CHOC FRONTAL AVEC LE QUOTIDIEN DES HOMMES : UNE FEMME BIOLOGIQUE REGRETTE SA TRANSITION

Une femme devient un "homme trans" et se rend compte qu'il est trop difficile d'être un homme et comprend pourquoi ils se suicident.

La réaction d’un homme transgenre devient virale

Le récit social moderne veut que les hommes aient toujours eu toutes les cartes en main, qu’ils aient toujours eu le contrôle et qu’ils aient toujours mené la belle vie, enfermés derrière une barrière presque surnaturelle de privilèges masculins et de patriarcat.

Non seulement les hommes accumulent le pouvoir comme les dragons endormis accumulent les trésors, mais ils sont également censés être « toxiques », rendus fous par une dangereuse et mystérieuse énergie radioactive appelée « masculinité »

Ce sont des créatures instables avec une gâchette, prêtes à violer et à piller sans avertissement. Les hommes doivent être soumis, observés et conditionnés dès l’enfance pour ressembler davantage à des femmes.

Ces croyances sont tellement ancrées dans la culture progressiste qu’elles sont devenues une doctrine. Le patriarcat est un fait, même s’ils n’ont aucune preuve de son existence. 

Le privilège masculin est un fait, même si les femmes ont tous les mêmes droits que les hommes en vertu de la loi dans le monde occidental. Et tous les hommes sont violents et vicieux envers les femmes si on leur en donne l’occasion, bien que, si c’était vrai, le féminisme n’aurait aucune chance de survie en Amérique ou en Europe. Il n’aurait même pas le droit d’exister.

Et si la perception gauchiste était en fait le contraire de la réalité ? Et si les femmes jouissaient de bien plus de privilèges qu’elles ne pourraient jamais le savoir ?

Les Libs Of TikTok nous donnent un aperçu de cette énigme en publiant récemment le témoignage d’une femme qui est passée au statut d’homme et a découvert qu’il était difficile d’être un homme et qu’elle comprend maintenant pourquoi les hommes sont beaucoup plus susceptibles de se suicider.

Traduction :
C’est vraiment triste. Un homme trans réalise à quel point il est difficile d’être un homme quand on est en réalité une femme.
Les hommes et les femmes sont différents et peu importe ce que vous faites à votre corps, vous ne pouvez pas être du sexe opposé.

La vidéo est révélatrice à plusieurs niveaux. La femme ci-dessus tente d’exprimer les difficultés de devenir un trans-homme tout en s’accrochant au précieux statut de victime de la féminité. Elle est incapable de réconcilier les deux dynamiques, et suggère même à un moment donné que cette douleur pourrait être résolue si les gens accordaient encore plus d’attention et de gentillesse aux femmes.

Cela rappelle beaucoup d’autres tentatives féminines de prouver que les hommes « vivent en mode facile », comme la célèbre expérience de l’écrivain Norah Vincent en 2006, qui a vécu en tant qu’homme pendant 18 mois.

Le projet était censé durer deux ans, mais Vincent a trouvé qu’être un homme est si difficile et intolérable qu’elle y a mis fin prématurément à son existence, (le stress de faire semblant d’être quelqu’un d’autre a également joué un rôle).

couple de transgenre femme qui veulent devenir des hommes.

L’écrivaine a découvert à quel point les femmes peuvent être froides envers les hommes et a commencé à développer des opinions négatives sur les femmes dans leur ensemble. Malheureusement, Vincent s’est suicidée en 2022.

Tout d’abord, il ne suffit pas de porter le costume d’un homme – Les hommes sont fondamentalement et biologiquement différents des femmes à tous égards, y compris dans leur façon d’appréhender le monde et de faire face à l’adversité.

Les femmes apprécient le confort du soutien collectif et de l’affirmation de groupe, c’est ainsi qu’elles font face aux épreuves. En fait, les hommes préfèrent souvent être seuls pour se régénérer mentalement.  Voici la légende de la comédie Patrice O’Neal pour expliquer les simples différences psychologiques entre les hommes et les femmes :

Quelle que soit la volonté d’une femme de devenir un homme en raison des privilèges illusoires qu’elle pense avoir, elle ne sera jamais un homme dans sa tête. Ce n’est pas possible.

Un deuxième facteur à prendre en compte est que les hommes ont tendance à être plus isolés et plus dangereux pour une raison : les hommes sont sacrifiables, par conception. 

Depuis le début de l’Histoire, les hommes ont été la chair à canon qui a permis de maintenir la civilisation intacte. Lorsque les tigres à dents de sabre attaquaient la tribu ou que le village était menacé par des armées de maraudeurs, le destin de chaque homme valide était de risquer une mort presque certaine pour mettre les femmes et les enfants en sécurité. Fournir et protéger fait partie intégrante des circuits de presque tous les hommes.

Cependant, dans les sociétés du premier monde, le gouvernement et la bureaucratie ont repris le rôle de pourvoyeur et de protecteur, avec de nombreux filets de sécurité monétaires et sécuritaires pour les femmes.

Le rôle biologique primaire des hommes étant désormais considéré comme périphérique et sans importance, les hommes sont laissés à la recherche d’un nouveau sens avec très peu de soutien social.

Dans l’Occident féminisé, les hommes masculins sont considérés comme des poudrières potentielles, des bombes à retardement ambulantes sans but qui peuvent faire des ravages à tout moment.

Mais la vérité est que, dès qu’une catastrophe éclate et que les filets de sécurité du premier monde disparaissent, les femmes reviennent en courant vers les hommes pour se mettre à l’abri, attendant d’eux qu’ils remplissent à nouveau leur rôle de chair à canon… Comme le dit le vénérable Bill Burr :

« Il n’y a pas de féministes dans un incendie de maison. »

Au fond, les hommes masculins se retrouvent plus souvent dans des rôles de leadership parce qu’ils sont faits pour ce travail. 

Ils prennent des risques par nature et sont plus capables de se sacrifier pour le bien de la tribu.

Les féministes pensent que les femmes peuvent assumer ces responsabilités tout en bénéficiant des privilèges du soutien émotionnel collectif et de la sollicitude de la société moderne, mais ces deux choses s’excluent mutuellement.

Elles ne peuvent pas avoir les deux, et certains « hommes trans » commencent lentement à le découvrir, contre leur gré.

Pourtant, les globalistes continuent de vanter cette mouvance qu’ils nomment « progrès« , contre toute logique et contre le bien-être des plus faibles et des plus manipulables :

Source : ZeroHedge

Facebook
Twitter
Telegram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *