LA FRANCE N’A JAMAIS CESSÉ DE PILLER L’AFRIQUE : AUJOURD’HUI LES RÔLES S’INVERSENT

La France n'a jamais cessé de piller l'Afrique, aujourd'hui les rôles s'inversent

Les chaînes se brisent

Le facteur peur étant enfin levé, la quête d’une véritable indépendance de l’Afrique est en train de se concrétiser.

Le coup d’État du 26 juillet au Niger, pays d’Afrique de l’Ouest, qui menace de saper la présence militaire française et américaine dans la région, a mis en lumière l’exploitation historique et les pratiques persistantes de la Françafrique – terme utilisé pour décrire l’exploitation persistante de l’ancien Empire français en Afrique.

La France dépend fortement de l’énergie nucléaire, 68 % de son électricité provenant de centrales nucléaires.

Elle se procure 19 % de l’uranium nécessaire au fonctionnement de ces centrales au Niger. Malgré cette contribution significative aux besoins énergétiques de la France, seuls 14,3 % des Nigériens ont accès à un réseau électrique, et même celui-ci est souvent peu fiable.

Ce contraste saisissant met en évidence les disparités et l’exploitation permanente par des puissances étrangères rapaces sur l’ensemble du continent africain.

L’héritage de la Françafrique

La Françafrique est connue pour ses systèmes d’exploitation conçus pour tirer profit des ressources africaines, en utilisant la pression, le capital et souvent la force pure et simple pour maintenir son contrôle sur son ancien empire.

En conséquence, de nombreux États africains, dont le Niger, restent confrontés à la pauvreté et au sous-développement.

Le jeune dirigeant charismatique du Burkina Faso, Ibrahim Traore, s’est récemment exprimé lors du sommet Russie-Afrique qui s’est tenu à Saint-Pétersbourg.

Ibrahim Traore-Président du Burkina Faso
Ibrahim Traore-Président du Burkina Faso.

Il a dénoncé le fait que l’Afrique est riche en ressources, mais que ses habitants sont pauvres, et il a critiqué les dirigeants africains qui cherchent à obtenir l’aumône de l’Occident, car ils perpétuent la dépendance et la pauvreté.

Il a également décrit ce qui est imposé à l’Afrique comme une forme d’esclavage :

« Pour ce qui concerne le Burkina Faso aujourd’hui, nous sommes confrontés depuis plus de huit ans à la forme la plus barbare, la plus violente du néo-colonialisme impérialiste. »

« L’esclavage continue de s’imposer à nous. Nos prédécesseurs nous ont appris une chose : un esclave qui ne peut pas assumer sa propre révolte ne mérite pas d’être plaint. »

« Nous ne nous apitoyons pas sur notre sort, nous ne demandons à personne de s’apitoyer sur notre sort. »

L’incapacité de la France à justifier sa présence en Afrique par un récit cohérent complique encore la situation.

Paris ne peut pas avouer ouvertement sa cupidité, feindre une « mission civilisatrice » ou admettre une quelconque responsabilité en raison de ses crimes passés.

Cette absence d’objectif affaiblit la puissance française sur le continent, entraînant dans son sillage violence et pauvreté.

La volonté d’indépendance de l’Afrique de l’Ouest a suscité l’inquiétude des atlantistes quant à l’ouverture que cela laisse aux puissances eurasiennes telles que la Russie et la Chine pour accroître leur influence en Afrique.

Traduction :
Poutine a tenu une réunion privée avec le plus jeune dirigeant du monde, le capitaine Ibrahim Traore du Burkina Faso.

La réaction de l’Occident reflète un manque de respect pour la souveraineté des pays africains, considérant le continent comme un simple théâtre pour maintenir la domination mondiale.

Depuis le début de la guerre en Ukraine au début de l’année 2022, les atlantistes ont exprimé leur inquiétude quant à la réticence des États du Sud à soutenir les politiques antirusses de l’Occident, une tendance encore amplifiée par le passage au multi-polarisme partout dans le monde.

L’affaiblissement de l’hégémonie occidentale a ouvert la voie à de nombreuses nations qui explorent avidement leurs options géopolitiques et diversifient leurs économies.

Un rapport de la conférence de Munich sur la sécurité, qui s’est tenue en février, a mis en lumière ce schisme bien réel avec l’Occident :

« De nombreux pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine ont progressivement perdu confiance dans la légitimité et l’équité d’un système international qui ne leur a pas permis de faire entendre leur voix dans les affaires mondiales et qui n’a pas suffisamment répondu à leurs principales préoccupations. »

« Pour de nombreux États, ces échecs sont profondément liés à l’Occident. »

« Ils estiment que l’ordre occidental s’est caractérisé par une domination post-coloniale, une politique de deux poids, deux mesures et une négligence à l’égard des préoccupations des pays en développement. »

L’escroquerie du franc CFA

Les lendemains de la Seconde Guerre mondiale ont marqué un changement important dans la dynamique du pouvoir mondial, et les puissances victorieuses ont cherché à établir un nouvel ordre mondial qui maintiendrait la paix et favoriserait l’équilibre économique.

Dans le contexte des colonies africaines, où les troupes coloniales ont joué un rôle majeur dans la victoire alliée, les puissances victorieuses, dont la France, ont cherché à conserver le contrôle économique et à tirer profit de leurs anciennes colonies, alors même que le monde s’acheminait vers la décolonisation.

Le dirigeant français Charles De Gaulle a ainsi créé en 1945 deux monnaies, connues sous le nom de franc CFA, pour les anciennes colonies de la zone occidentale et de la zone centrale.

Franc CFA
Franc CFA (Photo by Issouf SANOGO / AFP) (Photo by ISSOUF SANOGO/AFP via Getty Images)

À la fin des années 1950, alors que le mouvement en faveur de l’indépendance politique s’intensifie, la France organise des référendums dans ses colonies africaines afin qu’elles se prononcent sur l’acceptation d’une constitution rédigée par les Français.

La Guinée, dirigée par l’ancien syndicaliste Sekou Toure, s’est opposée à l’acceptation de la constitution française et a voté massivement contre.

Dans une réaction furieuse, le gouvernement de De Gaulle a retiré tous les administrateurs français de Guinée et a pris des mesures pour saboter les infrastructures et les ressources du pays.

Les mesures sévères prises par Paris visaient à servir d’exemple de ce qui arriverait à toute ancienne colonie française qui résisterait à l’ordre du jour de la France.

Pendant la guerre froide, les États communistes ont exploité ces actions en se présentant comme les libérateurs et les alliés des pays africains qui cherchaient à s’affranchir de l’influence européenne.

Cette position a conduit certains Africains à considérer des pays comme la Russie comme des partenaires plus équitables que la France.

Au fil des ans, la France a démontré qu’elle avait l’habitude d’intervenir militairement – plus de 50 fois depuis 1960 – dans les pays africains pour obtenir des gouvernements qui restent conformes aux intérêts économiques français, en particulier en ce qui concerne l’utilisation continue du franc CFA.

Le système de fonctionnement du franc CFA est historiquement un système de taux de change fixe dans lequel la monnaie a une convertibilité illimitée, mais est rattachée en permanence à la monnaie française, auparavant le franc, puis l’euro .

Françafrique

Monnaie africaine sous contrôle français

Cela signifie que les pays africains ne peuvent pas influencer la valeur de leur propre monnaie, et la différence de valeur fait que la France peut acheter des produits africains à un prix artificiellement bas alors que les Africains peuvent acheter moins de biens avec l’argent qu’ils échangent.

Pire encore, la France avait l’obligation de stocker, et donc de profiter, des réserves de change de ses anciennes colonies, bien que l’obligation de détenir 50 % de leurs réserves de change dans une banque française ait été abandonnée pour la zone occidentale en 2019.

Dans le cadre de ce système, les États africains recevaient un montant nominal d’intérêts, mais la banque profitait du fait que ces capitaux étaient prêtés à des taux plus élevés et qu’elle réalisait des profits massifs sur les ressources et la main-d’œuvre africaines.

Et ce, malgré le fait que de nombreux pays d’Afrique francophone sont d’importants exportateurs d’or et disposent donc d’une multitude d’options pour stocker les richesses nécessaires à la création d’une monnaie dans des banques centrales alternatives.

Si le système du franc CFA a apporté certains avantages en termes de stabilité et de prévention de l’hyperinflation à la zimbabwéenne, il a également fait l’objet d’un examen minutieux pour avoir imposé aux pays africains des exigences qui ne sont pas imposées aux nations plus puissantes.

L’absence de contrôle sur leur propre monnaie a entravé la croissance économique et rendu ces pays vulnérables aux chocs économiques mondiaux.

Les États d’Afrique du Nord tels que la Tunisie, l’Algérie et le Maroc ont choisi de quitter le franc CFA dès leur accession à l’indépendance et ont connu une prospérité relativement plus élevée. De même, le succès du Botswana avec sa propre monnaie nationale démontre qu’une gestion adéquate peut conduire à une démocratie stable et à la croissance économique, même pour les nations les moins développées.

Françafrique

Droits et privilèges exclusifs

Le système du franc CFA a été l’équivalent géopolitique d’un père qui insiste pour gérer les économies de ses enfants tout en les excluant de son testament.

Il y a des avantages à avoir une zone commerciale et monétaire, comme l’actuelle union de la CEDEAO qui couvre la partie occidentale du continent, mais sous le système du franc CFA, l’indépendance a été une illusion qui a permis à la France de plumer ces pays .

Depuis plus d’un siècle, la France dépend de l’Afrique pour son statut de puissance mondiale.

Entre autres privilèges qu’elle s’est taillés dans les traités post-coloniaux, la France a le droit exclusif de vendre du matériel militaire à ses anciennes colonies et jouit du premier droit sur toutes les ressources naturelles découvertes.

Paris fait grand usage de ces privilèges : pour ne citer qu’un exemple, 36,4 % du gaz français provient du continent africain.

En outre, un vaste réseau d’intérêts commerciaux français, comprenant de grandes entreprises multinationales, domine des secteurs tels que l’énergie, les communications et les transports dans de nombreux pays africains.

Le gouvernement français soutient également les entreprises françaises en Afrique de plusieurs manières, notamment par le biais d’une énorme société publique appelée COFACE, qui garantit les exportations françaises vers ces marchés sous-développés.

Vers l’indépendance et l’autonomie

Cette dépendance économique a contribué à la perpétuation d’un système dans lequel les États africains restent faibles, souples et dépendants des exportations de ressources, ce qui profite principalement aux entreprises et aux intérêts français.

En outre, les États africains sont obligés de s’allier à la France dans tout conflit majeur, ce qui érode encore davantage leur souveraineté nationale.

Le continent africain souffre de nombreux maux, mais les plus persistants et les plus néfastes sont sans doute le manque de souveraineté et d’accès aux capitaux.

Pendant ce temps, l’Europe tire une grande partie de sa prospérité du pillage des pays du Sud depuis des siècles.

Ressources naturelles de l'Afrique-2017
Ressources naturelles de l’Afrique-2017.

Le cas de Bruxelles, construite sur la richesse dérivée de l’exploitation brutale du Congo sous le règne du roi des Belges Léopold II, est un rappel brutal de l’impact profondément enraciné du colonialisme.

Lorsque les crimes contre l’humanité du monarque ont été découverts, il a finalement été contraint de léguer la majorité de sa fortune à l’État belge à sa mort.

Ne voulant pas le faire, il s’est lancé dans une énorme série de travaux publics pour dépenser ses gains mal acquis, créant ainsi la Bruxelles moderne.

Aujourd’hui, l’UE et l’OTAN s’y réunissent et donnent audacieusement des conférences fallacieuses sur les droits de l’homme universels, alors qu’elles sont entourées des bénéfices de certains des cas d’oppression les plus brutaux de l’histoire de l’humanité.

Si les gouvernements militaires ont souvent du mal à atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés, il est évident que les « démocraties civiles » soutenues par l’Occident ont également eu du mal à améliorer de manière significative la sécurité et le bien-être de la population africaine.

Pour résoudre les problèmes de l’Afrique, il faut des dirigeants transformateurs capables de se débarrasser de l’héritage et des derniers carcans du colonialisme et de permettre au continent de se frayer un véritable chemin vers l’indépendance et l’autosuffisance.

Pour approfondir la question de la posture des pays africains vis-à-vis de la France et du néo-colonialisme, visionnez notre entretien avec Khaly NDiaye, Rédacteur en chef du principal quotidien sénégalais Dakar Matin :

Source: The Craddle

Facebook
Twitter
Telegram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *