fbpx

NOUVELLE SOUCHE MORTELLE DU COVID : L’UNIVERSITÉ SE DÉFEND !

L’université de Boston défend une étude controversée sur la souche hybride COVID dont le taux de mortalité chez la souris est de « 80 % »

L’université de Boston a publié mardi une déclaration défendant ses recherches sur une souche COVID-19 Omicron.

Les chercheurs ont pris la protéine spike de la variante et l’ont attachée à la souche COVID-19 originale, ce qui a entraîné un taux de mortalité plus élevé chez une certaine espèce de souris, suscitant l’inquiétude des législateurs.

« Le virus porteur de la souche Omicron S échappe de manière robuste à l’immunité humorale induite par le vaccin, principalement en raison de mutations du motif de liaison au récepteur… alors que la souche Omicron provoque une infection légère et non mortelle, le virus porteur de la souche Omicron S inflige une maladie grave avec un taux de mortalité de 80 %« , indique l’étude préimprimée.

Un législateur, le sénateur Roger Marshall (R-Kan.), a déclaré que la recherche impliquait « un gain mortel de la recherche sur les virus de fonction » qui crée le « potentiel de tuer plus de personnes que n’importe quelle arme nucléaire unique« .

Marshal, un médecin, a ajouté que « les virus ont réussi à s’échapper même des laboratoires les plus sécurisés » et a déclaré que cette « recherche doit cesser immédiatement pendant que les risques et les avantages peuvent être étudiés.« 

Entre-temps, Emily Erbelding, directrice de la division de la microbiologie et des maladies infectieuses de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, a déclaré à Stat News que la demande de subvention de l’Université de Boston ne précisait pas que les chercheurs voulaient effectuer ce travail et que le groupe ne disait pas qu’il effectuait des expériences pour améliorer éventuellement une variante du COVID-19.

Une enquête est en cours, a-t-elle ajouté.

L’université de Boston a publié une longue déclaration pour défendre ses recherches et a déclaré que les critiques avaient déformé les objectifs de l’étude, tout en réfutant les allégations selon lesquelles l’étude impliquait une recherche par gain de fonction, qui peut rendre un agent pathogène plus mortel ou transmissible.

« La recherche a été examinée et approuvée par le comité de biosécurité institutionnel (IBC), qui est composé de scientifiques ainsi que de membres de la communauté locale« , indique le communiqué de l’université de Boston.

« La Commission de santé publique de Boston a également approuvé la recherche. En outre, cette recherche reflète et renforce les résultats d’autres recherches similaires menées par d’autres organisations, notamment la FDA. En fin de compte, cette recherche sera bénéfique pour le public en conduisant à des interventions thérapeutiques mieux ciblées pour aider à lutter contre les futures pandémies. »

Certains rapports sur l’étude étaient « faux et inexacts« , a déclaré Ronald Corley, responsable de l’université de Boston, dans un communiqué. Selon lui, un article du Daily Mail a sorti de son contexte la mention « 80 %« .

« Nous souhaitons répondre aux informations fausses et inexactes concernant la recherche COVID-19 de l’université de Boston, parues aujourd’hui dans le Daily Mail« , indique le communiqué.

« Tout d’abord, cette recherche n’est pas une recherche à gain de fonction, ce qui signifie qu’elle n’a pas amplifié la souche du virus SRAS-CoV-2 de l’État de Washington ni ne l’a rendue plus dangereuse. En fait, cette recherche a rendu la réplication du virus moins dangereuse. »

Une fuite du laboratoire ?

En réponse aux inquiétudes concernant la possibilité que la souche manipulée COVID-19 Omicron puisse s’échapper du laboratoire de l’Université de Boston, M. Corley a déclaré que l’école prend la sécurité au sérieux.

« Nous prenons au sérieux la sécurité de la manipulation des agents pathogènes, et le virus ne quitte pas le laboratoire dans lequel il est étudié », a-t-il déclaré.

« Notre objectif global est la santé du public. Et cette étude en faisait partie, en trouvant quelle partie du virus est responsable de la maladie grave. Si nous pouvons comprendre cela, nous pourrons alors développer les outils dont nous avons besoin pour mettre au point de meilleures thérapeutiques.« 

Cependant, un médecin interrogé par le Daily Mail s’est montré alarmé par ces recherches.

« La question est de savoir à quoi vous allez utiliser [les laboratoires]. S’ils sont utilisés à des fins de diagnostic, alors vous en avez besoin. Mais je ne pense pas que chaque pays ait besoin d’un BSL-4«  , a déclaré le Dr Paul Hunter, expert en maladies infectieuses à l’Université d’East Anglia, en Angleterre, faisant référence au niveau supérieur de biosécurité utilisé dans les laboratoires.

« S’ils commencent à avoir un double objectif pour la recherche qui a des implications militaires offensives, c’est ce qui est inquiétant« , a-t-il déclaré.

On a beaucoup spéculé sur le fait que les scientifiques d’un laboratoire de Wuhan, en Chine, ont contribué à l’apparition initiale du COVID-19 à Wuhan.

Bien que les responsables du Parti communiste chinois aient officiellement attribué l’émergence du virus à un marché humide de la ville chinoise, certains responsables des services de renseignement américains ont déclaré en 2021 qu’ils pensaient que le COVID-19 avait été créé dans le laboratoire ou s’était échappé de l’installation.

Tout savoir sur les vaccins et le COVID :

Source : TheEpochTimes

Je partage maintenant !

One thought on “NOUVELLE SOUCHE MORTELLE DU COVID : L’UNIVERSITÉ SE DÉFEND !

  • 26 octobre 2022 à 17h48
    Permalink

    « Tout d’abord, cette recherche n’est pas une recherche à gain de fonction, ce qui signifie qu’elle n’a pas amplifié la souche du virus SRAS-CoV-2 de l’État de Washington ni ne l’a rendue plus dangereuse. En fait, cette recherche a rendu la réplication du virus moins dangereuse. »

    Là le type se fout des sans-dents ouvertement.
    Un gain de fonction n’est pas ce qui fait devenir un virus plus virulent, un gain de fonction est ce qui permet à un virus de passer d’une espèce à une autre .

    La recherche citée n’a aucune chance d’avoir rendu la réplication moins dangereuse.
    Une réplication (multiplication) ne peut pas être plus ou moins dangereuse, elle est forcément très proche voir identique à la souche de laquelle elle s’est multipliée.
    Pour qu’il y ait une réplication « moins dangereuse » il faut qu’il y ait une atténuation de la souche d’origine avant réplication, ce qui n’est pas le cas présentement.

    « Nous prenons au sérieux la sécurité de la manipulation des agents pathogènes, et le virus ne quitte pas le laboratoire dans lequel il est étudié », a-t-il déclaré.

    Là aussi c’est totalement faux.
    1- La sécurité 100% n’existe pas

    2- Depuis toujours les souches de n’importe quelle maladie s’échangent entre laboratoire à des fins de travaux. C’est pour cela qu’on retrouve des souche de maladies inconnues des Chinois dans les laboratoires Chinois, et pareil pour tous les pays !

    3- La bonne phrase aurait été  » le virus n’a PAS ENCORE quitté le laboratoire dans lequel il est étudié, ni a été fourni à quelconque autre laboratoire à des fins de recherches »

    Notons qu’il n’a pas osé dire (c’e’st trop gros) : « « Nous prenons au sérieux la sécurité de la manipulation des agents pathogènes, et LE VIRUS NE QUITTERA JAMAIS le laboratoire dans lequel il est étudié » (temporalité) car il sait que c’est totalement improbable voir impossible.

    La science la vraie, s’accomode mal du moindre sophisme… 😉
    Il va falloir qu’ils s’y fassent : la confiance aveugle est définitivement terminée, ce en toutes choses.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *