ORGANISATION DE LA COOPÉRATION DE SHANGHAI (OCS) : L’EXPANSION CONTINUE

L'expansion de l'Organisation de coopération de Shanghai, OCS

L’OCS représente 42% de la population mondiale

La Chine a activement poursuivi l’expansion de l’Organisation de la Coopération de Shanghai (OCS), une entité politique, économique et de sécurité internationale eurasienne.

Créée en 2001 par la Russie, la Chine et d’anciens États Soviétiques, cette organisation fait contrepoids à l’influence occidentale dans la région.

Bruno Venditti et Sabrina Fortin, de Visual Capitalist, ont créé le graphique ci-dessous, en utilisant des données provenant de Incrementum, de la DPPA.UN, et de SCO, pour illustrer l’évolution de la plus grande organisation régionale au niveau mondial.

Organisation de coopération de Shanghai

Chronologie des pays membres de l’OCS

L’OCS, créée avec des objectifs tels que la lutte contre le terrorisme, la promotion de la sécurité des frontières, le renforcement des liens politiques et l’expansion de la coopération économique, comprenait initialement la Chine, le Kazakhstan, la Russie, le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Kirghizstan.

Pays membres

En 2002, les États membres ont ratifié les statuts de l’organisation afin d’encourager la collaboration politique, commerciale, économique, technologique, culturelle et éducative.

Depuis lors, l’organisation a entrepris plus de 20 projets à grande échelle liés aux transports, à l’énergie et aux télécommunications.

Une initiative notable est la vaste Belt and Road Initiative (BRI), qui vise à reconstruire la Route de la Soie et à relier l’Asie à l’Europe et au-delà grâce à d’importants investissements dans les infrastructures.

L’OCS a également étendu son influence géopolitique. Elle a obtenu le statut d’observateur à l’Assemblée Générale des Nations Unies en 2005 et a accordé ce statut à l’Afghanistan en 2012.

Actuellement, elle travaille avec l’administration intérimaire Taliban pour inclure des représentants de l’Afghanistan dans ses futures réunions.

  • L’Inde et le Pakistan sont devenus officiellement membres de l’OCS en 2017.
  • L’Iran est en train d’obtenir le statut de membre à part entière.
  • L’Égypte et le Qatar sont des partenaires de dialogue.
  • L’Arabie Saoudite, un allié traditionnel des États-Unis, a pris des mesures pour y adhérer.
  • La Biélorussie devrait devenir membre en 2024 après avoir signé un mémorandum d’obligations.

En outre, l’organisation joue également un rôle crucial dans les ambitions militaires chinoises.

En 2007, l’OCS a signé un accord définissant les droits et les responsabilités juridiques en cas d’exercices militaires dans un autre pays membre.

L’accord permet aux Forces armées chinoises de participer à des opérations de combat air-sol à l’étranger, couvrant des activités telles que la mobilisation à longue distance, les missions de lutte contre le terrorisme, les opérations de maintien de la stabilité et la guerre conventionnelle.

Carte des exercices de l'OCS à l'extérieur de la Chine impliquant des forces chinoises 2002-2019
Carte des exercices de l’OCS à l’extérieur de la Chine
impliquant des Forces Armées Chinoises 2002-2019

Cette présence militaire est particulièrement importante pour le Parti Communiste Chinois (PCC), qui craint que les mouvements séparatistes de la région autonome du Xinjiang, dominée par les Ouïghours, ne gagnent le soutien d’autres États d’Asie Centrale.

Implications pour les États-Unis

Aujourd’hui, l’OCS regroupe 42 % de la population mondiale et 32 % du PIB mondial.

En raison de son influence croissante, les décideurs américains ont suivi le développement de l’Organisation de Coopération de Shanghai.

Dans un rapport de 2020 au Congrès américain, la Commission d’Examen Économique et de la Sécurité États-Unis-Chine a souligné qu’à travers l’OCS, la Chine établit des relations diplomatiques et des capacités expéditionnaires qui pourraient soutenir la projection de puissance au-delà de ses frontières.

Le document mentionne :

« Il existe un risque important que Pékin tire parti de ses relations avec les pays de l’OCS pour limiter la capacité des Forces armées américaines à opérer en Asie centrale. »

Néanmoins, le même rapport note que l’OCS pourrait servir d’outil bénéfique pour les États d’Asie Centrale, en offrant une plateforme de coopération et en présentant une alternative à la domination potentielle de la Russie, en particulier dans des domaines tels que l’énergie.

Toutes les meilleures analyses géopolitiques et macro-économiques sont dans la Lettre Confidentielle :

Source : ZeroHedge

Facebook
Twitter
Telegram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *