DESTIN FRANÇAIS : LA MORT, L’ESPOIR ZEMMOUR OU L’EXPATRIATION ? AVEC DANIEL CONVERSANO

Géopolitique profonde : l’expatriation, l’identitarisme, la Russie, l’Ukraine et Zemmour

Dans notre entretien avec Daniel Conversano, écrivain et leader des braves, qui réside en Roumanie depuis 2013, nous examinons son choix de l’expatriation, sa vision de l’identitarisme, de la Russie, de l’Ukraine, d’Israël, de la Palestine, de la crise sanitaire et du vaccin, ainsi que son opinion sur la campagne électorale et le bilan d’Éric Zemmour aux élections présidentielles de 2027.

Daniel Conversano
Daniel Conversano

L’expatriation de Daniel Conversano

Daniel Conversano explique en détail les raisons de son expatriation en Roumanie, qu’il considère comme un pays plus sain, plus normal et plus conservateur que la France.

Il compare les deux réalités, mettant en lumière leurs différences culturelles, économiques, sociales et politiques.

Identifié comme un nationaliste européen, il met en avant son engagement en faveur de la préservation des cultures européennes et encourage les jeunes nationalistes de moins de 40 ans à envisager l’expatriation comme une opportunité de trouver un partenaire partageant leurs valeurs et de vivre dans un environnement respectant leur identité.

Daniel Conversano partage ses expériences et découvertes, les opportunités et les défis, qu’il a rencontré en Roumanie.

Il développe son point de vue sur divers aspects, tels que la qualité de vie, l’investissement immobilier, la culture locale et la langue, tout en évoquant les différences avec d’autres pays d’Europe de l’Est, comme la Pologne, la Russie et les pays baltes.

Il propose également des conseils aux personnes intéressées par l’expatriation en Roumanie et offre son aide pour faciliter le processus.

L’identitarisme selon Daniel Conversano

Daniel Conversano définit l’identitarisme comme la fierté de l’appartenance ethnique européenne et la revendication du droit de choisir ses amis et partenaires parmi les Européens.

Il critique le gauchisme et le multiculturalisme, qu’il estime responsables de la décadence et du déclin de la civilisation occidentale.

Il insiste sur la simplicité et l’harmonie des relations hommes-femmes en Europe de l’Est, soulignant la beauté, la féminité et la fidélité des femmes de cette région.

Selon lui, les Roumains ont une vision plus traditionnelle de la famille et de la transmission, ce qui peut séduire certains expatriés.

Drapeau- Français- Europe- Identitarisme

Il expose sa vision d’une droite européenne et identitaire, défendant son caractère occidentaliste et son engagement en faveur de la préservation de l’identité ethnique européenne.

Il s’inspire de l’exemple de l’Italie et du Danemark, où la droite a réussi à s’imposer face à la gauche et à l’immigration.

Il critique la ligne politique de la droite française, qu’il juge trop conservatrice sur les questions morales et insuffisamment identitaire sur les questions d’immigration et dénonce également son manque de courage et de dynamisme, l’estimant intimidée par les médias et les associations.

Le conflit entre la Russie et l’Ukraine

Daniel Conversano exprime son soutien à l’Ukraine, qu’il considère comme un pays souverain envahi par la Russie.

Tout en reconnaissant les qualités de Poutine, il condamne l’agression russe envers l’Ukraine.

Il explique pourquoi il ne se positionne ni en faveur de la Russie ni de la Palestine, préférant les pays d’Europe centrale à la Russie.

Il nuance l’image de la Russie en la décrivant comme un empire multiethnique comportant des minorités musulmanes et souligne qu’elle n’est pas une puissance militaire invincible et qu’elle éprouverait des difficultés à envahir l’Europe.

Poutine-Russie-Ukraine

Il met également en évidence l’importance des éléments économiques, diplomatiques et culturels dans les conflits modernes.

Daniel Conversano critique les nationalistes français qui soutiennent la Russie et fantasment sur une purification par cette dernière.

Selon lui, ils sont désespérés face au progressisme et à la perte des valeurs morales et espèrent qu’une puissance étrangère, telle que l’Allemagne nazie ou la Russie de Poutine, résolve ces problèmes à leur place.

Daniel Conversano considère cette vision comme irréaliste et velléitaire, car il estime qu’il est impossible d’éliminer complètement l’idéologie de l’ennemi, affirmant que les nationalistes français surestiment la capacité d’intervention de la Russie tout en sous-estimant celle des pays d’Europe centrale.

De plus, il estime qu’ils ne comprennent pas la solidarité européenne face à la menace russe.

La crise sanitaire et le vaccin

Daniel Conversano déclare avoir reçu le vaccin contre la COVID-19 et soutient la vaccination.

Il s’oppose à l’attitude anti-vaccination répandue chez certains nationalistes et à la croyance en des théories du complot.

Vaccin-Covid-Pfizer-Moderna

À ses yeux, le vaccin constitue un moyen de protection individuelle et collective, sans raison de craindre des effets secondaires majeurs et il le considère comme une solution scientifique à un problème de santé publique, plutôt que comme un outil de contrôle des masses.

Pour lui, se faire vacciner représente un acte de responsabilité envers soi-même et envers la société.

Il respecte cependant le choix de ceux qui ne souhaitent pas se faire vacciner, mais les encourage à respecter les mesures sanitaires pour ne pas mettre en danger la santé publique.

Selon lui, les anti-vaccins ne représentent qu’une minorité, et il estime qu’ils sont manipulés par des individus exploitant leur crédulité et leur naïveté.

Il considère que les anti-vaccins agissent de manière irresponsable, mettant ainsi en péril la reprise économique et sociale.

La campagne et le bilan d’Éric Zemmour

Daniel Conversano exprime sa déception, ses critiques et son analyse de la campagne électorale et du bilan d’Éric Zemmour aux élections présidentielles de 2027.

Il révèle qu’il a initialement soutenu Zemmour, mais qu’il a été déçu par l’entourage du candidat, sa stratégie de campagne et son électorat. Il annonce son intention de ne plus militer pour Zemmour et espère que ce dernier changera de cap lors des élections européennes.

Il évalue le bilan de Zemmour comme étant insatisfaisant et décevant.

Éric Zemmour-Présidentielles 2022

Selon lui, la campagne de Zemmour a manqué d’énergie, de dynamisme et d’audace.

Il souligne un manque de courage, un déficit en charisme et une communication inadaptée, en plus d’un programme et des alliances mal choisis et note également que Zemmour a subi de nombreuses attaques, une censure importante et un isolement notable.

Pour l’avenir de Zemmour, qu’il considère toujours prometteur et souhaitable, il suggère une révision de stratégie et de conseillers.

Il conseille de cibler la classe moyenne et le prolétariat, et de réaliser un impact significatif lors des élections européennes par des alliances avec d’autres partis nationalistes et identitaires et recommande de se rapprocher des jeunes, des radicaux et des dissidents, tout en devenant plus audacieux, provocateur et humoristique.

Retrouvez les analyses géopolitiques de Youssef Hindi et d’autres experts en vous abonnant à votre Lettre Confidentielle :

Facebook
Twitter
Telegram

Une réponse

  1. « Selon lui, les anti-vaccins ne représentent qu’une minorité, et il estime qu’ils sont manipulés par des individus exploitant leur crédulité et leur naïveté. »
    Bonjour
    Je me demande parfois quel jeu joue Géopolitique Profonde; et je m’explique:
    C’est bien de donner la parole à « un peu tout le monde », mais certains ont déjà les médias « officiels » pour s’exprimer, médias qui ne donne pas la parole « à tout le monde »… Je pense inutile, si ce n’est contre productif de leur offrir une autre occasion de se poser en détenteur de vérité…
    Désolé pour Daniel Conversano, je suis donc un vieux crédule et naïf, qui constate – malgré tout- ce qui se passe réellement dans le monde, ce que disent les spécialistes indépendants, que ce soit au niveau militaire et médical…
    Ce n’est pas la première fois que je constate -passez moi l’expression- la « complaisance » de Géopolitique profonde pour certains intervenants… Je pourrais être déçu si mon âge et mon vécu ne m’avaient quel que peu « insensibilisé » sur l’approche humaine de la vie.
    Il suffit de « cocher » ce que les « complotistes » avaient annoncé, considéré comme complot par les « bien pensants », et qui se réalise actuellement sous nos yeux, sans pour autant être « crédule et naïf » sur les « sauveurs du monde ».
    Serais-je aussi un vieux con-plotiste?
    Merci de m’avoir lu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *