RAS DE MARÉE SUR L’ITALIE : L’IMMIGRATION ILLÉGALE MET LES POLITIQUES SOUS HAUTE PRESSION

Le ministère de l'intérieur italien a révélé que plus de 100 000 migrants ont débarqué sur les côtes italiennes depuis le début de l'année.

L’Italie croule sous la pression d’une politique incontrôlée

Le Premier ministre italien, Giorgia Meloni, est sous pression pour tenir sa promesse électorale de réduire l’immigration clandestine après que des chiffres embarrassants publiés cette semaine par le ministère de l’Intérieur de son pays ont révélé que plus de 100 000 migrants ont débarqué sur les côtes italiennes depuis le début de l’année.

Au total, 101 386 migrants ont débarqué sur les îles italiennes ou sur le continent entre le 1er janvier et le 16 août, soit plus du double des 48 000 migrants arrivés au cours de la même période l’année dernière, et presque le triple des 34 556 débarquements enregistrés en 2021.

L’activité des migrants en Méditerranée ne montrant aucun signe de ralentissement, le gouvernement italien de droite court le risque réel de superviser un nombre record d’arrivées en une seule année, dépassant les 180 000 arrivées enregistrées au plus fort de la crise des migrants en 2016.

Et ce, malgré les promesses des conservateurs italiens d’instaurer des contrôles plus stricts aux frontières, de bloquer les débarquements de bateaux et d’établir des centres d’accueil offshore pour évaluer les demandes d’asile.

Les tentatives du gouvernement italien de restreindre les mouvements des navires de sauvetage opérés par les ONG en Méditerranée n’ont pas réussi à endiguer le flux d’immigration clandestine dans le pays, et l’île italienne de Lampedusa a une fois de plus été saturée de nouveaux arrivants.

Les hommes politiques régionaux tirent désormais la sonnette d’alarme, notamment le président de la Vénétie, Luca Zaia, du parti de la Ligue, qui, dans une interview récente avec les médias locaux, a demandé que seuls 10 % des nouveaux arrivants soient autorisés à rester dans le pays.

Il avertit :

« Je vois des chiffres inquiétants. La Vénétie accueille déjà 9 000 migrants… L’Italie ne peut pas être le coussin de l’Europe et accueillir toute l’Afrique. »

Les législateurs de l’opposition ont senti l’opportunité de prendre le gouvernement à partie sur ses échecs en matière d’immigration, après que la droite italienne ait passé des années sur la touche à lancer des insultes aux administrations centristes et de centre-gauche pour leur incapacité à s’attaquer à ce problème.

L’ancien Premier ministre Giuseppe Conte a déclaré :

« Pendant des années, Meloni et Salvini nous ont raillés chaque été pour le nombre d’arrivées de migrants. »

« Maintenant que les arrivées ont doublé, ils essaient de détourner l’attention et de faire semblant de ne pas voir », a ajouté le président du Mouvement 5 étoiles (gauche). »

Stefano Bonaccini, le gouverneur de l’Émilie-Romagne, dans le nord du pays a également déclaré :

« Ils crient toujours, fermez les ports, la manne des migrants est terminée, les Italiens d’abord et la droite fait preuve d’un échec manifeste dans sa gestion de l’immigration. »

L’administration de Mme Meloni, bien qu’elle ait promis une ligne dure, a en réalité préconisé une approche beaucoup plus internationaliste de la question de l’immigration que ce que beaucoup attendaient.

Afin de se démarquer des comparaisons initiales avec les administrations d’extrême droite du XIXe siècle, Mme Meloni a choisi de privilégier autant que possible la coopération européenne par rapport aux attitudes nationalistes.

L’Italie est revenue sur son opposition au pacte migratoire proposé par l’Union européenne au début de l’année et a annoncé son intention d’assouplir les restrictions imposées aux immigrés légaux souhaitant vivre et travailler dans le pays.

Face aux dangers induits par l’incompétence de nos politiques, il existe des solutions !

Source : ZeroHedge

Facebook
Twitter
Telegram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *