COMMENT LUTTER CONTRE LA DICTATURE SANITAIRE ? AVEC LUCIEN CERISE

Lucien Cerise nous livre une analyse lucide et nous propose des solutions concrètes et efficaces pour lutter contre la dictature sanitaire.

Lutter contre la dictature sanitaire : les analyses et les propositions de Lucien Cerise

La dictature sanitaire est le nom donné au régime politique qui s’est imposé dans de nombreux pays du monde depuis le début de la pandémie de covid-19, utilisant la peur, la manipulation et la coercition pour contrôler les populations et les soumettre à des mesures liberticides, telles le confinement, le port du masque obligatoire, la vaccination et le pass sanitaire.

Ce régime est orchestré par le pouvoir mondialiste, qui regroupe les élites financières, politiques, médiatiques, et scientifiques, et qui cherche à imposer son agenda aux nations et aux peuples.

Il s’appuie sur des organisations internationales, comme l’OMS, l’UE , l’ONU, l’OTAN, qui sont au service de son projet de domination mondiale.

Ce système collabore également avec de grandes ONG, comme celle de Georges Soros (Open Society notamment), qui ont infiltré les institutions et l’état profond de nombreux pays, occidentaux.

Il utilise l’ingénierie sociale pour manipuler les masses et les diviser selon des critères de genre, de race, ou encore de religion, favorisant l’hétérogénéité et la diversité pour paralyser les peuples et les empêcher de s’organiser et de résister.

Comment peut-on résister à cette organisation implacable et défendre nos droits fondamentaux ?

C’est la question à laquelle tente de répondre Lucien Cerise, écrivain et chercheur en ingénierie sociale.

Lucien Cerise- Ingénierie sociale
Lucien Cerise

Lucien Cerise est un intellectuel français ayant publié plusieurs ouvrages sur l’ingénierie sociale, c’est-à-dire l’art de manipuler les comportements humains et sociétaux à des fins politiques, ainsi que la géopolitique. Il est spécialiste des révolutions colorées et des manipulations des masses

Il a commencé à s’exprimer publiquement en 2012, lorsqu’il a publié son premier livre, “Neuro-pirates – Réflexions sur l’ingénierie sociale”.

Depuis, il a publié d’autres ouvrages et articles et donné des conférences et formations sur des sujets variés, tels que la géopolitique, les révolutions colorées, le transhumanisme, la guerre cognitive…

Il critique la culture woke et la promotion de la diversité, qu’il considère comme des outils de fragmentation et de domination du peuple. Il s’inspire de sources variées, notamment les sciences cognitives.

Il s’intéresse à tout ce qui limite la spontanéité et l’authenticité dans les mouvements sociaux, et à tout ce qui permet de les libérer.

Dans le cadre de l’entretien que nous avons eu fin 2021 avec Lucien Cerise, voici ses analyses et ses propositions.

Qu’est-ce que l’ingénierie sociale ?

L’ingénierie sociale est la science qui étudie les techniques de transformation furtive des sujets sociaux, individus ou groupes, à des fins politiques, économiques ou idéologiques.

Elle repose sur la connaissance des mécanismes psychologiques, sociologiques et culturels qui régissent les comportements humains, et sur leur manipulation à travers des stimuli, des messages ou des symboles.

L’ingénierie sociale est utilisée depuis longtemps par les élites dominantes pour maintenir leur pouvoir et leurs intérêts, en créant des consensus artificiels, en suscitant des conflits, en provoquant des changements de régime et en influençant les opinions et les modes de vie.

Elle s’appuie sur des réseaux d’influence, des médias, des organisations non gouvernementales, des fondations, des think tanks, qui agissent comme des relais de la propagande et de la désinformation.

L’ingénierie sociale est particulièrement efficace dans les périodes de crise, où les individus sont plus vulnérables et réceptifs aux messages anxiogènes et aux solutions simplistes.

C’est le cas avec la crise sanitaire, qui a été utilisée comme un prétexte pour instaurer une dictature sanitaire, c’est-à-dire un régime qui impose des restrictions draconiennes aux libertés individuelles et collectives, au nom de la protection de la santé publique.

Vacin-Covid 19

La dictature sanitaire et ses conséquences

Lucien Cerise estime que la dictature sanitaire a pour objectif de créer un nouvel ordre mondial, où les nations et les peuples seraient dissous au profit d’une gouvernance globale.

Selon lui, elle vise à imposer un modèle carcéral et concentrationnaire, où les individus seraient privés de leurs libertés et de leurs droits fondamentaux et cherche à instaurer le transhumanisme et à prévenir le populisme, qui représente une menace l’hégémonie oligarchique.

Lucien Cerise dénonce les mensonges et les manipulations de la « pandémie » de Covid-19, depuis mars 2020, et dont la mortalité très faible selon les chiffres officiels.

L’obligation du port du masque , basé sur la peur et non sur la science, a des effets néfastes sur la santé physique et mentale tandis que la vaccination obligatoire est une atteinte au consentement libre éclairé et à l’intégrité corporelle, et peut avoir des effets indésirables à long terme.

Quand au passeport sanitaire, c’est un outil de contrôle des masses et de discrimination des populations.

Comment lutter contre la dictature sanitaire ?

Selon Lucien Cerise, la dictature sanitaire est une forme de tyrannie qui utilise la peur du virus et la propagande médiatique pour imposer des mesures liberticides et coercitives à la population, comme le confinement, le couvre-feu, le port du masque, la vaccination obligatoire, le passeport sanitaire, etc…

Ils propose plusieurs pistes pour lutter contre la dictature sanitaire et le pouvoir mondialiste, notamment, deux types de stratégies :

  • Le champ institutionnel
  • Le champ extra-institutionnel

Le champ institutionnel consiste à utiliser les moyens légaux et officiels pour contester la dictature . sanitaire, comme les recours juridiques, les pétitions, les élections, etc…

Le champ institutionnel concerne les partis politiques, les syndicats, les associations, les élus, les juristes, qui peuvent agir dans le cadre légal pour dénoncer, contester et s’opposer aux mesures sanitaires imposées par le pouvoir.

Il faut se référer aux textes de loi et aux conventions internationales qui protègent le consentement libre et éclairé, et qui interdisent les traitements inhumains et dégradants.

Il s’agit par exemple de saisir la justice, de déposer des recours, de faire des pétitions, des grèves …

Dans ce domaine, il appelle à la mobilisation individuelle et collective contre les mesures liberticides.

Il conseille de viser les institutions, les ministères, la haute fonction publique et pas seulement la rue, se renseigner sur les recours juridiques possibles et créer des réseaux de solidarité et de résilience.

Droit-Justice-Moyens légaux

Le champ extra-institutionnel consiste à utiliser les moyens illégaux et officieux pour résister à la dictature sanitaire, comme les manifestations, les actions de désobéissance civile, les réseaux de résistance, etc…

Le champ extra-institutionnel concerne les individus, les groupes, les réseaux, qui peuvent agir en dehors du cadre légal, en utilisant des stratégies de résilience, de subversion, de contre-propagande, de contre-culture.

Il s’agit par exemple de s’informer et se réinformer, de se former, se réapproprier les savoirs, se débancariser, se solidariser, apprendre à se protéger et à se défendre…

Il évoque donc les initiatives locales ou plus larges de résistance, telles que les manifestations, les collages, les affichages, ou les graffitis, des actions de désobéissance civile, qui permettent de diffuser un message alternatif et de créer un rapport de force.

Ces deux axes ne sont pas exclusifs, mais complémentaires.

Ils peuvent se renforcer mutuellement, en créant des synergies, des alliances, des convergences. L’objectif est de créer un rapport de force favorable aux forces de résistance, et de faire basculer le rapport de force défavorable aux forces de domination.

Convergence des luttes

Résistance-Convergence des luttes

Selon Lucien Cerise, il est indispensable d’accepter de s’allier avec des personnes qui ne partagent pas forcément toutes nos opinions, mais qui ont le même objectif : la liberté.

Il prône le dépassement des clivages politiques et le soutien aux tendances qui défendent les intérêts supérieurs de la nation et du peuple.

Il est nécessaire de dépasser les chapelles politiques et les oppositions contrôlées.

Il ne faut pas soutenir un individus, un leader d’opinion, ou une organisation, au risque de créer des subdivisions et des groupuscules inopérants et fermés à l’extérieur avec une tendance au purisme idéologique.

Il est préférable de soutenir une tendance, ce qui permet de créer des passerelles entre les organisations et les leader charismatiques et de jouer collectif.

La finalité d’une résistance opérante est de créer une structure de convergence de tous les types de souverainisme, et non de se disperser ou de se diviser.

Lucien Cerise invite néanmoins à se méfier des manipulations et des agendas cachés, et ne pas se laisser séduire par des hommes ou des femmes providentiels, comme Éric Zemmour.

La dictature sanitaire : un projet transhumaniste ?

La lutte contre la dictature sanitaire n’est pas une simple question de santé, mais une question de civilisation.

Il s’agit de défendre les valeurs qui fondent notre humanité, comme la liberté, la dignité, la souveraineté, la solidarité, la créativité, face à un projet totalitaire qui vise à nous asservir, à nous déshumaniser, à nous uniformiser, à nous détruire.

La dictature sanitaire n’est que la phase visible d’un projet plus vaste, le transhumanisme.

Le transhumanisme est une idéologie qui prône le dépassement de la condition humaine par le recours aux technologies, notamment les biotechnologies, les nanotechnologies, les neurotechnologies, les technologies de l’information et de la communication.

Le transhumanisme vise à créer un homme augmenté, voire un homme nouveau, qui serait libéré des limites biologiques, psychologiques et sociales.

Cette idéologie est porté par des élites financières, scientifiques, technologiques, qui ont une vision du monde matérialiste, rationaliste, utilitariste, eugéniste. Ils considèrent l’homme comme un objet, une marchandise, une ressource, qu’ils peuvent manipuler, exploiter, optimiser, remplacer et qui considèrent la nature comme un obstacle, une contrainte, une menace, qu’ils peuvent dominer, contrôler, modifier et détruire.

C’est une menace pour l’humanité, car il remet en cause son essence, son sens, sa finalité.

Le transhumanisme nie la dimension spirituelle, morale, culturelle, qui caractérise l’homme, ainsi que la diversité, la complexité, la richesse, qui caractérise la vie et la liberté, la responsabilité, la créativité, qui caractérise l’action.

Transhumanisme

La lutte contre la dictature sanitaire est donc une lutte pour la survie de l’humanité, face à un projet de déshumanisation, de dénaturation, de destruction.

C’est une lutte pour la reconquête de notre souveraineté, de notre autonomie, de notre capacité d’agir et pour la restauration de notre lien social et de notre solidarité.

Les scénarios futurs possibles

Lucien Cerise prévoit que différentes crises successives pourraient servir de prétexte pour renforcer la dictature sanitaire et le contrôle des populations, comme une nouvelle souche de virus, une cyberattaque, une crise économique ou financière, ou encore une montée du populisme.

Il estime que la pseudo crise sanitaire ne peut pas être abandonnée par le pouvoir mondialiste, car elle représente un moyen efficace de contrôler les populations et de les soumettre à des mesures liberticides.

Le pouvoir va chercher à créer le chaos pour empêcher l’organisation et la résistance du peuple.

Il peut par exemple couper internet pour empêcher la communication et le partage de l’information, imposer le confinement permanent ou tout autre moyen de contrôle sous un faux prétexte.

Selon Lucien Cerise, la seule solution est une révolution ou un coup d’État et il propose de se mettre du côté des nations qui s’opposent au pouvoir actuel, comme la Russie, la Chine, ou la Biélorussie.

Conclusion

Lucien Cerise nous livre une analyse lucide et pertinente de la situation actuelle, et nous propose des solutions concrètes et efficaces pour lutter contre la dictature sanitaire.

La dictature sanitaire et le pouvoir mondialiste sont des réalités qui menacent notre liberté, notre souveraineté, et notre humanité.

Face à ce danger, nous devons nous informer, nous organiser, et nous mobiliser, en utilisant tous les moyens à notre disposition.

Il appelle à la mobilisation et à la solidarité de tous les citoyens et de toutes les oppositions, pour une réelle convergence des luttes et à s’inspirer des exemples de résistance et de reconquête du pouvoir qui existent dans le monde, afin de nous unir, en dépassant nos différences et nos divisions.

Accédez à votre stratégie d’autonomie et de résilience avec le Plan Anti- Reset :

Facebook
Twitter
Telegram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *