LE JANSÉNISME : CE POISON QUI A DÉTRUIT LA FRANCE SACRÉE | MARION SIGAUT | GÉOPOLITIQUE PROFONDE

Dimanche 18 février à 18h30, Marion Sigaut et Jean-Maxime Corneille seront les invités du Rendez-vous interdit, en direct sur Géopolitique Profonde.

Marion Sigaut est une historienne et conférencière française, spécialiste du XVIIIe siècle. Elle a publié plusieurs ouvrages sur l’histoire religieuse, politique et sociale de la France. Elle se définit comme femme, française, catholique et patriote, et critique la censure et la manipulation de l’histoire officielle.

Jean-Maxime Corneille est un juriste et écrivain, spécialisé dans les questions de géopolitique, de terrorisme et de renseignement. Il a notamment traduit l’ouvrage « Le charme discret du djihad: L’instrumentalisation géopolitique de l’islam radical ».

Nous aborderons ensemble un aspect de l’histoire de France méconnue, le jansénisme et sont influence majeure sur la destruction de la royauté, l’autorité papale et la révolution française.

Le jansénisme est un mouvement religieux, politique et philosophique qui s’est développé aux XVIIe et XVIIIe siècles, principalement en France, en réaction à certaines évolutions de l’Église catholique et à l’absolutisme royal. Il doit son nom à l’évêque d’Ypres, Cornelius Jansen, auteur de l’Augustinus, un ouvrage qui expose sa doctrine sur la grâce et la prédestination, inspirée de saint Augustin. Selon le jansénisme, la grâce de Dieu est nécessaire et suffisante pour faire le bien et obtenir le salut, mais elle n’est accordée qu’à un petit nombre d’élus, indépendamment de leur liberté et de leurs mérites.

Ce mouvement a trouvé un écho favorable auprès de nombreux fidèles, qui cherchaient une spiritualité « plus austère et plus intérieure » que celle proposée par l’Église officielle, dominée par les jésuites. Le centre du jansénisme en France était l’abbaye de Port-Royal, où se réunissaient des religieux, des nobles, des magistrats, des écrivains et des savants, comme Blaise Pascal, qui a défendu le jansénisme dans ses célèbres Provinciales. Le jansénisme a aussi influencé la littérature du Grand Siècle, en particulier le théâtre de Racine et la poésie de La Fontaine.

Il a été très vite condamné par le pouvoir religieux et le pouvoir politique, qui le considéraient comme une menace pour l’unité de l’Église et de l’État. Les jansénistes ont refusé de se soumettre à ces décisions, et ont formé une opposition au sein de l’Église de France, qui a duré jusqu’à la Révolution française.

Le jansénisme a eu une influence politique importante, en tant que courant d’opposition à l’absolutisme royal et à l’interventionnisme du pape. Les jansénistes ont défendu les libertés de l’Église gallicane, et ont soutenu les parlements dans leurs conflits avec le roi. Ils ont aussi contribué à l’émergence d’une pensée critique et rationaliste, qui a préparé le terrain à la philosophie des Lumières.

Notre entretien avec Marion Sigaut sera donc l’occasion de revenir sur cette histoire méconnue et controversée du jansénisme, qui a marqué profondément la France du XVIIe et du XVIIIe siècle. Nous aborderons les aspects religieux, politiques, sociaux et culturels de ce mouvement, ainsi que ses conséquences actuelles sur la situation de l’Église et de la nation.

Pour la seconde partie de l’émission, comme d’habitude, Jean-Maxime Corneille sera présent pour rebondir sur le sujet, mais aussi continuer la présentation de ses analyses que vous pouvez retrouver en intégralité dans notre revue mensuelle.

Ne manquez pas ce rendez-vous exceptionnel avec une historienne de talent et de conviction, le 18 février à 18h30 sur en direct sur GPTV !

Quittez la dictature numérique et financière, avec la revue mensuelle de Géopolitique Profonde :

Facebook
Twitter
Telegram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *