LA RÉCESSION VA-T-ELLE NOUS TOUCHER ?

Une récession qui nous touche ?

Sommes-nous les prochains sur la liste ? 

Analysons la situation allemande d’un peu plus près. 

Première économie d’Europe, l’Allemagne a vu son PIB reculer de 0,5% au dernier trimestre de 2022 et de 0,3% au premier trimestre de 2023.  

Ce qui a annoncé le début d’une récession économique, puisque son PIB a reculé lors de deux trimestres consécutifs. 

Pourquoi a-t-elle basculé en récession ? 

La principale raison du déclenchement de cette récession est la forte baisse des exportations

Seulement au mois de mars, elle a chuté de 3,4%.

Cette baisse est en partie due aux réductions de primes consacrées à l’achat de véhicules électriques et hybrides rechargeables. 

De ce fait, sa production automobile a reculé de 6,5% en un seul mois. 

Sans oublier que l’Allemagne est l’un des pays européens les plus dépendants aux gaz et pétroles russes,

Et elle n’a su s’adapter à la situation rapidement. 

De plus, avec une inflation de 7,2% en avril et des taux d’intérêt qui se rapprochent des 4%… les industries allemandes n’ont pu investir convenablement. 

Que se passe-t-il du côté français ? 

La Banque de France annonce que : 

 La France devrait échapper à la récession

Indicateur de retournement conjoncturel

Pourtant, les graphiques ne sont pas aussi optimistes…  

Avec un indicateur de retournement conjoncturel qui est de -0,9 au mois de mai et qui est presque au même niveau que la récession de 2020

On constate bel et bien que toutes les entreprises françaises en sont impactées. 

Les défaillances d'entreprises par taille

La Banque de France a enregistré une quantité astronomique de défaillances d’entreprise en seulement un an.

Que vont provoquer ces défaillances ? 

  • Un taux de chômage qui augmente 
  • Un accroissement de notre dette publique 
  • Une économie qui tourne au ralenti 

Et vous savez ce que signifie une économie qui tourne au ralenti…

La récession

Jusqu’à présent, nous avions évité la récession grâce à une accumulation de dettes qui a soutenu notre économie et donc notre croissance.

On le voit parfaitement en comparant l’endettement français et allemand. 

la dette publique en % du PIB

En 2022, la dette publique française correspondait à 111,6% de son PIB contre une dette publique allemande qui s’élevait à 66,3% de son PIB.

Mais comme toute bonne chose à une fin…  

pourquoi la dégradation de la note de la france va affecter tout le pays

L’agence de notation financière Fitch Ratings a récemment dégradé la note de la France. 

Ce qui veut dire que prêter à notre pays est qualifié de plus risqué.

Une prise de risque plus importante se traduit par des taux d’intérêt plus importants, mais aussi par une crainte de ne pas être remboursé. 

Cette dégradation va dissuader certains investisseurs à posséder de la dette française (moi le premier !). 

Si la France s’est endettée lorsque son économie se portait bien, ce n’est pas pour se désendetter lorsqu’elle touche la récession… 

Nous ne pouvons pas vivre au-dessus de nos moyens indéfiniment, du moins c’est le discours que l’on continuera à nous servir…

C’est pour ces raisons que notre gouvernement souhaite vous taxer davantage dans le but de réguler notre dette non remboursable

Il est plus que jamais important de prendre des mesures efficaces.

Quand je parle d’efficacité, je pense à : 

✅ Empêcher l’État d’avoir la mainmise sur notre épargne

✅ Empêcher l’État de nous taxer jusqu’au dernier centime

✅ Empêcher l’État de nous faire payer leurs mauvaises décisions

Et ce sont justement les points que j’aborde dans ma Lettre Confidentielle.

Elle a pour objectif de vous donner un train d’avance et de vous apporter toutes les solutions nécessaires pour dépasser l’inflation tout en passant sous les radars de notre gouvernement. 

Passez à l’action tant qu’il est encore temps… 

>> Cliquez ici pour accéder à la Lettre Confidentielle

Lettre-Confidentielle

Amicalement,

Franck Pengam | Fondateur de Géopolitique Profonde

Facebook
Twitter
Telegram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *