LE JAPON ET LA CORÉE DU SUD RÉTABLISSENT LEURS LIENS MILITAIRES

Tokyo et Séoul cherchent à dégeler leurs relations, une initiative soutenue par les États-Unis qui cherchent à rallier leurs alliés contre la Chine.

Une décision prise avec le soutien des États-Unis

Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol a rencontré le Premier ministre japonais Fumio Kishida au Japon jeudi, alors que Tokyo et Séoul cherchent à dégeler leurs relations, une initiative soutenue par les États-Unis qui cherchent à rallier leurs alliés dans la région contre la Chine.

Selon Nikkei Asia, les deux dirigeants ont convenu de renforcer la coopération contre la Corée du Nord et de reprendre un dialogue bilatéral de travail sur la sécurité, interrompu depuis cinq ans. M. Yoon a annoncé la « normalisation » de l’accord sur la sécurité générale des informations militaires (GSOMIA), un pacte qui permet aux deux pays d’échanger des renseignements militaires.

En 2019, le prédécesseur de M. Yoon, Moon Jae-in, a déclaré que Séoul ne renouvellerait pas la GSOMIA en réponse aux nouvelles mesures de contrôle des exportations imposées par le Japon à la Corée du Sud. Les deux pays ont également annoncé jeudi un accord commercial qui lèvera les contrôles japonais sur les exportations.

La GSOMIA permet aux deux pays de partager des informations sur les essais de missiles nord-coréens.

« Je pense que les deux pays devraient être en mesure de partager des informations sur les tirs et les trajectoires des missiles nucléaires nord-coréens et d’y répondre« , a déclaré M. Yoon lors d’une conférence de presse organisée à l’issue de sa rencontre avec M. Kishida.

La rencontre entre M. Yoon et M. Kishida a marqué la première visite entre les dirigeants japonais et sud-coréens depuis 2012.

« À partir de maintenant, j’aimerais ouvrir un nouveau chapitre dans les relations entre le Japon et la Corée du Sud grâce à des visites fréquentes des deux parties qui ne sont pas liées par des formalités« , a déclaré M. Kishida.

Les relations entre la Corée du Sud et le Japon ont été tendues en raison de la domination impériale japonaise sur la Corée entre 1910 et 1945. Les deux pays ont travaillé sur un accord visant à régler un différend concernant le travail des esclaves coréens pendant l’occupation, bien que l’opposition sud-coréenne et de nombreuses autres personnes dans le pays ne soient pas satisfaites de la proposition acceptée par M. Yoon de la part du Japon.

Rahm Emanuel, l’ambassadeur des États-Unis au Japon, s’est félicité du réchauffement des relations et a déclaré que la Corée du Nord et la Chine ne se réjouiraient pas de ces progrès.

« Notre collaboration, non seulement sur le plan politique, mais aussi sur le plan stratégique, sur le plan de la dissuasion, est ce qui effraie la Corée du Nord. C’est aussi ce que la Chine ne veut pas voir se produire« , a-t-il déclaré à CNN.

TRADUCTION : Le Japon envisage de lever les restrictions sur les exportations de matériaux semi-conducteurs essentiels vers la Corée du Sud, afin de mettre fin à une querelle qui dure depuis plusieurs années entre les deux puissances technologiques.

Les dirigeants militaires américains s’attendent à ce que toute guerre future avec la Chine implique également une action de la Corée du Nord et souhaitent une plus grande coordination avec les armées japonaise et sud-coréenne.

Kishida a récemment annoncé que le Japon allait doubler son budget militaire au cours des cinq prochaines années dans le cadre d’un renforcement militaire visant spécifiquement la Chine.

Quittez le système avec l’alternative 3.0 !

Source : ZeroHedge

Facebook
Twitter
Telegram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *