LA LOI POUVOIR D’ACHAT 2022 VA T-ELLE VOUS SAUVER ? AVEC SÉBASTIEN LAYE

Sébastien Laye

Sébastien Laye : “La France a besoin d’une révolution économique et politique”

La France traverse une période de crise économique et sociale, aggravée par la pandémie de Covid-19 et la montée de l’inflation.

  • Quelles sont les causes et les conséquences de cette situation ?
  • Quelles sont les solutions possibles pour redresser la barre et préparer l’avenir ?

Sébastien Laye, économiste et chroniqueur sur CNews, nous livre dans cet entretien son diagnostic et ses propositions pour sortir la France de la crise économique et sociale qu’elle traverse, et pour préparer l’avenir du pays.

Il expose son analyse de la situation économique et de l’inflation en France, ainsi que son programme de rupture avec le système actuel et de réforme profonde du pays, en abordant les les sujets du pouvoir d’achat, de l’inflation, de la monnaie, de la fiscalité, de la compétitivité, de la croissance, de l’immigration, des retraites, et de la réforme institutionnelle.

Sébastien Laye
Sébastien Laye

La monnaie, l’alpha et l’oméga de l’économie

Selon Sébastien Laye, la monnaie est souvent négligée par les économistes théoriques, qui se focalisent sur les modèles mathématiques et les courbes de demande et d’offre.

Or, la monnaie et le crédit sont essentiels pour la croissance et la stabilité, car ils permettent de financer les investissements, les innovations et les transactions. C’est aussi un enjeu de pouvoir et de souveraineté, car elle détermine la capacité d’un pays à se financer et à se défendre.

Sébastien Laye déplore que la monnaie soit mal comprise par les décideurs politiques et économiques, qui se contentent de suivre les recommandations des banques centrales, sans se soucier des conséquences à long terme.

Il affirme que la création monétaire excessive par les banques centrales est la principale cause de l’inflation, qui est une perte de valeur de la monnaie et une spoliation des épargnants.

Pouvoir d’achat, inflation, compétitivité : les enjeux économiques de la France

Taxes Impôts Fiscalité

La fiscalité, la compétitivité et la croissance

La France est l’un des pays les plus taxés du monde, avec un taux de prélèvements obligatoires de plus de 45% du PIB.

Cette fiscalité élevée pèse sur le dynamisme de l’économie, en décourageant le travail, l’investissement et l’innovation mais également sur la justice sociale, en créant des inégalités et des niches fiscales.

Elle pèse enfin sur la souveraineté nationale, en limitant la marge de manœuvre du gouvernement face aux marchés financiers.

La France souffre également d’un déficit de compétitivité, qui se traduit par une perte de parts de marché à l’exportation et une désindustrialisation.

Handicapée par un coût du travail trop élevé, une qualité insuffisante de ses produits et services, et une réglementation trop contraignante, la France est aussi en décalage avec ses partenaires économiques, notamment l’Allemagne et les États-Unis, qui ont su se réformer et s’adapter aux évolutions du monde.

Pour relancer la croissance et l’emploi, il faut :

  • Baisser les impôts et les dépenses publiques, et simplifier la fiscalité.
  • Il faut aussi renforcer la compétitivité des entreprises et favoriser l’entrepreneuriat, en assouplissant le marché du travail, en améliorant le système éducatif, et en libéralisant les secteurs protégés.
  • Il faut enfin moderniser le modèle social et réduire les inégalités, en réformant les retraites, la santé, et l’assurance-chômage.
Inflation

L’inflation, la crise du pouvoir d’achat et le quoi qu’il en coûte

Sébastien Laye explique que l’inflation est principalement due à l’excès de création monétaire par les banques centrales, qui ont injecté des milliers de milliards d’euros dans l’économie depuis la crise de 2008 et ajoute que l’inflation est aggravée par des facteurs conjoncturels, comme la hausse du prix du pétrole, la pénurie de matières premières, ou les conséquences du covid-19.

Sébastien Laye critique le quoi qu’il en coûte, qui est la politique budgétaire menée par Emmanuel Macron depuis le début de la pandémie estimant que les mesures ont été disproportionnées par rapport aux besoins de l’économie, et qu’elles ont creusé le déficit et la dette publique, sans créer de richesse ni de croissance.

Il souligne que le quoi qu’il en coûte a surtout profité aux grandes entreprises et aux banques, au détriment des petites entreprises et des ménages.

Sébastien Laye dénonce la crise du pouvoir d’achat, qui touche les Français depuis plusieurs années.

Il affirme que l’inflation réduit le revenu réel des Français, qui voient leur salaire et leur épargne perdre de la valeur et précise que l’inflation réelle est ressentie par les Français sur les prix de l’alimentation, du carburant, de la pharmacie, ou encore de l’immobilier.

Il accuse l’Insee de sous-estimer l’inflation, en ne prenant pas en compte certains postes de dépense importants.

La loi pouvoir d’achat 2022

Sébastien Laye analyse la loi pouvoir d’achat 2022, qui vise à protéger les Français de l’inflation.

Il s’agit d’une loi qui consiste à augmenter les minima sociaux, le smic, les salaires des fonctionnaires, et les aides à la pompe et qui prévoit de baisser les impôts sur le revenu, la taxe d’habitation, et la TVA sur certains produits.

Sébastien Laye juge cette loi insuffisante et inflationniste, car elle ne crée pas de richesse, mais seulement de la dépense publique.

Il affirme qu’elle ne s’attaque pas aux causes structurelles de l’inflation, qui sont la création monétaire et le déséquilibre entre l’offre et la demande et qu’elle va au contraire alimenter l’inflation, en créant un excès de demande, sans ajuster l’offre.

Il alerte sur le risque d’une spirale inflationniste, qui pourrait conduire à une hyperinflation.

Consommation

Les propositions alternatives pour le pouvoir d’achat

Sébastien Laye propose son programme alternatif pour le pouvoir d’achat, qui repose sur trois axes : libérer le travail, relancer la construction immobilière, et favoriser la concurrence.

  • Il veut libérer le travail, en sortant des 35 heures, en défiscalisant les heures supplémentaires, et en facilitant le travail dominical.
    Il estime que ces mesures vont augmenter le revenu disponible des Français, et stimuler l’activité économique.
  • Il veut relancer la construction immobilière, en assouplissant les règles de permis de construire, en densifiant les villes, et en réduisant les normes environnementales.
    Il pense que ces mesures vont augmenter l’offre de logements, et faire baisser les prix de l’immobilier.
  • Il veut favoriser la concurrence, en ouvrant les secteurs protégés, comme les assurances, les télécoms, ou l’automobile, à la concurrence nationale et européenne.
    Il croit que ces mesures vont réduire les coûts de production, et faire baisser les prix des biens et services.

La zone euro, l’euro et l’union politique

Sébastien Laye aborde la question de la zone euro, de l’euro et de l’union politique.

Il affirme que la zone euro est en danger, face à une remontée des taux d’intérêt, qui va peser sur le coût de la dette et le crédit immobilier et souligne que c’est une zone monétaire hétérogène, qui regroupe des pays aux situations économiques et budgétaires divergentes.

Il souligne que la zone euro n’a pas de mécanisme de transfert fiscal, ni de solidarité financière, entre les pays membres.

Sébastien Laye critique l’euro, qu’il considère comme une monnaie unique, mais pas commune, affirmant qu’il a sauvé la mise à Emmanuel Macron, en lui permettant de financer son quoi qu’il en coûte, grâce aux achats de dette par la Banque centrale européenne.

Mais il déplore que l’euro empêche une politique monétaire adaptée aux besoins de chaque pays, et qu’il impose une discipline budgétaire rigide, qui freine la croissance et l’emploi.

Sébastien Laye évoque l’union politique, qu’il juge nécessaire pour sauver la zone euro, mais qu’il trouve peu probable.

Il affirme que l’union politique implique une harmonisation fiscale, sociale, et politique, entre les pays de la zone euro, ainsi qu’une mutualisation des dettes et des risques mais doute que les peuples et les gouvernements acceptent de renoncer à leur souveraineté nationale, et de partager leur destin avec des pays aux intérêts divergents.

Europe-Euro-Politique monétaire Européenne

L’immigration, les retraites et le déclin

Sébastien Laye aborde les questions de l’immigration, des retraites et du déclin de la France.

  • Il affirme que l’immigration est un facteur d’inflation, de dépenses sociales et de tensions communautaires. Il propose de réduire l’immigration et de favoriser l’intégration des immigrés déjà présents.
  • Il critique le système actuel des retraites, qui est injuste, déséquilibré et non viable selon lui. Il propose de passer à un système par capitalisation, qui serait plus équitable, plus performant et plus durable.
  • Il dénonce le déclin de la France, qui est en perte de vitesse depuis les années 1970, avec une croissance faible, une dette publique élevée, et une perte de souveraineté. Il propose de redresser la situation par des réformes profondes et rapides, qui restaureraient la confiance, la compétitivité et l’excellence de la France.

La réforme institutionnelle et le projet politique de Sébastien Laye

Sébastien Laye se réclame du gaullisme social et du libéralisme économique, et appelle à une réduction de la dépense publique et de la dette.

Il défend les valeurs de liberté, de souveraineté, de justice et de solidarité et se présente comme un candidat de la société civile et de l’entreprise, incarnant ses idées.

Il annonce sa candidature à la présidence du groupe LR pour 2022, expliquant que son parti est le parti des classes moyennes et populaires, qui sont les plus touchées par la crise économique et sociale.

Son projet politique, qui se veut un projet de rupture avec le système actuel et de réforme profonde du pays.

Il se présente comme un candidat de la société civile, qui veut refonder le logiciel idéologique des Républicains, s’ouvrir aux autres mouvements politiques, et défendre les classes moyennes et populaires.

Il précise que LR défend le libéralisme économique, la sécurité et le régalien, l’excellence dans l’éducation et l’investissement public, et l’écologie réaliste et appelle à une coalition avec d’autres mouvements de droite, qui partagent sa vision et ses valeurs et souhaite une ouverture aux souverainistes de droite.

Sortez du système, avec le radar financier !

Facebook
Twitter
Telegram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *