GUERRE EN UKRAINE : LE NOMBRE TOTAL DE MORTS ET DE BLESSÉS EST COLOSSAL

500 000 morts et de blessés du côté des soldats ukrainiens. La guerre en Ukraine est une véritable tragédie

Le bilan tragique d’une guerre qui n’en finit pas

Un rapport étonnamment direct et révélateur publié vendredi dans le New York Times cite des fonctionnaires américains qui estiment que le nombre total de victimes de la guerre en Ukraine, dans les deux camps, s’élève à près de 500 000 morts et blessés.

« Ce chiffre comprend jusqu’à 120 000 morts et 170 000 à 180 000 blessés »,
écrit le Times en s’appuyant sur des responsables anonymes.

« Les chiffres russes éclipsent les chiffres ukrainiens, que les responsables estiment à près de 70 000 morts et 100 000 à 120 000 blessés. »

New York Times

Pour mettre ces chiffres sinistres et tragiques en perspective, l’engagement militaire des États-Unis au Viêt Nam pendant près de deux décennies s’est soldé par la mort d’environ 58 000 Américains.

Étant donné que Kiev ne publie pas de chiffres officiels sur les pertes, les responsables américains cités dans le rapport du Times font des estimations, mais celles-ci correspondent généralement aux immenses chiffres des pertes ukrainiennes que le Kremlin a présentés pour évaluer la contre-offensive.

Mais les sources occidentales ont toujours affirmé que les pertes russes étaient plus impressionnantes.

Le NY Times a qualifié le conflit, aujourd’hui largement dans l’impasse, de guerre d’usure, la Russie disposant de la main-d’œuvre et des lignes d’approvisionnement nécessaires pour garder l’avantage et durer bien plus longtemps:

Selon les analystes, l’Ukraine dispose d’environ 500 000 soldats, dont des militaires d’active, des réservistes et des paramilitaires.

En revanche, la Russie en compte presque le triple, avec 1 330 000 soldats d’active, de réserve et paramilitaires – la plupart de ces derniers provenant du groupe Wagner.

New York Times

Quant à la Russie, l’Occident l’a accusée d’avoir l’habitude de sous-estimer le nombre de ses victimes.

En janvier dernier, le chef d’état-major interarmées américain Mark Milley a affirmé que les forces russes avaient subi des pertes « nettement supérieures à 100 000 ».

Il est probable qu’une grande partie des victimes récentes de chaque camp proviennent de la bataille pour la ville de Bakhmut, qui a duré des mois.

Le président Zelensky a récemment été critiqué pour avoir injecté tant de ressources et d’effectifs dans une bataille perdue d’avance.

C’est alors que de nombreux rapports ont fait état de l’envoi sur les lignes de front d’un grand nombre d’Ukrainiens totalement dépourvus d’entraînement et d’équipement.

La source d’analyse militaire 19fortyfive.com a estimé que la défense de Bakhmut était un risque et un pari incroyables qui n’ont pas été payants et qui ont conduit à un très mauvais départ pour la contre-offensive, désormais chancelante :

Cependant, Zelensky a choisi de poursuivre le combat.

Pendant des mois, les hauts responsables américains ont averti le président ukrainien que la bataille était ingagnable et qu’il devait se déplacer vers d’autres positions défensives.

Non seulement il refuse de se retirer sur une position de combat supérieure, mais il ordonne à ses hommes de ne pas abandonner le moindre bâtiment, les obligeant à se battre jusqu’à la mort. Mois après mois, Zelensky envoie brigade après brigade renforcer Bakhmut pour tenter de renverser la vapeur.

Non seulement il était douloureusement évident que les principes militaires fondamentaux montraient clairement qu’il y avait peu d’espoir rationnel d’arrêter le mouvement de Wagner pour capturer Bakhmut, mais de nombreuses brigades que Zelensky avait envoyées en aide futile pour aider Bakhmut étaient également nécessaires pour l’offensive de printemps et d’été à venir.

Deux jours après la chute de Bakhmut, Zelensky est toujours sur ses gardes, affirmant que la ville n’est pas tombée. En 2022, la ténacité de Zelensky et son refus de tout compromis ont permis d’émousser l’invasion russe, puis d’infliger deux défaites opérationnelles majeures.

–  19fortyfive.com
Traduction :
Il s’agit d’un article intéressant qui affirme que Zelensky a commis de graves erreurs dans la lutte pour Bakhmut, alors que la sagesse conventionnelle de l’époque voulait que ce soit la Russie qui agisse de manière stupide.

Bien que les forces ukrainiennes aient résisté plus longtemps que prévu, cette perte a été très coûteuse et, dans le même temps, il n’est pas du tout certain qu’elle ait permis de réduire de manière significative la puissance des forces russes.

19FortyFive conclut que ce n’est certainement pas la faute de Washington (malgré les plaintes persistantes des fonctionnaires de Zelensky)…

« Personne ne peut prétendre que les États-Unis n’ont pas donné à l’Ukraine toutes les chances de savoir si elle pouvait réussir sur le champ de bataille, puisque nous avons fourni littéralement des milliers de véhicules blindés, des millions d’obus, de missiles et de bombes, ainsi qu’un soutien en matière de formation et de renseignement – sans compter des dizaines de milliards d’autres aides. »

Et la publication de souligner : « Mais cette aide n’a pas abouti à une victoire ukrainienne. »

–  19fortyfive.com

Accédez à une information géopolitique et macroéconomique de pointe chaque mois, directement dans votre boite-aux-lettres, avec la Lettre Confidentielle :

Source: Zero Hedge

Facebook
Twitter
Telegram

2 réponses

  1. Zelensky is one toxicoman, he was even before he was placed my certain forces to be in his presidential chair. Americain used him to fight with Russia and to place economy of EC down. This war was provocation of NATO, It isnt possible to win against Russia, it is dream of sick people. EC long time must begin to think about their country, their internal problems. And it is time to recognise new Republic like territory of Russia and stop this war!!! Nato must stop move to close to Russian boarder. Also to stop to push their way of life, their « moral » and to dictate How Russia must live.Hand off from Russia, before it is too late.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *