Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

ARGENTINE : JAVIER MILEI MET EN GARDE TUCKER CARLSON CONTRE LES DANGERS DU MONDIALISME

Ne jamais embrasser le socialisme ou le chant des sirènes de la justice sociale - Le candidat argentin Milei met en garde contre l'étatisme.

Milei met en garde sur le mondialisme et partage sa vision radicale pour redresser l’économie argentine

Le principal candidat à la présidence de l’Argentine, Javier Milei, qui se décrit comme un anarcho-capitaliste ayant remporté les primaires avec 30 % des voix, s’est entretenu avec Tucker Carlson la semaine du 15 septembre, à Buenos Aires.

Javier Milei et Tucker Carlson

Avant l’interview, Carlson a documenté les périls hyper-inflationnistes d’un étatisme débridé.

Traduction :
Ep. 23 : L’hyper-inflation adossée à une politique monétaire irréfléchie pourraient bientôt dévaster l’économie mondiale. Nous nous sommes rendus en Argentine, où cela s’est déjà produit.

Carlson et Milei ont discuté des raisons pour lesquelles les citoyens argentins en ont assez de l’absence de changement et du déclin économique incessant, qui font écho à de nombreux schémas similaires en Amérique.

L’ancien membre du Congrès a expliqué sa plateforme de changement radical qui inclurait la dissolution de nombreuses institutions socialistes et de la banque centrale qui a conduit l’Argentine dans de nombreuses crises fiscales.

Le conseil de Milei aux Américains est simple : 

« Ne jamais embrasser les idées du socialisme. »

« Ne vous laissez jamais séduire par le chant des sirènes de la justice sociale. Ne vous laissez pas prendre par ce terrible concept selon lequel lorsqu’il y a un besoin ou un droit. Rien ne peut se faire tout seul. »

« Nous devons nous y préparer et mener une guerre culturelle tous les jours et nous devons être prudents, car ils n’ont aucun problème à pénétrer dans l’État et à utiliser les techniques de Gramsci : séduire les artistes, séduire la culture, séduire les médias ou s’immiscer dans les écoles. »

S’inspirant de la pente glissante adoptée par la gauche américaine, M. Carlson a fait remarquer que l’Argentine a adopté de nombreuses questions sociales de gauche.

Carlson a déclaré à Milei :

« Je n’avais pas pleinement mesuré à quel point le gouvernement argentin avait adopté une justice sociale à l’américaine. »  

Ajoutant :

« Un homme d’affaires m’a dit aujourd’hui que les personnes qui s’identifient comme transgenres paient moins d’impôts, et qu’en 2019, vous avez créé un ministère de la femme et de la diversité pour la première fois dans ce pays. Que fait ce ministère ? »

Milei répond :

« En théorie, il est censé traiter des questions relatives aux femmes. »

« Mais quand on regarde les résultats, on s’aperçoit qu’il n’y en a pas. Il suffit d’écrire des chansons… »

« Les femmes sont-elles plus heureuses ici ? », demande Carlson.

« Non », répond Milei

« … parce qu’il n’y a pas de vrais résultats. »

Et d’ajouter :

« Pourquoi n’y a-t-il pas un ministère des hommes ? »

Ensuite, Milei a clairement affirmé son soutien à Trump, tout en esquissant quelques conseils :

« [Trump] devrait continuer son combat contre le socialisme. Parce qu’il est l’un des rares à avoir vraiment compris que nous luttons contre le socialisme, que nous luttons contre les mondialistes. »

« Il a parfaitement compris que la création de richesse vient du secteur privé. »

« L’État ne crée pas la richesse, il la détruit. »

« L’État ne peut rien vous donner, parce qu’il ne produit rien. Et quand il tente de le faire, il le fait mal. »

« Je dirais donc, si je pouvais humblement donner un conseil, qu’il faut redoubler d’efforts dans la même direction : défendre les idéaux de liberté et refuser de céder un pouce aux socialistes. »

La discussion a porté sur la dénonciation controversée du pape par Milei, sur son point de vue sur l’avortement et sur sa conviction que le changement climatique est un « mensonge socialiste ».

L’interview complète est disponible ci-dessous :

  • (0:00) Intro
  • (3:32) Inflation
  • (6:00) L’idéologie du genre
  • (9:57) Avortement
  • (11:45) L’affinité du pape François pour les dictateurs
  • (14:45) Architecture
  • (17:52) Conseils aux Américains et à Donald Trump
  • (22:23) Le changement climatique
  • (27:55) Chine
  • (29:18) Prière
  • (30:39) Manifestations politiques violentes
Traduction :
Ep. 24 : Le prochain président argentin pourrait être Javier Milei. Qui est-il ? Nous nous sommes rendus à Buenos Aires pour nous entretenir avec lui et le découvrir.

Le programme complet de Milei

Comme l’écrit Manuel Garcia Gojon, à l’Institut Mises, le plan complet de Milei a été exposé en détail le 2 août dernier.

1) La première mesure consiste en une réforme organisationnelle du gouvernement, passant de 18 à 8 ministères.

Les ministères concernés sont :

  • L’Intérieur, les Relations extérieures, la Défense, l’Économie, la Justice, la Sécurité, les Infrastructures et le Capital humain.

« Aucun fonctionnaire de carrière ne sera licencié dans un premier temps, mais ils seront réaffectés. Les personnes nommées pour des raisons politiques ne seront pas renouvelées et seront réduites au minimum.

1) Tous les privilèges accordés aux fonctionnaires, tels que les gardes du corps et les chauffeurs, seront supprimés, sauf dans les cas où ils sont absolument nécessaires pour des raisons de sécurité. Cette mesure comprend également le lancement du processus de privatisation ou de fermeture de toutes les entreprises publiques.

2) La deuxième mesure consiste en une réduction significative des dépenses publiques. Pour le premier budget, ils cherchent à éliminer des postes de dépenses représentant 15 % du PIB, le faisant passer d’un déficit à un excédent. Du côté des recettes, ils cherchent à éliminer 90 % des impôts, qui ne rapportent qu’un montant égal à 2 % du PIB mais qui ont un effet de distorsion. L’intention est également d’abaisser les taxes qui subsistent.

3) La troisième mesure consiste en une flexibilisation de la réglementation du travail. Le licenciement d’un employé est actuellement très coûteux en Argentine entre les litiges et les indemnisations. Cette mesure vise à réduire ces coûts en permettant aux entreprises de licencier plus facilement de nouveaux employés. La contrepartie de cette mesure est la mise en œuvre d’un régime privé d’assurance chômage. Cette mesure vise à faire passer l’emploi formel dans le secteur privé de 6 millions de postes à 14 millions de postes.

4) La quatrième mesure consiste en une libéralisation du commerce. L’objectif de cette mesure est un libre-échange unilatéral à l’image du Chili. Cette mesure comprend l’élimination de tous les droits de douane à l’importation et à l’exportation et la réduction des restrictions réglementaires.

5) La cinquième mesure consiste en une réforme monétaire. Cette mesure comprend l’autorisation d’utiliser n’importe quelle marchandise ou devise étrangère comme monnaie légale et la liquidation de la banque centrale, ce qui entraînerait l’élimination du peso argentin. Il existe d’autres plans pour la mise en œuvre de cette mesure, mais le principal est celui élaboré par Emilio Ocampo et Nicolas Cachanosky. En ce qui concerne le calendrier, il prendrait entre neuf et vingt-quatre mois. La conversion se ferait au taux de change du marché. Une fois les deux tiers de la base monétaire convertis, un compte à rebours pour la dernière date de conversion serait déclenché.

Un défi supplémentaire pour cette mesure est que la banque centrale a rémunéré des engagements trois fois supérieurs à la taille de la base monétaire.

Ces engagements s’apparentent au programme de la Réserve fédérale qui consiste à payer des intérêts sur les réserves afin de stériliser les augmentations de la quantité de monnaie.

La banque centrale possède quelques matières premières et devises étrangères en réserve, mais la plupart des actifs consistent en des obligations d’État qui se négocient actuellement à un tiers de leur valeur nominale. Pour obtenir les liquidités nécessaires à la liquidation de la banque centrale, les obligations seraient transférées à un fonds qui obtiendrait la ligne de crédit nécessaire en utilisant les obligations comme garantie. La ligne de crédit a déjà fait l’objet d’un accord confidentiel. Le prix des obligations est garanti si le déficit budgétaire est éliminé, comme le prévoit la deuxième mesure.

6) La sixième mesure consiste en une réforme énergétique. Cette mesure vise à éliminer toutes les subventions aux fournisseurs d’énergie par le biais d’un recalibrage de l’équilibre financier afin de réduire les coûts pour que les entreprises restent rentables et minimisent l’impact sur les coûts pour les consommateurs. Cette mesure ouvre la voie à des subventions du côté de la demande pour les ménages vulnérables. Ils cherchent également à améliorer l’infrastructure énergétique par le biais d’un système de déclarations d’intérêt public pour des projets qui seraient financés et exécutés par le secteur privé, mais pour lesquels le gouvernement pourrait fournir une garantie de revenu minimum.

7) La septième mesure consiste à favoriser l’investissement. Cela se fera par le biais d’un arrangement juridique spécial pour l’investissement à long terme, en mettant l’accent sur l’exploitation minière, les combustibles fossiles, l’énergie renouvelable, la sylviculture et d’autres secteurs. Afin de favoriser l’investissement, ils chercheront également à éliminer les restrictions de change et les taxes à l’exportation.

8) La huitième mesure consiste en une réforme agraire. Elle comprend l’élimination de l’écart de change entre le taux de change officiel et le taux de change du marché par la liquidation de la banque centrale, l’élimination de toutes les taxes et retenues à l’exportation, l’élimination de l’impôt sur le revenu brut, l’élimination de toutes les restrictions au commerce extérieur, y compris les quotas et la nécessité d’une autorisation, la promulgation d’une nouvelle loi sur les semences et l’amélioration de l’infrastructure routière par le biais d’entreprises privées.

9) La neuvième mesure consiste en une réforme judiciaire. Cette mesure comprend la désignation d’un ministre de la justice avec le consensus du pouvoir judiciaire, ainsi que la nomination d’un juge de la Cour suprême sans affiliation politique pour combler la vacance actuelle, l’interdiction pour les membres du pouvoir judiciaire de s’engager dans une politique partisane et la promotion de l’indépendance budgétaire du pouvoir judiciaire. En outre, ils s’efforceront de mettre en place des procès avec jury et des procédures orales dans tout le pays.

10) La dixième mesure consiste en une réforme de l’aide sociale. Les prestations sociales actuelles seront maintenues dans un premier temps. L’objectif est d’évoluer à long terme vers un système privé dans lequel les usagers paient pour les services de santé et d’éducation qu’ils consomment.

À court terme, elles visent à mettre en place des programmes de protection des revenus pour atténuer l’extrême pauvreté, des programmes nutritionnels, des programmes d’éducation parentale sur la stimulation cognitive, une plus grande couverture de l’enseignement préscolaire, des incitations à l’obtention d’un diplôme, des programmes d’intégration des personnes handicapées, la promotion de l’accès au crédit privé et l’élimination de tous les intermédiaires dans la fourniture de l’aide sociale.

11) La onzième mesure consiste en une réforme de l’éducation. Il s’agit d’aller vers une plus grande liberté de choix des programmes, des méthodes et des éducateurs. La mesure comprend également le lancement d’un programme pilote de bons scolaires. Elle établira également un critère d’évaluation pour les écoles afin qu’elles puissent rivaliser pour obtenir des incitants.

12) La douzième mesure consiste en une réforme de la santé qui vise à transférer la subvention des soins de santé de l’offre à la demande afin de permettre une plus grande liberté de choix et une plus grande concurrence. Cette mesure comprend la fourniture des prestations de soins de santé existantes sous forme de bons, de sorte qu’il n’y ait pas de restriction à un fournisseur spécifique.

13) La treizième mesure consiste en une réforme de la sécurité. Cette mesure comprend des réformes des lois sur la sécurité intérieure, la défense nationale et le renseignement, ainsi qu’une réforme du système pénitentiaire visant à incorporer des hybrides public-privé et à intensifier les poursuites contre le trafic de stupéfiants. »

Les élections argentines auront lieu le 22 octobre.

Quittez le système en accédant aux meilleures stratégies, avec la Lettre Confidentielle :

Source : ZeroHedge

Facebook
Twitter
Telegram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *