LE DÉCLIN DE LA MAIN-D’ŒUVRE AMÉRICAINE : COMMENT LES TRAVAILLEURS ÉTRANGERS PRENNENT LE DESSUS

Même si l'on ignore la manipulation des données économiques par des administrations, qui espèrent gagner des points politiques faciles.

L’avantage aux travailleurs étrangers

Nous vivons une époque étrange, où ce qui était autrefois impensable est devenu banal.

Et pourtant, malgré les nombreuses questions et préoccupations soulevées à maintes reprises par de nombreux analystes et stratèges bancaires quant à la crédibilité des données économiques les plus importantes des États-Unis – le rapport mensuel sur l’emploi – rien ne change jamais, et si cela se produit, cela se présente sous la forme de « réinitialisations » périodiques, d’« ajustements saisonniers » où nous apprenons que toutes les données qui ont guidé les marchés et les banques centrales étaient fausses, manipulées et erronées depuis des années.

Mais même si l’on ignore la manipulation flagrante des données économiques par des administrations qui cherchent à obtenir des avantages politiques en présentant l’économie sous un jour bien plus positif qu’elle ne l’est en réalité, il existe encore différentes ramifications étranges au sein des données, que peu de gens remarquent, mais qui sont essentielles pour maintenir le récit fallacieux.

Par exemple, les lecteurs sont probablement conscients qu’aux dires du BLS, il y a maintenant environ 3,3 millions d’emplois de plus (155,7 millions) qu’au pic juste avant la crise du Covid (152,4 millions).

Total de la masse salariale aux États-Unis.
Total de la masse salariale aux États-Unis.

En apparence, il s’agit d’une réalisation impressionnante, car un déficit d’environ 22 millions d’emplois a été effacé en moins de trois ans.

Cependant, si l’on commence à creuser, certaines particularités émergent, par exemple le fait que bon nombre des emplois créés ces dernières années ont été attribués à des « travailleurs multiples », ce qui signifie que chaque « payroll » – salaire – n’a pas été assigné à un individu unique, mais qu’il existe désormais des personnes qui occupent deux, trois ou plus d’emplois pour joindre les deux bouts.

Ou encore que la création d’emplois récente s’est largement concentrée sur des travailleurs à temps partiel et à faible rémunération, tandis que les emplois à temps plein stagnent.

Emplois changements : Mars à Décembre
Emplois changements : Mars à décembre

Ou encore, selon l’enquête auprès des ménages, il n’y a pratiquement pas eu de création d’emplois pour une grande partie de l’année 2022, alors que l’enquête auprès des établissements indiquait qu’il y avait eu plus de 2 millions de nouveaux emplois ajoutés sur la même période.

Divergence entre l'enquête auprès des ménages et l'enquête auprès des établissements.
Divergence entre l’enquête auprès des ménages et l’enquête auprès des établissements.

Il n’a pas fallu longtemps, après que nous ayons signalé ces graves « défauts » narratifs et ces incohérences, pour que le BLS les remarque et apporte les ajustements et révisions historiques appropriés aux données afin de les rendre cohérentes.

Après tout, les bureaucrates ne sont pas très diligents et attentifs, et les bureaucrates manipulateurs sont encore pires.

Pourtant, un endroit où le BLS a permis à une lacune flagrante des données de persister, c’est dans ce qui sera bientôt une série de données très politiquement chargée et sensible : d’où viennent tous les nouveaux travailleurs ?

Comme mentionné précédemment, si l’on croit le BLS, les effectifs aux États-Unis atteignent désormais un record de 155,7 millions, soit 161 millions de travailleurs, selon l’enquête auprès des ménages.

Mais si l’on creuse un peu plus, on découvre quelque chose de plutôt curieux : tous les emplois créés depuis la crise du Covid ont été attribués à des travailleurs nés à l’étranger !

En effet : comme le montre le graphique ci-dessous, il y a actuellement 131,1 millions de travailleurs nés aux États-Unis, soit une diminution de plus d’un demi-million par rapport au pic pré-covid de 131,7 millions atteint en octobre 2019 (source des données : Réserve fédérale).

Pendant ce temps, si l’on ne regarde que le nombre de travailleurs nés à l’étranger, les données présentent un tableau très différent : après avoir atteint un sommet de 27,8 millions en février 2019, le nombre de travailleurs nés à l’étranger a non seulement récupéré les pertes de la crise du Covid, mais a augmenté de 2,2 millions supplémentaires pour atteindre un record de 30,0 millions en avril 2023 !

Cela signifie que toute la création d’emplois depuis la crise du Covid a été attribuée à des travailleurs étrangers, tandis que les travailleurs nés aux États-Unis stagnent et n’ont toujours pas réussi à dépasser les niveaux d’avant la crise du Covid, même si, si l’on prolongeait simplement la tendance pré-covid, les travailleurs nés aux États-Unis avaient depuis longtemps dépassé leurs niveaux de 2019.

En d’autres termes, des millions d’emplois pour les travailleurs nés aux États-Unis ont discrètement été attribués à des étrangers (moins bien rémunérés).

Mais qu’en est-il si les données présentées ci-dessus ne sont qu’un produit d’une répartition inégale des embauches tandis que la croissance de la main-d’œuvre a été similaire ?

Bonne question, et pour y répondre, nous avons examiné non pas le changement absolu d’emplois/travailleurs, mais le changement des forces de travail, pour les travailleurs nés aux États-Unis et ceux nés à l’étranger, indexé à 100 en octobre 2019.

Le résultat, présenté ci-dessous, parle de lui-même :

Et voilà : à la fois le nombre de travailleurs nés aux États-Unis et la force de travail effective des travailleurs nés aux États-Unis stagnent, tandis que les travailleurs nés à l’étranger prospèrent et captent une part du marché, ou plutôt une part de l’emploi et des salaires, des Américains natifs.

Il y a beaucoup à analyser, c’est certain. Malheureusement, le BLS ne décompose pas les données sur les travailleurs « nés à l’étranger » en immigrants légaux et illégaux.

Cependant, étant donné qu’il était pratiquement impossible pour les étrangers légaux d’entrer aux États-Unis – encore moins d’y travailler – pendant près de deux ans après le déclenchement de la pandémie de Covid, il est assez sûr de supposer que la majeure partie du travail des personnes nées à l’étranger a été attribuée à des immigrants illégaux.

Cela soulève alors la question : quel impact cela a-t-il sur l’inflation ?

Nous savons déjà que l’inflation salariale est censée être hors de contrôle, mais si la majorité des nouvelles embauches ont été effectuées par des travailleurs nés à l’étranger qui, dans leur grande majorité, représentent une option de main-d’œuvre moins chère pour les employeurs ?

Cela signifie-t-il que l’inflation salariale serait encore plus élevée si la plupart des nouveaux travailleurs étaient nés aux États-Unis ? Que se passera-t-il avec l’inflation si, par exemple, Trump ou DeSantis font de l’embauche de travailleurs nés aux États-Unis un engagement de campagne ?

Et une autre question : que signifie ce bilan pour les prochaines campagnes présidentielles houleuses – quel impact aura-t-il sur la réputation, par exemple, de Joe Biden, lorsqu’il sera interrogé sur le fait que tous les nouveaux emplois créés sous son administration ont été attribués à des travailleurs nés à l’étranger tandis que les Américains natifs stagnent ?

Nous espérons avoir les réponses assez rapidement ; pour l’instant, cependant, nous avons un autre rapport sur l’emploi sur lequel nous concentrer dans quelques heures seulement.

Et si le récent bilan du BLS en matière de « précision et d’intégrité » est un indicateur de ce à quoi s’attendre, les chiffres de demain devraient pousser les chiffres de l’emploi déjà ridicules encore plus dans le royaume de l’absurdité extrême.

Accédez aux ressources macro-économiques et géostratégiques brûlantes chaque mois :

Source : Zerohedge

Facebook
Twitter
Telegram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *