fbpx

UNE ÉTUDE ISRAÉLIENNE RÉVÈLE L’INEFFICACITÉ DE LA QUATRIÈME DOSE

Il semble toutefois y avoir un avantage…

Une étude israélienne révèle que la quatrième dose du vaccin COVID-19 de Pfizer n’offre pas de protection à long terme contre le variant Omicron du virus.

En utilisant les données du ministère de la Santé sur plus de 1,2 million de personnes, les chercheurs ont découvert qu’une deuxième dose de rappel du vaccin BioNTech-Pfizer offrait une protection durant six semaines. Mais, selon l’étude qui a été publiée dans le New England Journal of Medicine, cette protection perd rapidement en efficacité après seulement quatre semaines et disparaît presque totalement après huit semaines.

Les chercheurs, ont cependant déclaré qu’il semble y avoir un avantage conféré par un deuxième rappel, ou quatrième dose, du vaccin de Pfizer.

« Dans l’ensemble, ces analyses ont fourni des preuves de l’efficacité d’une quatrième dose de vaccin contre le variant omicron, par rapport à une troisième dose administrée plus de 4 mois plus tôt. Pour une infection confirmée, une quatrième dose semble ne fournir qu’une courte protection et un bénéfice absolu modeste », ont écrit les auteurs de l’étude.

Ils ont indiqué dans leurs rapports que « la protection contre l’hospitalisation conférée par une troisième dose administrée plus de 3 mois auparavant est sensiblement plus faible contre le variant omicron qu’une troisième dose fraîche contre le variant B.1.617.2 (Delta) ».

« Dans notre étude, une quatrième dose semblait augmenter la protection contre les formes graves par rapport à trois doses administrées plus de 4 mois plus tôt », ont-ils ajouté.

Les auteurs ont en outre stipulé que, comme l’étude ne couvrait qu’une période de deux mois, il n’est pas clair si la protection du vaccin contre une forme grave s’est estompée après huit semaines. D’autres études et recherches de suivi sont nécessaires pour rendre des conclusions claires.

L’étude s’est également concentrée sur les adultes âgés de 60 ans et plus. Elle n’a pas fourni de données sur l’efficacité du deuxième rappel sur les groupes plus jeunes.

Leurs conclusions interviennent alors que les décideurs politiques débattent publiquement de la nécessité pour les américains d’un rappel supplémentaire. La Food and Drug Administration (FDA) a reçu un panel de conseillers sur les vaccins supplémentaires contre le COVID-19.

En mars, la FDA a délivré une autorisation d’utilisation d’urgence pour les deuxièmes rappels des injections Pfizer et Moderna pour les personnes âgées de 50 ans et plus ainsi que pour les personnes immunodéprimées âgées de 12 ans et plus. L’organisme de réglementation des médicaments a également autorisé l’administration d’un rappel du vaccin à ARNm pour ceux qui ont reçu le vaccin Johnson & Johnson qui utilise un adénovirus.

Il y a plusieurs semaines, des chercheurs israéliens ont découvert dans une étude de préliminaire, que la protection d’un deuxième booster de Pfizer diminuait rapidement.

La protection contre l’infection augmente initialement après la quatrième dose, atteignant 64% au cours de la troisième semaine, mais elle diminue rapidement à 29% en 10 semaines, ont-ils constaté.

« Il semble que l’efficacité de la quatrième dose diminue plus tôt, de la même manière que la troisième par rapport à la deuxième », a déclaré l’étude.

Aux bons soins du professeur Raoult :

Source : The Epoch Times

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.