ÉLECTIONS EUROPÉENNES : PEUT-ON SAUVER LA FRANCE ? | PAUL-MARIE COUTEAUX | GÉOPOLITIQUE PROFONDE

Le 1er avril à 18h30, Paul-Marie Couteaux, Philippe Herlin, Nicolas Stoquer et François Martin seront nos invités, en direct sur Géopolitique Profonde.

Paul-Marie Coûteaux est un haut fonctionnaire, essayiste et homme politique français. Il a été conseiller ministériel dans des gouvernements socialistes de 1981 à 1991, puis conseiller de Philippe Séguin de 1993 à 1996. Élu député européen souverainiste de 1999 à 2009, il a servi sous les couleurs du Rassemblement pour la France et a été réélu sous celles du Mouvement pour la France. Depuis juin 2019, il est membre du Parti chrétien-démocrate, où il est chargé des publications. Il est également directeur de la revue « Le nouveau Conservateur« . Il anime son émission Les Conversations de P-M Coûteaux sur TVL Libertés.

Philippe Herlin est un économiste et essayiste, qui publie chez Eyrolles. Il est Docteur en économie du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) en 2012, et il a eu le “Prix Spécial du Jury” du 24e Prix Turgot décerné le 12 avril 2011 pour « Finance : le nouveau paradigme ». Il s’intéresse notamment à l’or et aux monnaies complémentaires telles que le bitcoin.

Nicolas Stoquer est un géopolitologue et un expert en intelligence économique. Il est également patron d’émission à Radio Courtoisie, où il anime notamment Le libre journal de Géopolitique Profonde en partenariat avec notre média.

François Martin est un géopolitologue, journaliste et essayiste français, diplômé de l’ESSEC et de l’EMBA HEC, et auditeur de l’IHEDN et de l’INHESJ. Avec une carrière de 40 ans dans le commerce international de l’alimentaire, il a acquis une expérience considérable sur plus de 100 pays et maîtrise six langues. Connu pour ses analyses pénétrantes sur des sujets internationaux complexes, François Martin apporte une perspective éclairée et pédagogique sur les enjeux géopolitiques actuels.

Les élections européennes de 2024 s’annoncent comme un moment crucial pour l’avenir politique de la France.

À l’approche de cette échéance, des questions fondamentales émergent concernant la capacité du pays à forger une trajectoire plus souveraine, loin de l’influence prépondérante de Bruxelles. Ces élections revêtent une importance particulière, non seulement pour le quinquennat de Macron, mais aussi pour l’orientation future de la France sur la scène internationale, notamment en ce qui concerne sa position vis-à-vis de l’OTAN et du conflit en Ukraine.

La question de l’union des souverainistes français se pose. Historiquement divisés, leur refus persistant de s’unir soulève des interrogations sur leurs véritables intentions et sur la possibilité qu’ils servent, malgré eux, les desseins de la majorité actuelle. L’enjeu est de taille : une union solide pourrait significativement altérer la répartition des forces politiques au sein du Parlement européen, potentiellement réduisant l’influence de Macron et ouvrant la voie à des politiques plus alignées sur les aspirations souverainistes de la France.

Le positionnement de figures telles que Jordan Bardella, et la décision de Nicolas Dupont-Aignan de ne pas présenter de liste, ajoutent une couche supplémentaire de complexité à l’analyse des dynamiques en jeu. Bardella, par son attitude vis-à-vis de l’OTAN et de l’Ukraine, et Dupont-Aignan, par son absence, posent implicitement la question de la stratégie optimale pour les souverainistes français face aux pressions extérieures et aux défis internes.

Les frictions entre personnalités telles que Florian Philippot et François Asselineau mettent en évidence les défis liés à l’unité du camp souverainiste, chaque leader défendant sa vision propre de la souveraineté et de l’indépendance de la France.

Ces différends, loin d’être de simples querelles personnelles, reflètent les divergences fondamentales sur la manière d’aborder les problématiques européennes et la place de la France dans le monde.

Pourquoi les élections européennes ont leur importance ?

Les souverainistes vont-ils enfin s’unir ?

Macron sera-t-il en minorité le 9 juin ?

Est-ce que ces élections sont un tournant dans ce quinquennat ?

Ne manquez pas ce rendez-vous le 1er avril à 18h30, en direct sur GPTV !

Quittez la dictature financière et numérique, avec la revue mensuelle de Géopolitique Profonde :

Facebook
Twitter
Telegram

4 réponses

  1. Je me demande ce que ces hommes de profonde culture que sont messieurs Martin et Couteaux pensent de votre décor techno-mortifère et comment ils se sont senti au milieu de ces écrans cathodiques si agressants.

  2. Bonjour,

    Je suis avec assiduité vos vidéos.
    Et comme beaucoup, je suppose, j’apprends des choses, et croyez moi, je m’informe régulièrement par divers supports très variés, et ce afin, bien entendu d’avoir un maximum de données de manière à me forger une opinion qui n’est bien sûr que mon opinion.
    Mon petit coup de gueule, même si je pense qu’il n’a pas été voulu faire d’amalgame, est que je suis retraité depuis 4 ans, et je n’ai pas voté pour notre président actuel.
    Alors, j’avoue être légèrement « blessé » quand j’entends que le président actuel peut ou compte sur le vote des retraités.

  3. La seule violence possible serait un coup d’état militaire. Mais notre armée est tellement malade, à commencer par ses chefs carriéristes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *