GREAT RESET ET AGENDA CBDC : LA FIN DE LA LIBERTÉ EST PROCHE AVEC MARC GABRIEL DRAGHI

Marc Gabriel Draghi, great reset et agenda CBDC

Grande réinitialisation et monnaies numériques : le projet mondialiste de contrôle selon Marc-Gabriel Draghi

Lors de notre entretien, Marc Gabriel Draghi, juriste et analyste financier qui s’est spécialisé dans l’étude des monnaies numériques de banque centrale (CBDC) nous propose son analyse de la crise économique en cours.

Il nous explique comment le projet mondialiste d’instaurer les monnaies numériques de Banques Centrales, vise la mise en place d’un contrôle total sur les populations et la destruction des libertés individuelles.

Il expose également les enjeux géopolitiques, économiques et monétaires de la grande réinitialisation, un projet politique qui utilise le narratif pandémique, climatique et woke, pour imposer un nouvel ordre mondial.

marc gabriel draghi juriste
Marc-Gabriel Draghi- Juriste.

La crise financière annoncée par Jacques Attali

Selon Marc Gabriel Draghi, la crise financière que nous vivons actuellement n’est pas le fruit du hasard, mais le résultat d’un programme politique élaboré par les élites mondialistes.

Il cite notamment Jacques Attali, un conseiller de plusieurs présidents français, qui a prédit une crise majeure pour l’été 2023.

Il s’agit en fait d’un scénario écrit à l’avance, qui vise à provoquer un effondrement du système financier actuel, basé sur le dollar américain, pour le remplacer par un système numérique, basé sur les CBDC.

La crise financière est l’étape 3 du Great Reset, un projet qui comporte 4 étapes :

  • L’étape 1 est la crise sanitaire, qui a permis de confiner les populations, de restreindre leurs libertés, de les habituer à la peur et à la soumission, et de les préparer à accepter la vaccination massive.
  • L’étape 2 est la crise sociale, qui a permis de créer des divisions, des tensions, des violences, et de détruire le tissu social, économique et culturel des nations.
  • L’étape 3 est la crise financière, qui va permettre de faire s’effondrer le système monétaire actuel, de ruiner les épargnants, les retraités, les classes moyennes, et de les rendre dépendants des aides sociales et des allocations universelles.
  • L’étape 4 est la crise écologique, qui va permettre de justifier la transition verte, la décroissance, la réduction de la population, et la mise en place d’un crédit social, qui va conditionner l’accès aux ressources et aux services en fonction du comportement des individus.
wef-klaus-schwab- Great Reset

Les monnaies numériques de banque centrale (CBDC)

Les monnaies numériques de banque centrale (CBDC) représentent une nouvelle forme de monnaie programmable et traçable, créée et gérée par les banques centrales.

Elles permettent de conditionner l’usage de la monnaie selon des critères définis par les autorités, incluant des taux d’intérêt négatifs, des taxes, des limitations géographiques, ou encore des restrictions de choix.

Elles offrent également la capacité de surveiller en temps réel les transactions, les habitudes de consommation, et même les opinions des individus.

En outre, les CBDC peuvent être utilisées pour sanctionner ou récompenser les comportements conformes aux normes établies par les gouvernements ou les élites financières.

Ces monnaies sont actuellement en cours de développement à l’échelle mondiale, sous l’égide d’organisations telles que le Fonds monétaire international (FMI), la Banque des règlements internationaux (BRI), et le Forum économique mondial (FEM).

Leur objectif est de remplacer progressivement les monnaies fiduciaires, basées sur la confiance, par des CBDC, basées sur un contrôle direct.

Ce mouvement vise également à éliminer l’usage du cash, qui offre un certain anonymat et une liberté de paiement, en faveur de monnaies numériques plus facilement traçables et asservies au système financier centralisé.

CBDC- Monnaie Numérique de Banque Centrale

L’identité numérique et le crédit social

L’identité numérique est un projet européen pour 2024, visant à centraliser les données personnelles des citoyens, en les stockant sur une plateforme numérique unique, accessible par un code QR.

Elle permet de regrouper toutes les informations relatives à l’état civil, à la santé, à l’éducation, à la fiscalité, à la sécurité sociale, à la banque, etc.

Elle permet également de vérifier l’identité des individus, en utilisant la biométrie, la reconnaissance faciale, l’empreinte digitale et de faciliter l’accès aux services publics et privés, en utilisant le smartphone comme moyen d’authentification et de paiement.

L’identité numérique est liée à la monnaie numérique et au crédit social.

Le crédit social est un système de notation des comportements, qui attribue un score à chaque individu, en fonction de son respect des normes imposées par les autorités.

Le score peut varier en fonction des actions, des opinions, des relations, des déplacements et avoir des conséquences sur l’accès aux ressources, aux services, aux opportunités ou aux droits.

Il peut être consulté par les autorités, les employeurs, les commerçants, les voisins, amélioré ou dégradé, en fonction des incitations ou des sanctions.

Identité numérique- Crédit social

La Chine et le Forum de Davos

La Chine est intégrée dans l’agenda 2030, qui est le plan d’action pour la mise en œuvre du développement durable, promu par l’Organisation des Nations unies (ONU).

Elle a été pionnière dans le développement du yuan numérique, la première monnaie numérique de banque centrale (CBDC) au monde, testée depuis 2020 dans plusieurs villes chinoises.

Parallèlement, la Chine a mis en place un système de crédit social depuis 2014, qui surveille et contrôle les comportements des citoyens à travers le pays.

En tant qu’hôte du Forum de Davos, la Chine affirme sa position dans les débats mondiaux sur l’économie et le développement.

Cependant, elle est également en conflit avec les États-Unis et l’OTAN, qui représentent l’empire américain en déclin et cherchent à maintenir leur influence mondiale.

Le Forum économique mondial et la Chine

Le Forum économique mondial (FEM) est une organisation internationale qui rassemble des leaders politiques, économiques, financiers, médiatiques, et académiques du monde entier.

Dirigé par Klaus Schwab, ingénieur et économiste allemand, le FEM est connu pour promouvoir le concept du Great Reset, un projet visant à transformer la société mondiale vers une orientation numérique, écologique et inclusive.

Le FEM entretient des relations avec la Chine, un partenaire stratégique dans le cadre du projet mondialiste.

La montée en puissance de la Chine favorise un nouvel équilibre multipolaire, remettant en question l’hégémonie traditionnelle des États-Unis.

Cependant, la Chine n’est pas nécessairement destinée à remplacer les États-Unis en tant que nouvel empire mondial, mais plutôt à jouer un rôle important dans ce nouvel ordre multipolaire.

Système de crédit social- Chine- Surveillance- Contrôle social

Le Bitcoin et les ETF

Le Bitcoin est un marché captif et pas une révolution monétaire, selon Marc Gabriel Draghi.

Il explique que le Bitcoin est utilisé par les banques centrales pour promouvoir les monnaies numériques, en faisant croire aux gens qu’ils peuvent échapper au système financier traditionnel, alors qu’ils sont en fait piégés dans un système numérique encore plus contrôlé.

Draghi met également en lumière la menace que représentent les ETF (fonds négociés en bourse) pour le Bitcoin. Ces ETF permettent d’investir dans le Bitcoin sans avoir à détenir réellement des bitcoins.

Il affirme que ces ETF sont contrôlés par des entreprises transnationales telles que BlackRock, acteurs majeurs du projet mondialiste, qui ont le pouvoir de manipuler le prix du Bitcoin selon leurs propre

L’or et l’argent

L’or et l’argent sont les vraies monnaies et les standards monétaires, selon Marc Gabriel Draghi. Il explique que l’or et l’argent sont des assurances et des réserves de valeur, qui permettent de se protéger de la dévaluation des monnaies fiduciaires et de la confiscation des richesses par les banques centrales.

Il affirme que l’or et l’argent sont les seuls actifs qui ne sont pas soumis au contrôle des autorités monétaires, et qui peuvent garantir la liberté et la souveraineté des individus.

Il conseille donc d’investir dans l’or et l’argent physique, et de les détenir hors du système bancaire, pour éviter les risques de saisie ou de blocage.

Il prévoit que l’or et l’argent vont connaître une forte hausse de leur valeur, face à la crise financière et monétaire qui se profile.

La vente de l’or français par Nicolas Sarkozy

Marc Gabriel Draghi dénonce la vente de l’or français par Nicolas Sarkozy, survenue entre 2004 et 2012, considérant qu’elle a entraîné une perte de souveraineté pour la France.

Il souligne l’importance de l’or comme un rempart protégeant la France du déclassement, permettant de financer le pays sans recourir aux marchés financiers et de résister aux pressions des banques centrales.

Il met en garde contre le risque de liquidation de l’or restant au nom de la transition écologique, dénonçant cette action comme un vol de la richesse nationale auquel il faut s’opposer.

La possibilité de freiner ou de ralentir le projet des CBDC

Marc Gabriel Draghi affirme qu’il existe une possibilité de freiner ou de ralentir le projet des CBDC, en utilisant la force du nombre et la résistance pacifique.

Il explique que le narratif sanitaire s’est effondré face à la résistance de la population, qui a refusé de se soumettre aux mesures liberticides, telles que le passe sanitaire, les confinements et les couvre-feux.

De même, le récit belliciste n’a pas réussi à convaincre les Français de soutenir une guerre contre la Russie, présentée comme l’ennemi à abattre, alors qu’elle pourrait être un allié potentiel.

Il souligne également que les prochains récits climatiques et woke sont susceptibles d’être utilisés pour promouvoir les CBDC (Central Bank Digital Currencies) et appelle à les dénoncer, car ils reposent sur des mensonges et des manipulations.

CBDC- Monnaie Numérique de Banque Centrale

Les normes ESG, les critères d’analyse extra-financiers

Marc Gabriel Draghi expose les normes ESG, qui sont des critères d’analyse extra-financiers élaborés par des firmes transnationales pour guider les investissements.

Il explique que ces critères ont pour objectif de mettre à mal les secteurs économiques non conformes à l’agenda vert et woke, tels que l’agriculture, l’industrie et l’énergie.

Selon lui, ces critères vont s’intensifier en 2023 et sont liés à l’argent dette, qui constitue la principale source de financement des États et des entreprises.

Il ajoute que cette évolution entraînera une perte de souveraineté, une diminution de la compétitivité, une augmentation de la pauvreté et une dépendance accrue vis-à-vis des oligarques.

La psychose et la culpabilité instaurées par les oligarques

Marc Gabriel Draghi dénonce la psychose et la culpabilité induites par les oligarques, qui cherchent à instaurer un sentiment de détestation des parents par leurs enfants, et les accuse de surconsommer et de contribuer à la destruction de la planète.

Selon lui, l’objectif est de perturber la psychologie des jeunes en leur faisant croire qu’ils sont responsables du réchauffement climatique et qu’ils doivent prendre des mesures drastiques, telles que la stérilisation, pour réduire la population.

Il explique également que cette manipulation vise à déstructurer les intelligences dès la prime enfance, en enseignant des concepts confus et absurdes sur le genre et la sexualité, afin de les rendre fragiles et manipulables.

Les solutions concrètes pour se préparer et lutter

Marc Gabriel Draghi propose des solutions concrètes pour se préparer et lutter contre le projet mondialiste.

Il recommande tout d’abord de se former intellectuellement et manuellement, en développant son esprit critique et en acquérant des compétences pratiques telles que le jardinage, le bricolage et la mécanique.

En ce qui concerne les finances, il suggère d’investir dans des actifs tangibles tels que l’or et l’argent sécurisé, à conserver de manière sécurisée chez soi ou dans un coffre-fort, en évitant les produits dérivés.

Pour assurer sa sécurité et sa défense, il conseille de se procurer des armes, des munitions, des vivres, de l’eau et des médicaments, tout en élaborant un plan de repli en cas de nécessité.

Il recommande également de s’éloigner des smart cities et des zones à risque, privilégiant les zones rurales, les petites villes et les communautés solidaires.

Enfin, il encourage à soutenir les médias et les collectifs qui fournissent une information indépendante et authentique en les finançant, en les relayant et en les protégeant.

Sortez du système et débancarisez-vous avec le radar financier !

Facebook
Twitter
Telegram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *