée à 39 ans.

Plus de 30 décès signalés en un mois dans deux grandes universités chinoises

Du 10 novembre au 10 décembre, 19 professeurs et enseignants retraités de la prestigieuse université chinoise de Tsinghua sont décédés au cours de la dernière vague de pandémie, comme le rapporte le portail d’information chinois Sina.

Huang Kezhi, professeur au département de mécanique de l’Université Tsinghua et académicien de l’Académie chinoise des sciences, est décédé le 6 décembre à l’âge de 95 ans. Huang, membre du PCC, était l’un des fondateurs du département de mécanique de l’ingénierie, selon The Paper.

L’université Tsinghua compte certains des anciens étudiants les plus éminents, dont l’actuel haut dirigeant du PCC, Xi Jinping, son prédécesseur, Hu Jintao, et l’ancien premier ministre chinois, Zhu Rongji.

Des travailleurs en tenue de protection manipulent un cercueil et une caisse de cercueil au salon funéraire Dongjiao, qui aurait été désigné pour s’occuper des décès dus au Covid, à Beijing, en Chine, le 19 décembre 2022. (Bloomberg)

Le 11 décembre, un article intitulé « Faire de la protection de la vie et de la santé des anciens camarades la priorité absolue de la prévention et du contrôle de l’épidémie actuelle » a été publié sur le site officiel de l’université de Tsinghua, qui indique que trois équipes de travail ont été mises en place pour garantir le contrôle de la pandémie et le traitement médical des enseignants et professeurs retraités de l’université.
L’article est repris par Sina, un portail d’information numérique chinois.

Des internautes ont vérifié les nécrologies publiées par l’Université de Pékin du 6 novembre au 5 décembre et ont constaté que 15 chercheurs de l’université sont décédés pendant cette période.

Parmi eux, Yang Gen, 89 ans, membre du PCC et professeur à l’école d’archéologie et de muséologie de l’université de Pékin, est décédé le 30 novembre.

Le nouveau critère de décès COVID de la Chine

Bien que des décès aient été signalés par les médias et les plateformes de médias sociaux en Chine, le décompte officiel COVID du régime communiste n’a pas inclus les nombreux décès de causes inconnues rapportés par les médias.

Wang Guiqiang, un expert en maladies infectieuses de l’Université de Pékin, a déclaré lors de la conférence de presse du Conseil d’État du PCC le 20 décembre que la Commission nationale de la santé et de la médecine a récemment clarifié la manière dont le gouvernement classe les décès.

Selon Wang, seuls les décès dus à des « défaillances respiratoires » dans le cadre du COVID seront inclus dans le bilan officiel des décès.

La Commission nationale chinoise de la santé (NHI) a signalé 100 nouveaux cas de COVID et aucun décès le 21 décembre. Le 20 décembre, la NHI n’a signalé que cinq décès dans l’ensemble du pays.

Consultez ici les ressources interdites et les documents confidentiels de la pandémie Covid 19.

Source: The Epoch Times

Facebook
Twitter
Telegram

0 réponse

  1. La question que nous-nous posons tous : Est-ce que ces gens étaient injectés ou pas ?
    La proportion d’injectés en Chine
    Le type d’injection utilisée (technologie)

  2. Une facon bien asiatique pour lutter contre la corrumption endémique « en douceur ».

    Le départ de la manip fut la dernière réunion « surprise » du PCC décidé par XI Jinping suite à la venue de Pelosi à Taiwan.

    Donc, XI Jinping commence à remettre la main sur le pays investé de traite « à l’occidental »…comme Poutine en Russie…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *