LE PARI SUICIDAIRE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE !

Une BCE qui produit de l’inflation ?

Depuis le communiqué du 22 janvier 2015, la BCE utilise le “bazooka monétaire” qui produit de l’inflation afin de relancer l’économie.

Cependant, la BCE continue quand même d’émettre des emprunts indexés sur l’inflation… comme si la crise de 2008 n’avait pas suffi.

12% des dettes de l’État sont indexées sur l’inflation.

Un pari suicidaire quand on constate clairement une inflation qui va perdurer.

En cas de crise financière, nous aurons 3 solutions : 

  • L’État sauve les banques (comme en 2008). Le problème est le niveau d’endettement des États qui est infiniment supérieur à 2008.
  • L’État se sert sur l’épargne des déposants pour recapitaliser les banques (comme à Chypre en 2013). Autrement appelée le “bail-in”, cette spoliation reste difficile à faire à grande échelle et amènerait une révolte sociale massive.
  • L’État retourne le marché en relançant la planche à billets (ce que fait l’Angleterre à petite échelle). C’est le scénario le plus probable aujourd’hui, nous rentrerons alors en hyperinflation.

L’euro va continuer de se déprécier parce que la zone euro est en déficit et que le taux directeur de la BCE est inférieur à celui de la FED.

L’inflation restera plus forte en zone euro qu’elle ne l’est ailleurs.

Avec un gouvernement qui se félicite d’une inflation moins forte que nos voisins, sauf que nous baissons cette inflation en augmentant notre dette… 

L’inflation est calculée sur les coûts de la vie courante, après les aides émises.

Le bouclier énergétique et la remise sur le carburant sont loin d’être un cadeau gratuit.

Vous ajoutez à ça l’aberration suivante…

Les banques savent que l’État doit garantir les dépôts, elles se permettent donc de faire n’importe quoi et de prendre des risques démesurés sur les marchés financiers.

De gros risques peuvent mener à de gros gains, donc en cas de gains ces organismes se gardent l’intégralité des profits, mais lorsque ces organismes font des erreurs et que le marché se retourne, ils peuvent se permettre d’être sauvés.

Et je vous laisse deviner qui les sauve en cas de faillite… nous les contribuables.

C’est ce que l’on appelle la socialisation des pertes et la privatisation des profits.

Avec un système pareil, un nouveau krach est inévitable.

Vous ajoutez à ça un début de récession…

Nous sommes dans l’obligation de protéger nos épargnes qui pourraient être saisies par le gouvernement.

C’est pour ces raisons que j’ai créé mon Portefeuille Alternatif.

Il vous permettra de conserver une épargne intouchable tout en dépassant largement l’inflation qui frôle soit disant les 6,2% à peine. 

>> Cliquez ici pour sortir du Système !

Amicalement,

Franck Pengam | Fondateur de Géopolitique Profonde

Facebook
Twitter
Telegram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *