Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

MARIO DRAGHI ÉVOQUE LA MORT DE LA ZONE EURO

Tandis que l'actuel gouverneur voit la stagflation, Mario Draghi, ancien directeur de la BCE, annonce une récession et la mort lente de la zone euro

Draghi déclare que la récession dans la zone euro est « presque certaine »

Le gouverneur actuel de la BCE voit la stagflation. Cependant, la véritable histoire est celle d’une mort lente de la zone euro.

Voici ce que rapporte Bloomberg :

« Selon le Financial Times, l’ancien président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a déclaré qu’il était presque certain que la zone euro connaîtrait une récession d’ici la fin de l’année 2023.

S’exprimant mercredi lors d’une conférence organisée par le journal à Bruxelles, il a déclaré que la chute ne serait probablement pas « profonde » ou « déstabilisante ».

« Il est presque certain que nous allons connaître une récession d’ici la fin de l’année » , a déclaré l’ex-banquier central et ancien premier ministre italien, cité par le FT.

« Il est évident que les deux premiers trimestres de l’année prochaine le montreront. »

Le gouverneur belge Pierre Wunsch, qui s’est exprimé plus tôt à Bruxelles, a reconnu l’impact du resserrement de la politique monétaire et a déclaré que les risques de croissance étaient « orientés à la baisse ».

La zone euro « entre dans une forme faible de stagflation », a-t-il ajouté. »

Bloomberg
Traduction :
Mario Draghi déclare : « Il est presque certain que nous aurons une récession d’ici la fin de l’année [dans l’UE] » ; et : « Soit l’Europe agit ensemble et devient une union plus profonde, soit je crains que l’Union européenne ne survive pas autrement qu’en tant que marché unique.

Commentaires de Draghi

  • « Soit l’Europe agit ensemble et devient une union plus profonde, une union capable d’exprimer une politique étrangère et une politique de défense, en plus de toutes les politiques économiques … soit je crains que l’Union européenne ne survive pas autrement qu’en étant un marché unique ».
  • « L’économie européenne a perdu de sa compétitivité au cours des vingt dernières années, non seulement par rapport aux États-Unis, mais aussi par rapport au Japon, à la Corée du Sud et, bien sûr, à la Chine. »
  • « Dans de très nombreux domaines technologiques, nous avons perdu notre présence, nous avons perdu notre empreinte. »

Draghi fait pression pour une union fiscale

Mario Draghi est un ancien directeur de la BCE, ancien directeur de la Banque d’Italie et ancien Premier ministre italien technocrate (non élu).

Je m’attends à ce que ses commentaires sur la récession soient répétés une centaine de fois, voire plus, par les grands médias.

Mais ce sont ses commentaires sur l’union fiscale qui constituent la véritable histoire, et non la récession.

Draghi a évité le terme d’union fiscale, mais il cherche à renflouer l’Europe du Sud en général et l’Italie en particulier.

En tant que directeur de la BCE, il a exercé une forte pression en faveur de l’union monétaire et a échoué.

Je fais des commentaires à ce sujet depuis 2004 environ.

Banque Centrale Européenne

L’euro présente des lacunes fatales

L’euro lui-même est fatalement défectueux, car il n’y a pas un seul taux d’intérêt qui ait un sens pour l’Allemagne, la Grèce, l’Italie, la France et l’Espagne, sans parler de 19 pays.

Il faut un vote unanime pour modifier tout ce qui n’est pas spécifiquement autorisé par le traité de Maastricht.

Dès le départ, la France a été autorisée à imposer sa politique agricole à tous les autres pays afin de protéger l’exploitation familiale.

Dès le départ également, l’Allemagne n’a pas exigé d’union fiscale.

Chaque année, la politique commerciale mondiale échoue à cause de la France.

Et lorsque la Grèce a failli exploser sous les yeux de Draghi, l’Union économique et monétaire (UEM) n’a pas voulu la laisser couler ni la renflouer.

L’Italie a besoin d’une réforme bancaire et d’une réforme de la productivité depuis des décennies, mais même lorsque le président Draghi a fait presque aucun progrès sur l’un ou l’autre front.

Le marché unique est aussi un échec

Le marché unique (UE) est également un échec. L’UE compte 28 pays et il est pratiquement impossible de changer quoi que ce soit d’important.

Il a fallu des décennies pour conclure un simple accord commercial avec le Canada, parce que quelques minuscules pays de l’UE ont exigé des changements que le Canada n’a pas acceptés.

Règles des nounous

L’UE est gouvernée collectivement par une bande de nounous qui, au nom de la compétitivité, briseraient toutes les entreprises avant même qu’elles ne démarrent.

Google, Microsoft, Amazon, Facebook et Nvidia ne pourraient pas exister dans l’UE parce que les nanocrates les détruiraient avant qu’ils ne deviennent grands.

Les États-Unis disposent des marchés de capitaux les plus solides et les plus libres du monde. Les entreprises chinoises bénéficient du soutien de l’État pour favoriser les exportations.

En revanche, l’UE compte des nounous qui insistent sur l’équité sans avoir une idée précise de ce qu’est l’équité.

Draghi déplore que « dans de très nombreux domaines technologiques, nous avons perdu notre présence, nous avons perdu notre empreinte ».

En effet, et je viens d’expliquer pourquoi.

Chine et nouvelles technologies

Regarder en arrière et ne pas aller de l’avant

L’Allemagne a l’air rétrograde et tente toujours de protéger son avance en matière de technologie diesel et de téléphones analogiques. Les infrastructures allemandes sont pitoyables en raison du manque d’investissements.

L’UE est loin derrière les États-Unis et la Chine en matière d’intelligence artificielle (IA).

L’UE est assurée de prendre de plus en plus de retard car, au lieu d’essayer de rattraper son retard, elle cherche à renforcer la réglementation pour arrêter tous les autres.

Politique militaire et étrangère

Draghi souhaite une « union capable d’exprimer une politique étrangère et une politique de défense, en plus de toutes les politiques économiques ».

C’est un comble. Un seul pays peut bloquer toute action de politique étrangère. La Hongrie et la Pologne l’ont fait, la première à l’égard de la Russie à plusieurs reprises.

C’est comme si l’Illinois pouvait bloquer tout ce que le président des États-Unis voulait faire.

Il est absurde de se plaindre de la politique étrangère et de faire allusion à une armée européenne alors que l’UE n’est même pas capable de s’entendre sur la politique agricole.

L’UE n’échouera pas, elle a échoué

Draghi se lamente :

« Je crains que l’Union européenne ne survive pas autrement qu’en tant que marché unique. »

D’ores et déjà, l’UE n’est rien d’autre qu’un « marché unique » dirigé par des nanocrates dysfonctionnels, avec une folie réglementaire sans fin et trop peu de capitalisme de marché libre.

L’UE se bat sur la politique frontalière, l’IA, le G5, l’agriculture, le commerce, une armée européenne, et littéralement tout.

On pourrait dire la même chose des États-Unis, mais il suffit d’une majorité pour changer les choses aux États-Unis, et non 50 sur 50 (28 sur 28 dans l’UE).

L’UE n’échouera pas parce qu’elle a déjà échoué. Mais la mort du cancer a été lente et douloureuse.

Les règles de l’UE et de l’UEM font qu’il est impossible de changer cela aussi.

Union économique et monétaire de l’Union européenne (UEM):
– Bleu : membres de la zone euro
– Vert : membres du MCE
– Jaune : membres du MCE avec opt-out (Danemark)
– Violet : autres membres de l’UE

Flashbacks de Mish

Coup de projecteur sur quatre possibilités signalées en octobre 2014

  • À un moment ou à un autre, la Grèce, l’Italie ou la France en auront assez de la récession et de la stagnation et quitteront l’euro dans le cadre d’un éclatement désordonné de la zone euro.
  • L’Allemagne et les États d’Europe du Nord doivent renflouer le reste de l’Europe.
  • L’Allemagne peut quitter la zone euro dans le cadre d’un éclatement ordonné de la zone euro.
  • Des décennies de stagnation si les nounous réussissent à maintenir la zone euro intacte.

La deuxième option semble intéressante, mais elle est fatalement défectueuse.

L’Allemagne n’accepterait jamais des renflouements de cette nature et ne pourrait pas le faire si elle le voulait. En outre, l’Italie et la France sont trop grandes.

Aussi désagréable soit-elle, il n’y a pas d’autre option.

Dix ans plus tard, nous nous trouvons exactement au même endroit, mais avec des tensions accrues, une perte de compétitivité plus importante, davantage de problèmes frontaliers et un euro qui a plongé par rapport au dollar.

Je le répète, l’UE n’échouera pas parce qu’elle a déjà échoué. Mais la mort du cancer a été lente et douloureuse.

Le cancer finira par consumer le patient. Malheureusement, la mort lente et atroce peut encore survenir dans plusieurs décennies.

Visionnez d’urgence notre entretien avec Ludovic Malot, entrepreneur et économiste et auteur du livre « Le suicide monétaire« , pour comprendre les enjeux et les conséquences économiques de l’UE :

Source : Mike Shedlock via MishTalk.com

Facebook
Twitter
Telegram

Une réponse

  1. Tout est du verbiage d’eurocrate. L’UE n’est pas un pays, les USA et la Chine sont des pays qui peuvent se permettre une vraie politique économique, technologique, financière. Les peuples ne veulent pas d’une « europe- pays », mais cela ne convient pas à la caste donc elle ressort les vieux qui ont coulé tout ce qu’ils ont touché pour dire que rien ne marche alors que c’est grâce à eux que rien ne marche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *