TENSIONS FRONTALIÈRES AVEC LA CHINE : L’INDE LANCE UN TEST DE MISSILE NUCLÉAIRE

L’Agni-5 a une portée de 5000 Km

L’Inde a procédé jeudi au lancement d’essai d’un missile balistique à longue portée à capacité nucléaire, Agni-5, quelques jours après un nouvel affrontement entre les troupes indiennes et chinoises le long de la frontière himalayenne contestée.

Le ministre indien des affaires parlementaires, Pralhad Joshi, a déclaré que le lancement réussi de l’Agni-5 depuis l’île Abdul Kalam, dans l’est de l’État d’Odisha, marquait une « étape historique » pour l’industrie de la défense du pays.

Pralhad Joshi- Ministre des affaires parlementaires.

« Le missile apportera une grande valeur ajoutée à la défense et renforcera la sécurité nationale dans une plus large mesure car il peut parcourir plus de 5400 kilomètres », a déclaré M. Joshi sur Twitter.

L’Agni-5 utilise un moteur à combustible solide à trois étages et est capable de frapper des cibles à des distances allant jusqu’à 5 000 kilomètres (environ 3 100 miles) avec un « très haut degré de précision », selon le ministère indien de la défense.

Ce n’était pas la première fois que l’Inde testait un missile balistique Agni-5 surface-surface. Le ministère a effectué un tir d’essai le 27 octobre 2021, réaffirmant ainsi la politique indienne de « dissuasion minimale crédible » qui sous-tend l’engagement de l’Inde à ne pas recourir en premier à l’armement.

La politique indienne de « non-utilisation en premier » stipule que les armes nucléaires ne seront utilisées qu’en représailles à une attaque nucléaire contre le territoire ou les forces indiennes.

Test de Missile nucléaire Indien Agni II- 2018.

De nouveaux affrontements sur un territoire Indien revendiqué par la Chine

Le récent lancement du missile Agni-5 est intervenu au lendemain de nouvelles tensions entre l’Inde et le régime chinois, suite à des affrontements entre leurs troupes le long de la frontière himalayenne contestée le 9 décembre.

Le ministre de la défense, Rajnath Singh, a déclaré que les troupes indiennes avaient empêché des soldats chinois de franchir la ligne de contrôle effectif (LAC) dans le secteur de Tawang, dans l’État indien de l’Arunachal Pradesh (nord-est), un territoire que la Chine revendique comme sien.

Rajnath Singh, Ministre de la défense.

« La tentative chinoise a été contestée par nos troupes de manière ferme et résolue », a déclaré M. Singh au Parlement.

L’affrontement frontalier a fait des blessés légers des deux côtés. M. Singh a déclaré que le commandant indien avait rencontré son homologue chinois à la suite de l’incident et avait exigé que les troupes chinoises « s’abstiennent de telles actions ».

Cet incident s’est produit alors que la vidéo d’une violente bagarre non signalée entre des troupes chinoises et indiennes, qui aurait eu lieu en septembre 2021 à Arunachal Pradesh, est devenue virale sur les médias sociaux cette semaine.

Traduction:
L’Inde et la Chine étaient fières que l’ALC soit l’une des frontières contestées les plus pacifiques et qu’aucune balle n’ait été tirée. La dernière partie est toujours vraie car maintenant ils utilisent des lathis et des pierres pour se battre.

Le « chevalier blanc » Américain en profite pour tenter un rapprochement avec l’Inde

Le secrétaire de la presse du Pentagone, le brigadier général Pat Ryder, a déclaré que les États-Unis « soutiendront pleinement les efforts en cours de l’Inde pour désescalader » la situation et qu’ils suivent de près l’évolution de la situation.

« Nous avons vu la RPC continuer à amasser des forces et à construire des infrastructures militaires le long de ce que l’on appelle l’ALC », a déclaré Ryder aux journalistes le 13 décembre, en référence au nom officiel de la Chine, la République populaire de Chine.

« Cela reflète cependant, et il est important de le souligner, la tendance croissante de la RPC à s’affirmer et à être provocatrice dans des domaines dirigés vers les alliés des États-Unis et nos partenaires dans la région Indo-Pacifique », a-t-il ajouté.

Le Parti communiste chinois (PCC) n’a pas reconnu l’escarmouche lors de son point de presse quotidien du 13 décembre.

« Pour autant que nous le sachions, la zone frontalière entre la Chine et l’Inde est généralement stable, et les deux parties ont maintenu une communication fluide sur les questions liées à la frontière par les voies diplomatiques et militaires », a déclaré le porte-parole Wang Wenbin lorsqu’on lui a demandé de commenter la déclaration officielle de l’Inde sur l’affrontement.

L’affrontement frontalier s’est produit quelques jours seulement après que le PCC ait critiqué l’exercice militaire conjoint de l’Inde et des États-Unis dans l’Uttarakhand, à environ 100 km de la frontière, qui, selon lui, violait l’esprit des accords pertinents signés par les deux parties en 1993 et 1996.

Le dernier affrontement sanglant entre les deux armées remonte au 15 juin 2020, à Galwan, dans l’est du Ladakh, au nord-est de l’Himalaya, où 20 soldats indiens et 40 soldats de l’APL ont trouvé la mort.

Le régime chinois a affirmé que seuls quatre d’entre eux étaient morts dans ce conflit, mais des sources indiennes et russes l’ont réfuté. Cette escarmouche s’est également produite en raison des infrastructures frontalières que l’Inde construisait dans la région.

Cette capture d’image vidéo, tirée d’une séquence enregistrée à la mi-juin 2020 et publiée par la télévision centrale chinoise (CCTV) le 20 février 2021, montre des soldats chinois (au premier plan) et indiens (à droite, en arrière-plan) lors d’un incident au cours duquel des troupes des deux pays se sont affrontées sur la ligne de contrôle effectif (LAC) dans la vallée de Galwan, dans les montagnes du Karakoram, dans l’Himalaya. Les deux parties se sont à nouveau affrontées le 9 décembre 2022 dans le secteur de Tawang, dans l’Arunachal Pradesh, faisant des blessés. (AFP Photo/China Central Television)

Une plus grande menace en cours

Le colonel à la retraite Vinayak Bhat, expert en imagerie satellitaire et vétéran du renseignement militaire indien, a déclaré à The Epoch Times qu’il y a des choses plus importantes qui devraient préoccuper l’Inde dans l’Arunachal Pradesh.

Il a affirmé que les troupes chinoises avaient pénétré profondément dans le territoire indien et avaient déjà construit des bases et des quartiers généraux souterrains dans la région indienne qu’elles ont occupée.

« L’Inde doit prendre des mesures énergiques pour s’assurer qu’aucune autre perte de territoire n’ait lieu. L’Inde et l’armée indienne sont capables de gérer ces petits affrontements », a déclaré M. Bhat, ajoutant que l’armée indienne prendra en outre les mesures appropriées pour s’assurer qu’il n’y a pas de perte de territoire ou d’escalade du conflit.

Pour vous protéger d’un éventuel conflit majeur et de ses conséquences fiancières collectives et individuelles, accédez à notre stratégie complète, le Portefeuille Alternatif.

Source: Zero Hedge

Facebook
Twitter
Telegram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *